PRINTANIERES 2017

LA FEDERATION DE LA DRÔME AVAIT REUSSI SON ASSEMBLEE GENERALE, LA FDC 07 A DEÇU LES PARTICIPANTS

 

Communiqué du Président de la FNC Willy Schraen à l’attention de tous les chasseurs

 

800

801
Photos Inter/Capture/FNC

« A tous les chasseurs de France,

« Cette journée particulière, qui a vu la désignation du nouveau gouvernement de la République, sera à l’évidence à marquer d’une pierre noire.

Trahis et humiliés

« Comment ne pas se sentir trahis et humiliés après avoir appris la nomination de Monsieur Nicolas Hulot à la tête du ministère de l’Ecologie, alors que le Président de la République voulait faire de son mandat un exemple de cohésion sociale et territoriale.

« Le passage réussit d’Emmanuel Macron devant les élus de la chasse en congrès à Paris laisse un goût plus qu’amer dans la bouche de l’ensemble des chasseurs de France en découvrant cette nomination.

« Les intentions de notre nouveau ministre de tutelle sont très claires et nous vous ferons parvenir un florilège de ses petites phrases assassines à notre encontre. Cela en dit long sur sa conception de l’écologie à la sauce dogmatique et de l’affection toute particulière qu’il nous porte.

« Je m’adresse également à l’ensemble des ruraux, agriculteurs, pêcheurs, maires de nos villages et autres usagers de la nature pour leur dire que les écrits de notre nouveau ministre sont là aussi très clairs. Mes amis nous allons souffrir, et comme le dit mon vice-président, les vacances sont finies (bien que je n’aie jamais eu l’impression que nous nous trouvions dans cet état de quiétude…).

Déclaration de guerre

« Pour ce choix qui prend le visage d’une déclaration de guerre à la majorité des territoires français et de leurs habitants, j’espère que notre Président de la République a bien conscience que la France des oubliés, celle des traditions, celles des diversités culturelles, celle des héritages, celle du bon sens … ne se laissera pas enfermer dans une niche des extrêmes qui semblent arranger tout le monde au coeur de l’Etat.

« Oui, en faisant ce choix, ce sont des milliers d’hommes et de femmes qui aspiraient juste à vivre en paix dans leur campagne qui vont connaître demain le harcèlement écologique à la Hulot et l’instauration de nouvelles normes supra européennes.

« Mes amis, je vais dès aujourd’hui demander une audience au Président de la République pour qu’il nous dise clairement ses intentions vis à vis de notre programme écologique et rural. Nous sommes pour le développement et non la mise sous cloche des territoires. Nous refusons l’arrêt de nos activités rurales séculaires, la disparition de notre agriculture et la sacralisation de nos terroirs !

Mobilisation pour notre survie

« Dans l’attente des réponses de l’Elysée, je vous demande de sonner le tocsin sur tous les territoires de France et de vous préparer à livrer la bataille des législatives et à travers cette élection la mobilisation pour notre survie !

« Le nouveau ministre de l’écologie n’a qu’un mandat temporaire et les urnes auront le dernier mot les 11 et 18 juin prochains.

« Durant toute la campagne présidentielle, j’ai respecté la neutralité politique qui incombe à ma fonction mais si des menaces réelles se font sentir sur notre passion et nos terroirs, rien ne m’empêchera de désigner ceux qui sont un danger pour l’ensemble de la ruralité française.

Je ne lâcherai rien

« Personnellement, ma motivation à défendre nos valeurs n’a jamais été aussi forte et l’adversité dans laquelle nous rentrons avec cette nomination me  motive encore plus. Vous me connaissez suffisamment pour savoir que je serai combatif et que je ne lâcherai rien, politiquement correct ou pas !

« Pour une fois, soyons unis devant les menaces qui nous guettent et réapprenons à chasser en meute !

« Vive la ruralité,

« Vive la chasse ! »

Willy Schraen
Président de la Fédération Nationale des Chasseurs (FNC)

802

 

A L’ASSEMBLEE GENERALE DES ADHERENTS OBLIGATOIRES DE LA FEDERATION DES CHASSEURS DE L’ARDECHE

 

803Aubenas, 13 mai : une assemblée générale jugée « décevante »
par les adhérents obligatoires de la FDC 07
Photo Inter/Capture

 

804

Charlie Chaussinand (en haut) et Denis Dumas (en bas, à gauche) ont accueilli les participants en leur remettant le flyer de l’Inter … Ce qui a irrité le président de la FDC 07
Photos Inter/Images d’archives/JMS

 

PEU AVANT L’OUVERTURE DE L’ASSEMBLEE GENERALE, UNE DELEGATION DE TRENTE RESPONSABLES D’ACCA S’INVITE A LA TRIBUNE : POUR DEMANDER « UN VRAI DEBAT ENTRE LA FEDERATION ET SES ADHERENTS »

 

