DRÔME – SOUS LA PRESSION DU SANGLIER QUI PLOMBE LES COMPTES D’UNE FEDERATION EN PERTE D’ADHERENTS, LE PRIX DU TIMBRE GRAND GIBIER EXPLOSE : + 75% EN 1 AN !

ARDECHE – LE 13 MAI A AUBENAS, LORS DE L’ASSEMBLEE GENERALE DES ADHERENTS OBLIGATOIRES D’UNE FEDERATION EN GRANDE DIFFICULTE (SANGLIER, PIGEON, RELATIONS AVEC L’ETAT), LES REPRESENTANTS DES ACCA ATTENDENT UN VRAI DEBAT QUI LEUR PERMETTE DE SAVOIR OU L’ON MENE LES CHASSEURS

 

1

C’est sûr, maintenant ils veulent sa peau !

Permis républicain

 

2

A l’élection présidentielle, le président de l’Inter Chasse 26-07 s’est présenté au bureau de vote de Beauchastel avec pour carte d’identité son permis de chasser. Renseignement pris, c’est la loi. