SALVE DE REPROCHES TIREE PAR LE CAMP DE L’ANCIEN PRESIDENT DE L’ASPAS. L’ACTUELLE EQUIPE DIRIGEANTE PRISE POUR CIBLE DANS UN FEU NOURRI DE CRITIQUES

L’ASSOCIATION ANTICHASSE BASEE DANS LA DRÔME DOIT AFFRONTER LA PLUS VIOLENTE CRISE INTERNE DE SON HISTOIRE

 

APRES L’OUVERTURE DE LA CAVERNE DU PONT D’ARC …

213
Photo Patrick Aventurier

212

214

215

216

ET PENDANT CE TEMPS, A L’ASPAS, ÇA MITRAILLE DANS TOUS LES COINS !

217

. « Climat explosif ». C’est l’expression de Julien Combelles du Dauphiné (éditions Drôme-Ardèche du 8 mai 2015 : « Du rififi à l’ASPAS ») pour résumer la situation actuelle de l’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS). « Le torchon brûle à l’ASPAS » constate le journaliste, « la grande famille protectrice des animaux se déchire ». Pétition d’un clan contre un autre, salve de critiques tirée depuis le camp de l’ancien Président vers l’équipe dirigeante actuelle. Les anciens alliés, jusque-là unis dans la même détestation de la chasse, en seraient venus, selon le Dauphiné, à « l’affrontement par avocats interposés ». La vie en rose chez les verts n’est plus ce qu’elle était …

Comme d’autres, nous avons été destinataires, par l’intermédiaire de plusieurs de nos adhérents, d’informations d’origines diverses relatives à la crise interne que traverse l’ASPAS, à l’évidence, la plus violente de toute son histoire. Pas question pour nous, évidemment, de prendre parti. Seulement informer sans déformer, informer sans rien cacher. Cela reste notre ligne éditoriale, sur ce sujet comme sur les autres.

Créée en 1981, soit la même année que l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche, l’ASPAS est une association connue et même reconnue d’utilité publique. Son siège administratif se situe dans la Drôme, à Crest, à quelques battements d’ailes d’un autre siège social : celui de la FDC 26.

L’ASPAS s’est fait connaitre en ayant pour Président Gérard Charrolois dont l’éternelle et légendaire déclaration d’amour aux chasseurs demeure le principal fait d’armes de ce représentant autoproclamé de l’écologie radicale. Aujourd’hui candidat en toute modestie à l’élection présidentielle de 2017, cette figure emblématique de l’antichasse « obsessionnelle », dans la vraie vie magistrat judicaire, profession requérant d’ordinaire impartialité de jugement, publiait en 2007 sur son site ces propos tout en nuances comme chacun peut en juger :

« Moralement, le violeur, l’escroc, l’assassin, le chasseur sont des délinquants sociaux, des pervers au sens psychiatrique du terme »

 

 218
Photo Inter/FNC/FDC Oise

 

La haine de l’autre, masque le plus fréquent de la haine de soi – d’après les psychiatres -,  programme de l’écologie radicale pour l’Elysée ? …

 219

En 2015, l’ASPAS qui veut interdire aux piégeurs de piéger les renards et aux déterreurs de déterrer les blaireaux, interdire à l’Etat les tirs sélectifs de loups massacreurs de brebis, interdire aux titulaires du permis de chasser la régulation des nuisibles, interdire à l’Education Nationale l’entrée des techniciens cynégétiques dans les établissements scolaires, interdire aux chasseurs de chasser le dimanche, voudrait aussi et surtout, selon son ancien Président et ses amis, interdire … à ses propres adhérents de débattre librement entre eux !

Si l’on en croit Roger Mathieu, l’un des plus anciens militants écologistes Drôme-Ardèche, sans aucun doute l’un des plus sincères et des plus fidèles dans ses convictions, zélé défenseur de la cause animale, ancien chasseur reconverti en grand-prêtre de la nouvelle religion antichasse, il s’en passerait de belles à l’ASPAS ! Ce que les dépliants sur papier glacé destinés aux adhérents ne dévoilent pas, Roger Mathieu le révèle aujourd’hui :

Si prompte à faire la morale aux autres, vilains chasseurs premiers servis, l’ASPAS ou le Camp du Bien serait en réalité, d’après M. Mathieu, une drôle d’association où, « de tout temps, lorsque des administrateurs ont essayé de transformer son fonctionnement en structure associative et démocratique (…), la sanction a toujours été la même : révocation ou démission forcée ». Ah bon ?! … Et M. Mathieu sait de quoi il parle : lui-même Administrateur de l’ASPAS (association « qui gère, reconnait-il au passage, des budgets colossaux »), membre du Bureau de l’ASPAS, ce militant écolo de la première heure vient d’être « révoqué » par l’actuelle équipe dirigeante en même temps qu’une autre Administratrice, Françoise Savasta. « Procès expéditif », procédé « pas légal », dénonce avec force l’ancien dirigeant qui estime avoir été « piégé » … Piégé comme un vulgaire blaireau ?

220

L’ASPAS, se plaint Roger Mathieu à qui veut l’entendre, serait dirigée par « une Troïka impitoyable » composée de Marc Giraud, Grégory Delhomme, Madline Reynaud. « Ton univers impitoyable » … L’ASPAS, c’est Dallas.

A la tête de l’« impitoyable » trio, l’actuel Vice-Président, Marc Giraud, tenu par Roger Mathieu pour principal responsable d’une situation très dégradée. Le 2 février 2015, à Crest, il y aurait eu des « pleurs » (ceux de la Directrice de l’ASPAS, auteur d’un débriefing jugé « pathétique »), le 12, des « embrassades » (mais sans la Directrice), le 15, un « piège » qui se referme sur les dissidents, le 25, un « procès expéditif » qui les envoie au bûcher de la révocation de mandat d’Administrateur. Heureusement pour tout ce petit monde que février n’a que 28 jours …

Mais l’ASPAS, celui qui en parle peut-être encore le mieux aujourd’hui, c’est sans-doute Pierre Athanaze, qui parle d’expérience puisqu’il a été Président de l’ASPAS de  2008 à octobre 2014.

Pierre Athanaze est l’auteur de plusieurs ouvrages dont « Le retour du sauvage ». On ne sait si le titre avait une visée prémonitoire venant de celui dont certains réclament aujourd’hui à cor et à cri … le retour. Evoquant la « grave crise » que traverse l’ASPAS, M. Athanaze parle d’ « hérésie » à propos des choix actuels de gouvernance de l’association. Il se dit « scandalisé par la mauvaise foi » des dirigeants. Premier visé par l’implacable réquisitoire : Marc Giraud, Vice-Président de l’ASPAS.

221

Mais qui est donc ce M. Giraud dont tout le monde parle mais qu’on n’entend et ne voit que très rarement ? Marc Giraud, c’est cet écologiste antichasse, redoutable procédurier, très motivé dans l’engagement mais tout aussi discret dans l’action, que le Président de l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche, Christian Pialet, avait affronté lors d’un fameux débat télévisé de France 2 conduit par Thierry Ardisson dans son émission « Tout le monde en parle ».

Motif de cette guerre des chefs déclarée entre Aspasiens dirigeant ensemble hier, devenus farouches opposants aujourd’hui, verte querelle des « anciens » et des « modernes » ?

Dans une lettre ouverte aux adhérents de l’ASPAS, M. Athanaze en personne reprocherait vertement à ses successeurs d’avoir mal agit après son départ.

Selon son entourage, les dirigeants actuels de l’ASPAS redouteraient de devoir « rendre des comptes » aux adhérents et craindraient, autant que l’ouverture de la chasse sinon plus, un retour possible de l’ancien Président. Ainsi, tenteraient-ils d’imposer une assemblée générale 2015 hors-sol (« par correspondance ou vote électronique »), ce qui reviendrait à priver les adhérents de la possibilité de débattre librement entre eux avant de voter : « un déni de démocratie », se serait plaint amèrement M. Athanaze, un procédé qu’il estimerait même « complètement illégal » et dont il se dirait « atterré ».

« Cela fait plus de trente ans, aurait écrit Pierre Athanaze aux adhérents de l’ASPAS, que je participe à la vie associative dans le domaine de la protection de la nature, j’ai toujours tenu à respecter ce fondement de la vie démocratique de nos associations ».

Et d’exiger, parait-il, « la tenue d’une vraie assemblée générale délibérative ». Voilà les partisans de la « fausse » assemblée bien  prévenus. Bonjour l’ambiance !

Face à cette salve de reproches, quelle est la position du Vice-Président de l’ASPAS, Marc Giraud, seul maître à bord du bateau ivre d’après ses détracteurs ?

222

En riposte au violent abordage subi par « l’impitoyable Troïka », « l’équipe de l’ASPAS », qui aurait hésité sur la stratégie à adopter (se draper dans un silence méprisant ou sortir l’artillerie lourde) se serait finalement décidée à monter au créneau pour dénoncer des propos « mensongers », des moyens « déloyaux ».

La « Troïka » du camp opposé (Pierre Athanaze, Roger Mathieu, Françoise Savasta) serait maintenant accusée par l’équipe Giraud de s’être livrée à une « véritable campagne de destruction de l’ASPAS », à un « déballage public dévastateur basé sur des arguments fallacieux ». Du lourd, comme on le voit !

S’ils étaient confirmés, ces propos prêtés à l’équipe dirigeante actuelle ne seraient pas de nature à ramener la paix entre belligérants. Mais après la bordée d’amabilités dont il a été criblé, il aurait quand même été étonnant que le trio Giraud-Delhomme-Reynaud, entendez « la Troïka qui a fait main basse sur l’ASPAS » (dixit Roger Mathieu), reste bras croisés tandis que le bateau sabordé par les Athanasiens prend l’eau de toutes parts.

223

D’après nos informations, à confirmer, nouveaux missiles longue portée en phase de préparation pour réponse non graduée mais déjà programmée …

En attendant, selon des indications publiées dans le Dauphiné, la Médecine du travail se serait penchée sur l’état de santé mentale des salariés de l’ASPAS, victimes collatérales de la tornade verte, une équipe de salariés qui, selon certaines sources, se sentirait « déstabilisée, inquiète, troublée, en danger ». L’institution aurait rendu un rapport « alarmant » préconisant des mesures d’ « urgence ». 

224

Les personnes travaillant pour l’ASPAS, nouvelle espèce à protéger d’urgence ?

225

 

. Arrêté du 30 avril 2015 relatif au montant des redevances cynégétiques (J.O. du 6 mai 2015)

Montant des redevances cynégétiques pour l’année 2015 :

Redevance cynégétique nationale annuelle 221,43 €
Redevance cynégétique nationale temporaire pour neuf jours 132,39 €
Redevance cynégétique nationale temporaire pour trois jours  66,08 €
Redevance cynégétique départementale annuelle 43,36 €
Redevance cynégétique départementale temporaire pour neuf jours 26,25 €
Redevance cynégétique départementale temporaire pour trois jours 17,10 €

Lorsqu’un chasseur valide pour la première fois son permis de chasser, lors de la saison cynégétique qui suit l’obtention du titre permanent dudit permis, le montant de ces redevances est diminué de moitié

 

. Décès. Nous apprenons avec peine le décès, à l’âge de 56 ans, de Monsieur Daniel Delolme, Président de l’ACCA de Saint-Pierre-de-Colombier (Ardèche). Président d’ACCA Membre Associé de l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche depuis de longues années, Daniel Delolme nous témoignait chaque année, avec son ACCA, un appui fidèle et apprécié. A sa famille, à ses proches, aux amis de l’ACCA de Saint-Pierre-de-Colombier, nous présentons nos sincères condoléances et leur adressons l’expression de notre cordial soutien. 

Le Conseil Interdépartemental

226

211

227

228

229

230

L’INTERDEPARTEMENTALE