Le président fédéral : « Je ne vous retiens pas, prenez la porte, rentrez chez vous ! »

 

805

Avant de prononcer l’allocution de bienvenue, le maire d’Aubenas, conseiller départemental de l’Ardèche, Jean-Pierre Constant, n’a pas manqué de venir saluer chaleureusement, au premier rang des invités, le président de l’Interdépartementale
Photo Inter/Image d’archives/JMS

806Comme à leur habitude, amicale accolade entre le président de la commission fédérale migrateurs, Bernard Brottes et le président de l’Interdépartementale avant que démarre l’assemblée générale 2017 de la FDC 07
Photo Inter/Image d’archives/JMS

Le Dauphiné avait pris ses informations à la meilleure source en la personne du président fédéral lui-même pour pronostiquer « Un congrès sous tension ». Le renseignement s’est avéré exact. Ce que le journaliste ne pouvait prévoir, c’est que ce 13 mai 2017 à Aubenas le président de la Fédération Départementale des Chasseurs de l’Ardèche perdrait ses nerfs devant plus de 800 personnes.

« Dehors ! »

 

. C’est par cet accueil glacial que la matinée printanière fédérale a commencé.

Alors que l’an passé à Crest quatre représentants drômois de l’Inter avaient distribué aux participants de l’assemblée générale le flyer de présentation de l’Inter Chasse 26-07 sans difficulté de la part de la FDC 26, le président de la FDC 07 en personne est venu interpeller les deux responsables associatifs bénévoles qui faisaient de même à Aubenas : « Dehors ! ». Heureusement pour eux, il ne pleuvait pas.

 

807

Le document litigieux ayant provoqué la première colère fédérale de la matinée était pourtant bien anodin : « Défendre tous les modes de chasse, pouvait-on y lire, informer les chasseurs : bénévolement et librement, en lien avec les fédérations, en prenant appui sur les ACCA ». Pas de quoi fouetter un chat ! D’autres associations, invitées par la fédération à tenir stand ouvert dans le hall d’entrée, ont eu droit à plus d’égards. Deux poids, deux mesures. Le mot d’ordre de l’autoritarisme fédéral réservé aux ACCA de l’Interdépartementale était clairement pour cette journée : si vous n’êtes pas d’accord avec moi, allez-vous faire voir ailleurs ! Comme si la fédération des chasseurs était devenue la chasse gardée de son président, comme si ne pas être d’accord sur tout, tout le temps avec les choix de la fédération enlevait tout mérite aux ACCA qui défendent la chasse bénévolement aux côtés de l’Interdépartementale.

« Il y va un peu fort, nous ne sommes quand même pas dans une secte », faisait remarquer un chasseur témoin de la scène.

L’épisode du flyer n’était pourtant que mise en bouche.

 

En tribune, le président fédéral perd à nouveau son sang-froid

 

808

Un quart d’heure avant le début de l’assemblée générale (afin de ne pas perturber son déroulement), trente présidents (ou vice-présidents) d’ACCA montent ensemble à la tribune. Ils reprennent à leur compte la demande adressée trois jours plus tôt par Christian Pialet au président fédéral : donner la parole à la salle en début de réunion plutôt qu’à la fin.

Ils expliquent calmement au représentant de la fédération que cela permettra peut-être un vrai débat entre la fédération et ses adhérents sur les questions qui préoccupent vraiment les ACCA, que c’est l’unique occasion dans l’année pour les adhérents de la fédération d’aborder ensemble les questions de fond. Visiblement contrarié par une proposition à laquelle il avait pourtant eu le temps de réfléchir, le président de la FDC 07 ne veut rien savoir. Devant l’insistance des présidents d’ACCA qui ne fait que traduire le sentiment partagé par une grande partie de la salle, c’est un président fédéral courroucé qui leur répond :

« Si l’ordre du jour ne vous plaît pas, je ne vous retiens pas. La porte est là, rentrez chez vous ! », joignant plusieurs fois le geste à la parole.

La colère, c’est connu, n’est pas bonne conseillère.

809

 

Pas un président fédéral ne s’était encore permis de parler aussi durement à des élus de chasseurs, représentants bénévoles d’ACCA, qui plus est à des adhérents cotisants obligatoires d’une fédération dont la présence à Aubenas le 13 mai a été rendue obligatoire par un petit chantage aux subventions qui assure d’année en année le remplissage de la salle.

Compte-tenu des échecs que la FDC 07 ne veut pas reconnaître (pigeon ramier cyniquement autorisé pour mieux l’interdire, grive misérablement interdite en fonction de la commune, zones d’ombre du sanglier à la gestion fédérale mise en pilotage automatique préfectoral), cette démonstration d’autoritarisme fédéral a été jugée mal venue par la plupart des participants.

Se faire rudoyer de la sorte par un responsable fédéral qui perd ses nerfs a été très mal vécu par les responsables d’ACCA qui y ont été confrontés. Même des administrateurs fédéraux en ont paru gênés, au moins l’un d’entre eux c’est sûr.

« Ce n’est pas le congrès de l’Interdépartementale, c’est celui de ma fédération. Si ça ne vous plaît pas, je vous l’ai dit, rentrez chez vous ! », croit bon d’ajouter le responsable fédéral à ses interlocuteurs en tribune.

« Sa » fédération ? « Son » congrès ? « Ses » ACCA ? « Ses » chasseurs ? De quoi est-il propriétaire se sont demandés les trente délégués ? Les présidents d’ACCA qui l’ont réélu administrateur fédéral sans opposition à la quasiunanimité (pas une voix des 120 ACCA ardéchoises de l’Interdépartementale ne lui a manqué ce jour-là) n’auraient-ils plus maintenant que le droit de payer et de se taire ?

 

810

 

L’excès d’autoritarisme fédéral est d’autant plus dérangeant que c’est ce président de fédération qui n’hésite pas à faire la leçon aux ACCA de l’Ardèche (Cf. Editorial du Chasseurs Ardéchois N°100 distribué le 13 mai aux invités de la fédération) :

« Les ACCA ne sont pas des « républiques bananières » conduites par un président autoritaire qui travaille en solo ! ».

 

811

 

« Vous parlez toujours de votre congrès fédéral mais statutairement ce n’est pas votre congrès, lui a rétorqué poliment mais fermement un membre de la délégation d’ACCA, c’est l’assemblée générale des adhérents obligatoires et cotisants de la fédération ».

Mais, pour « Monsieur-le-Président-fédéral », le « congrès » ça fait certainement plus chic en tribune, plus « politiquement correct ». Politique, chasse : à force de confondre les deux, on finit par donner la préférence à la première au détriment de la seconde.

Congrès ou pas, les représentants d’ACCA à qui le président fédéral a intimé l’ordre de rentrer chez eux ne se sont pas laissé intimider. Les trente délégués ont fait bloc. Ils n’ont quitté la tribune qu’après avoir obtenu un engagement formel d’un administrateur fédéral, Bernard Brottes. Moins rigide, plus habitué au dialogue, plus conscient de la réalité et du rapport de force, le maire de La Voulte a admis implicitement qu’il y avait bien un problème d’ordre du jour en reconnaissant qu’il serait normal que les représentants de chasseurs souhaitant s’exprimer dans la salle puissent le faire dans de meilleures conditions que les années précédentes. Bernard Brottes a joué les médiateurs. Il s’est porté garant qu’un temps de parole correct serait donné aux représentants des ACCA nettement plus tôt que d’habitude, « vers 11 heures », a-t-il précisé. Bernard Brottes a donné sa parole à la délégation. Le président fédéral a alors accepté le compromis. L’engagement a été tenu.

812

 

N’en déplaise au président de la FDC 07, les trente délégués d’ACCA présents à la tribune n’ont pas pris la porte et l’ordre du jour fédéral a bien été modifié en partie. Ainsi, grâce à l’initiative spectaculaire de l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche, jugée « courageuse » par beaucoup de chasseurs, une vingtaine de présidents d’ACCA n’étant pas membres de l’Interdépartementale ont pu accéder au micro même s’il est vrai que le temps a manqué pour satisfaire toutes les demandes, les candidats aux législatives, pourtant non chasseurs, ayant la priorité lors de cette assemblée générale par décision surprenante du président fédéral.

 

LA FDC 07 ASSURE LE SHOW POLITIQUE DES CANDIDATS PS AUX LEGISLATIVES MAIS PEINE A CONVAINCRE SUR LE PIGEON ET LE SANGLIER.

 

813

 

814
Secondé par le vice-président chargé du sanglier, c’est Sébastien Riou (à gauche), le jeune vice-président chargé des ACCA, qui a conduit sans trembler la délégation des d’ACCA
Photos Inter/Images d’archives/JMS

 

815
Le vice-président en charge du migrateur terrestre a parlé pigeon. A l’applaudimètre, Jean Nicolas (Satillieu), doyen du Conseil Interdépartemental 26-07, sort N°1 de l’AG FDC 07
Photos Inter/Images d’archives/JMS

Une fois l’assemblée générale 2017 terminée, les membres de l’Interdépartementale venus nombreux à Aubenas ont participé par petits groupes aux  discussions d’apéro et de repas. Voici ce qu’ils ont glané pour vous sur le vif …

 

* A propos des politiques invités par la fédération à intervenir au micro plus longuement que les chasseurs

 

816
Photo Inter/Image d’archives/Alain Pialet

. Un membre de bureau d’ACCA :

– « Avec la politique que la fédération met à toutes les sauces, on est en train de tuer la chasse ardéchoise. La politique divise »

. Un président d’ACCA :

– « Congrès de chasse ou congrès politique ? Si notre président fédéral vise une carrière de recyclage au PS ou chez les bobos de Macron, nous on est là pour la chasse. La politique, on commence à en avoir par-dessus la tête »

. Un ancien administrateur fédéral :

– « Etre l’élu d’une fédération, avant c’était se mettre au service des chasseurs dans un travail d’équipe. Maintenant, c’est trop souvent le tremplin d’ambitions personnelles »

 

* A propos de l’attitude du Président de la fédération

 

817
Photo Inter/Image d’archives/Alain Pialet

. Un président d’ACCA :

- « Au lieu de se demander pourquoi tant d’ACCA sont aujourd’hui vent debout contre la fédération de l’Ardèche, son président essaie d’empêcher qu’on en
parle. Qui le conseille à la fédération pour qu’il agisse de la sorte ? »

. Un membre de bureau d’ACCA :

– « On n’en sait toujours pas plus ! Avant l’assemblée générale, le président annonce au Dauphiné qu’il va mettre en débat son idée de « la grève des fusils ». Là, au milieu des politiques, il n’en dit plus un mot. Pour une fois qu’il appelait les chasseurs à se bouger, ça n’aura pas duré longtemps. Son ami le préfet a encore dû lui remonter les bretelles »

. Un président d’ACCA membre de la délégation en tribune :

– « Mais pour qui il se prend celui-là pour nous parler comme il l’a fait ? »

. Un autre membre de la délégation :

– « Ce matin, le président de Boffres (Sébastien Riou – NDLR) a pris du grade. Il n’a pas cédé. Les jeunes de l’Inter avaient promis qu’ils ne se laisseraient pas faire, ils sont en train de tenir parole. Ça encourage tout le monde »

. Un président d’ACCA adhérent de l’Interdépartementale :

« Si la fédé continue à taper sur l’Interdépartementale, est-ce qu’il faudra aller chercher les explications à l’Escrinet (siège de la FDC 07 – N.D.L.R.) ? Ce jour là, on ne va pas limiter la délégation à trente. On ne posera pas que les dossiers sanglier, pigeon, grive sur le bureau du président devant la presse, il sait de quoi on veut parler. Vous vous rendez compte jusqu’où ils vont ? Ils avaient essayé de nous empêcher de manifester derrière la banderole de nos ACCA, ils en sont maintenant à faire siffler devant la presse et les politiques un responsable bénévole qui passe sa vie à défendre la chasse ! C’est du n’importe quoi. Ils nous font honte. L’Inter n’est pas contre la fédération, on est pour défendre la chasse, pas la laisser tomber. Les ACCA, la fédération, l’Interdépartementale, les chasseurs ont besoin des trois. A l’Inter, nous faisons ce qu’une fédération n’a plus le droit de faire, nous disons ce que la fédération de l’Ardèche n’ose plus dire. Personne ne comprend où ils veulent en venir. Les chasseurs que nous interrogeons nous répondent que c’est sûrement de la jalousie parce que nous gardons les mains libres et avons déjà réussi pas mal de choses avec de petits moyens. Ils nous disent qu’être dans un bureau à l’Escrinet, ça enfle la tête de quelques-uns qui se voient trop beaux, que ça les rend intolérants, qu’ils ne se posent pas la question si ce qu’a dit l’Interdépartementale est vrai ou pas, parce qu’ils veulent toujours avoir raison, parce qu’ils ne supportent pas que d’autres responsables de la chasse leur disent qu’ils peuvent se tromper »

. Un président d’ACCA non adhérent de l’Interdépartementale :

– « On n’est pas obligé d’aimer Pialet ni de suivre le positionnement de l’Interdépartementale, ce qui, jusqu’à présent était mon cas mais quand la fédération essaie de l’empêcher de dire ce qu’il a prévu, là-dessus je ne serai jamais d’accord. Il sait ce qu’il dit, il représente des dizaines d’ACCA qui ont le droit de donner leur avis autant que les autres. Si on commence à faire ça, on va diviser les chasseurs. Du coup, pour l’adhésion de mon ACCA à l’Interdépartementale cette année, je vais peut-être revoir ma position, on va en parler en réunion de bureau »

. Un élu invité de la fédération :

– « Quand on n’est pas chasseur soi-même, on a du mal à suivre. Votre président fédéral paraissait un peu dépassé. Sur la maladie du sanglier, on sent qu’il n’est pas libre de ses réponses. Ça se voyait quand M. Pialet l’a interpellé »

. Un autre élu présent dans la salle :

– « J’ai vu ce qui se passait à droite de la salle : un chahut bon enfant mais organisé. Quand Christian Pialet a été appelé au micro, quatre ou cinq responsables fédéraux sont descendus de la tribune comme un seul homme pour venir diriger de la voix, depuis la salle, le groupe d’opposants à l’Interdépartementale. Non seulement le président a laissé faire mais il a donné l’impression d’encourager le chahut en coupant systématiquement la parole à Christian Pialet dès que celui-ci le mettait en difficulté par ses questions. Comme des centaines de personnes, j’ai entendu votre président de fédération relancer Christian Pialet alors que celui-ci avait terminé et était déjà retourné s’assoir :
« Tu as des preuves ? ». Mais quand le président de l’Interdépartementale s’est relevé aussitôt, un document à la main, revenant au micro pour lui  répondre, le président fédéral lui a interdit de la voix et du geste de reprendre la parole. Derrière moi, quelqu’un s’est écrié : « C’est scandaleux ! ». Un autre élu m’a dit en sortant : « de vrais procédés staliniens ». En agissant de la sorte, je ne suis pas sûr que votre fédération ait marqué beaucoup de points pou faire avancer la cause de la chasse. La prochaine fois, je resterai chez moi ».

. Un dirigeant de l’Interdépartementale :

– « Qu’est-ce qu’on aurait entendu si l’Interdépartementale, qui a démontré l’an passé sa capacité à faire siffler et huer la ministre de l’Ecologie au point de l’empêcher de venir en Ardèche, avait donné aux chasseurs la consigne de perturber l’intervention du président fédéral qui a pu parler 45 minutes d’affilée sans être interrompu par personne ? »

. Le vice-président de l’Interdépartementale chargé du sanglier :

818
Jacky Féroussier, vice-président interdépartemental chargé du grand gibier
Photo Inter/Site internet Chasse Drôme-Ardèche/Florian Lalièvre/Image d’archives/JMS

- « Avec le trésorier de notre ACCA, il a quand même fallu qu’on se lève pour aller causer à l’administrateur fédéral qui hurlait depuis le fond de la salle pendant que Christian parlait. Quand le trésorier lui a demandé quel était son problème, il a baissé la tête. On ne l’a plus entendu »

. Le vice-président de l’Interdépartementale chargé des ACCA :

819
Sébastien Riou conduisait en tribune la délégation des 30 représentants d’ACCA
Photo Inter/Image d’archives/JMS

- « Avec la délégation de représentants d’ACCA que je conduisais, nous avons obtenu que la discussion avec la salle commence une heure avant, ce qui a donné à des ACCA qui ne sont pas membres de l’Interdépartementale la possibilité d’intervenir dans la salle à partir de 11 h 20. Ce qu’on peut quand même regretter, c’est que la fédération donne l’impression de fuir le débat, de craindre qu’il y ait de véritables échanges entre les adhérents et le président fédéral qui, une fois par an, doit rendre compte de son bilan. Il y a le monologue de celui qui intervient depuis la salle puis la réponse du président fédéral du haut de la tribune, ce qui est normal mais sans possibilité de suite, ce qui fausse toute véritable argumentation dont l’assemblée pourrait être l’arbitre. Par exemple, lorsque j’interviens deux minutes, je fais le parallèle entre les fédérations 07-26 qui, en désavouant la manifestation Drôme-Ardèche de chasseurs, la condamne forcément à un nombre restreint de participants mais ne disent rien quatorze jours après quand a lieu le rassemblement Drôme-Ardèche des opposants à la chasse. Le président de la FDC 07 est-il de bonne foi lorsqu’il me répond qu’il faut que je m’adresse à la fédération de la Drôme au prétexte que les antichasse manifestaient à Valence ? … Comme si le président fédéral n’avait pas compris qu’il s’agissait d’un rassemblement Drôme-Ardèche, comme si sa fédération et celle de la Drôme ne s’étaient pas désolidarisées ensemble de la manifestation Drôme-Ardèche des ACCA qui voulaient défendre la chasse dans la rue parce qu’elles ne croient plus aux belles promesses du « dialogue constructif » de la FDC 07, notamment sur le pigeon. Voilà la question que j’aurais voulu poser au président fédéral si j’avais pu prendre de nouveau la parole une minute de plus. Cela l’aurait obligé à me répondre sur le fond plutôt que d’esquiver la question ».
(Nous confirmons que la manifestation antichasse de Valence était bien coorganisée par des ardéchois et des drômois à travers l’association bidépartementale « Ardèche Drôme Défense Animale » (ADDA), à preuve le témoignage journalistique de France Bleu Drôme-Ardèche – N.D.L.R.).

 

820
Sébastien Riou, vice-président interdépartemental chargé des AICA et ACCA
Photo Inter/Image d’archives/JMS/Captures d’écran

. Le président de l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche :

 

821
Christian Pialet, président interdépartemental
Photo Inter/Image d’archives/JMS

« Je ne pense pas que ce soit en politisant une assemblée générale de chasseurs, ni en brutalisant les ACCA que l’on règlera les problèmes de la chasse ardéchoise. En ayant pris ces deux directions le 13 mai, notre fédération fait fausse route parce qu’au bout c’est l’impasse. Les uns et les autres, nous devrions au contraire nous situer en permanence sur le terrain de la défense collective de la chasse en additionnant nos forces plutôt qu’en les divisant. Au risque de me répéter, non, je n’ai pas de raison personnelle d’en vouloir à Jacques que je connais depuis longtemps mais en même temps j’en veux au président de notre fédération de mener les chasseurs là où il est en train de les mener sans tenir compte des avis qui s’expriment ; non, je n’ai pas l’intention de revenir au conseil d’administration d’une fédération dont j’ai été très jeune le vice-président élu ; non, je ne fais plus de politique depuis longtemps même si j’ai accepté d’être le collaborateur du ministre de l’Environnement pendant trois ans mais ça, c’était il y a trente ans ; oui, j’ai fait le choix de mettre bénévolement mon expérience au service d’une jeune équipe pleine de mérite et de talents, une équipe qui défend la chasse avec conviction, une équipe qui informe les chasseurs sans rien leur cacher de la vérité parce que les chasseurs sont adultes ; oui, je le fais sans rien attendre en retour, par idéal et  conviction, pour des valeurs auxquelles je crois ; oui, je regrette, compte-tenu des gros problèmes que la fédération ne règle pas, que certains  administrateurs fédéraux (pas tous, heureusement !) donnent trop l’impression de se lever tous les matins en ne pensant qu’à l’Interdépartementale, ses ACCA, son équipe dirigeante, son président ; oui, je crois que la fédération sera plus crédible le jour où elle acceptera de se remettre un peu en question en se demandant pourquoi un président fédéral ne peut pas répondre aux questions que les chasseurs ne nos ACCA se posent sur le sanglier et le pigeon,  questions que nous avons posées en leur nom à Aubenas même si on a voulu nous en empêcher ; oui, les choses seront complétement différentes le jour où un président de fédération gardera suffisamment les mains libres pour prendre la main que l’Interdépartementale lui tend. Mais si le président fédéral  actuel est contraint d’agir « en solo », en étant quand même, je suppose, à l’écoute de son conseil d’administration, il y a au moins une ligne rouge qu’il devrait s’interdire de franchir à l’avenir : c’est le spectacle de la division qui fait le jeu de nos adversaires. A l’Interdépartementale (en sont témoins tous les chasseurs depuis 36 ans), dans nos réunions publiques, nous avons toujours réservé nos broncas, nos chahuts d’assemblées générales, nos prix « Citron Vert de la Chasse », nos cartons rouges aux adversaires de la chasse, jamais à des représentants élus de chasseurs qui donnent de leur temps pour défendre la chasse. J’invite donc Jacques Aurange, président de la FDC 07, à ne plus se tromper d’adversaire ».

* A propos du cinéma écolo, d’un Nicolas à l’autre …

 

822

. Un chasseur accompagnateur :

– « Les images sont superbes, rien à dire (Extraits de film projetés aux ACCA présentes à Aubenas – N.D.L.R.). Mais chez nous, Nicolas Vanier fait polémique, les Drômois peuvent en parler. Comment cela finit pour son camp du Vercors et pour les pauvres chiens ? Le film ne le dit pas, la fédération non plus ! Une faillite, une fermeture ordonnée par le préfet, 60 chiens qui finissent à la SPA : la fédération de l’Ardèche a-t-elle sponsorisé Vanier ? L’an prochain, est-ce qu’on aura droit à un film de Nicolas Hulot s’il devient ministre de la chasse ? »

. Un vice-président d’ACCA :

– « Pendant qu’on amuse la salle avec du cinéma écolo et des discours politiques, les aiguilles tournent. C’est toujours ça de gagné quand on veut empêcher la discussion entre chasseurs parce qu’on a des raisons de la redouter »

 

* A propos du pigeon ramier

 

849

 

. Un président d’ACCA de l’Interdépartementale :

– « Pour le pigeon, maintenant on sait au moins une chose. Christian a réussi à faire dire au président de la fédération que celui-ci a commenté une lettre ministérielle sans l’avoir lue. Il commence par nier, il ne manque pas d’air. Puis, Christian lui rafraîchit la mémoire en lui rappelant la date de son communiqué :
« 21 février ». Il avoue, enfin : « Non, je ne l’ai pas lue ». Puis, il s’embrouille un peu plus : « Moi, je ne l’ai pas lue mais des administrateurs fédéraux l’ont lue ». Il serait bien en peine de dire lesquels puisqu’ils sont tous derrière lui sur l’estrade pour démentir si ce n’est pas vrai. Demandez aux amis qui sont venus avec moi, ce président, plus personne ne le croit ! Bernard Brottes, lui, a été plus malin. Il s’est bien gardé de commenter cette lettre dont on parle. Il n’a pas dit non plus qu’il l’avait lue alors qu’il est le spécialiste du pigeon à la fédération. Il nous a bien lu une lettre de la ministre parlant du pigeon, sauf que ce n’était pas la bonne. Nous, on attend toujours de voir la copie de cette lettre introuvable dont la fédération prétend, sans jamais l’avoir publiée, qu’elle aurait été envoyée au préfet par Ségolène Royal et que c’est à cause de cette lettre que le préfet aurait été obligé de signer l’interdiction. Comme pour la « maladie » du sanglier, la fédé va peut-être nous dire bientôt qu’on ne trouvera jamais ? On a de plus en plus le sentiment qu’on nous ment sur toute la ligne depuis le début »

 

* A propos du réseau SAGIR et la « maladie » de l’oedème

 

823

 

. Un responsable d’ACCA :

– « Avec ce brouhaha autour de moi, c’était difficile de suivre mais si j’ai bien compris, le réseau SAGIR, Mme Decors, l’ONCFS, le ministère de l’Ecologie, ce chercheur payé par la FDC 07 pour préparer une thèse sur la maladie, celle qui dirige son travail, ceux qui lui fournissent les résultats des laboratoires, ce sont les mêmes, ils se connaissent tous, ils marchent ensemble. Par conséquent, on peut déjà prévoir le résultat »

 

EN TENTANT D’EMPÊCHER L’INTER CHASSE 26-07 DE S’EXPRIMER, LA FDC 07 A PREFERE LE SPECTACLE DE LA DIVISION A L’EXPLICATION

 

825
Face à face tendu mais instructif entre les deux présidents
Photos Inter/Images d’archives/ Alain Pialet/Région Auvergne-Rhône-Alpes/JMS

. Faut-il que l’Interdépartementale dérange quand elle se permet de critiquer – ça s’appelle la liberté d’expression et la démocratie – les décisions d’une ministre PS ou d’un préfet qui la représente ! L’an passé à Aubenas, en présence du préfet, l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche faisait siffler et  huer (sans l’insulter) la ministre PS antichasse de l’Ecologie. Cette année à Aubenas, en l’absence du préfet, les inconditionnels de la fédération ont fait  siffler et huer (sans l’insulter) le représentant de l’Interdépartementale. Au moins, les choses sont claires, chacun sait maintenant qui est avec qui, qui roule pour qui.

- « A travers la tenue de nos débats, nous devons donner une bonne image de la chasse ardéchoise » annonçait le président fédéral. Promesse qu’il ne  pouvait pas tenir en donnant comme il l’a fait la priorité à la politique partisane au détriment de la chasse, en choisissant « l’Interdépartementale bashing » plutôt que l’union des chasseurs.

Commentaire du président interdépartemental sur les conditions de son intervention :

- « Dans une salle où je prends la parole devant 850 personnes, me faire chahuter gentiment par une petite cinquantaine d’opposants plus axés sur la politique que sur la chasse dont deux énergumènes identifiés qui ont dérapé dans la grossièreté, ça ne me fait ni chaud, ni froid : quand on assume ses responsabilités, ce qui est mon cas, il ne faut pas pleurer dès qu’on est critiqué, c’est de bonne guerre. Ce qui me gêne, par contre, c’est lorsque l’image de la chasse en sort abîmée parce qu’on a délibérément politisé une assemblée générale de chasseurs en période électorale alors que le préfet du département a donné à tous l’exemple du devoir de réserve ; ce qui me gêne, c’est lorsqu’un fan-club fédéral politisé réserve ses cris et ses sifflets non aux mesures ministérielles qui ont fait beaucoup de mal à la chasse ardéchoise mais à celui qui la défend ».

 

Bilan des courses

 

Voilà le constat sans complaisance mais lucide que chaque participant présent à Aubenas a pu faire :

Un président fédéral ardéchois empêtré dans la politique qui perd ses nerfs en faisant preuve d’autoritarisme cassant face à une délégation de 30 représentants d’ACCA élus et bénévoles ; un président de séance sur la défensive au point de couper la parole immédiatement et sèchement après l’avoir donnée ; un responsable départemental cynégétique qui ne répond pas en assemblée générale statutaire aux questions de ses adhérents ou les esquive ; un dirigeant investi de missions de service public par l’Etat qui reconnaît ne pas avoir lue une lettre de ministre qu’il a pourtant commenté longuement au nom de 12 500 chasseurs ardéchois sans toutefois avoir demandé leur avis pour le faire ; un président de fédération en difficulté qui en est réduit à chercher dans la salle l’aide de soutiens bruyants mais en nombre limité (même pas … 80 sur plus de 800 représentants d’ACCA présents !), un stratège qui, pour finir, rate complétement la mise en boîte finale (que ses amis lui avaient sans doute pourtant conseillé de bien préparer – « Tu as des preuves ? » -), laquelle lui revient à la tribune comme un boomerang en présence de centaines de témoins abasourdis …

Version fédérale 2017 de l’arroseur arrosé.

826

 

 

827

 

Sortie pour sortants

 

828
Photo Inter/Capture d’écran

 

Aubenas : silence éloquent des candidats PS en tribune, chahut organisé dans la salle contre l’Interdépartementale en réplique aux sifflets de l’an dernier dirigés contre la ministre PS Ségolène Royal

829

Parmi les 39 candidats aux législatives dans le département, seuls 2 candidats, tous deux du PS, ont été invités à prendre place à la tribune aux côtés du président fédéral qui a clairement affiché la couleur. Ces 2 candidats PS n’avaient pourtant pas jugé utile de se déplacer à Aubenas l’an passé, l’un n’étant même encore jamais venu. Si les 37 autres candidats – représentant toutes les tendances politiques – avaient peut-être aussi des choses à dire aux chasseurs ardéchois, « on ne le saura jamais » comme on dit désormais dans cette fédération.

Pour donner l’illusion de l’équilibre, 2 élus LR ont servi de parfait alibi, sans doute malgré eux, en s’exprimant eux aussi depuis la tribune. Vous voyez,  pourra dire la fédération, on a respecté le pluralisme … A une différence près qui est de taille : ces 2 élus de droite ne sont pas candidats aux législatives ! La conseillère  régionale FN présente à Aubenas fait partie des 39 candidats. Elle n’a eu droit ni à la tribune, ni au micro. Encore deux poids, deux mesures. Lui a-t-on fait payer sa présence à la manifestation du 10 septembre à Privas aux côtés des chasseurs ? « On ne le saura jamais ».

Dans ce bazar électoral orchestré, chacun a compris que les deux candidats du PS aux législatives ont été complaisamment invités à se servir d’une  assemblée générale de chasseurs pour faire campagne – sans adversaire en face ni limitation de temps – devant un auditoire captif de plus de 800 chasseurs.

Des discours fleuves de ces candidats PS, on retiendra que la ministre PS de la chasse, Ségolène Royal, a été royalement épargnée : ni mot de reproche, ni remarque sur son attitude scandaleusement partisane et méprisante à l’encontre des chasseurs ardéchois ! Les loups ne se mangent pas entre eux.

Silence éloquent, positionnement hallucinant d’élus PS qui prétendent défendre la chasse une fois tous les cinq ans (qu’ont-ils obtenu pour la chasse  ardéchoise de leur ministre PS ?) : cela, le président de la FDC 07 s’est bien gardé de le relever, soucieux avant tout de ne pas déplaire à ses amis, de rester « politiquement correct » en faisant assaut d’amabilités à l’égard des candidats PS.

830
Photo Inter/Affiche officielle de campagne présidentielle avril-mai 2017

A Aubenas, ils furent ainsi plusieurs dizaines, soit à la tribune, soit regroupés dans la salle, candidats PS aux législatives ou amis de candidats, à sembler fortement regretter, les uns par leur silence complice en tribune, les autres par leur chahut organisé dans la salle, que la ministre écolo du PS (grande « amie » des chasseurs ardéchois comme elle nous l’a prouvé avec infiniment de tendresse pour le pigeon et la grive) ait été chahutée et sifflée l’an passé par 200 à 300 chasseurs ardéchois à l’appel de l’Interdépartementale :

Crime de lèse-majesté (e)-PS, ça ne pardonne pas !

 

831

 

A chacun ses priorités.

A certains la politique partisane, leurs silences et chahuts du 13 mai.

Aux autres la chasse, les 11 et 18 juin par nos libres choix de citoyens-chasseurs :

Des citoyens-chasseurs qui, en Ardèche, ont toujours eu de la mémoire.

 

CHOSE PROMISE …

 

832

Comme annoncé, le compte-rendu des Tables Rondes de la Chasse 2017 a été envoyé au ministre de l’Agriculture, M. Jacques Mézard et à son homologue de l’Ecologie, M. Nicolas Hulot.

833

. Après la chaîne TV du Chasseur Français, c’est au tour du JDC (Le Journal du Chasseur) de s’intéresser de près au sanglier ardéchois

 

834

 

Encore une première !

Dans son magazine trimestriel N° 182, le JDC consacre pas moins de sept pages et demi aux différentes problématiques du sanglier ardéchois (mystère de l’oedème, hypothèse de manipulations génétiques, projets de stérilisation, etc.) tout en saluant les premières Tables Rondes de la Chasse ainsi que l’équipe Drôme-Ardèche qui en a pris l’initiative.

Une réalité s’impose : aux quatre coins de l’hexagone, l’Ardèche est de plus en plus regardée – curiosité teintée d’inquiétude – comme une sorte de laboratoire expérimental national du sanglier. Une renommée dont les chasseurs ardéchois se passeraient volontiers.

835

836

837 838

 

839

 

En marche vers des bouleversements pour la chasse ? Que nous préparent-ils ? …

 

840

 

841

842

843
Le cadeau d’adieu de la ministre PS Ségolène Royal à ses « amis » chasseurs
Nos Chasses – Mai 2017

844

 

850

845

846 847

848

L’INTERDEPARTEMENTALE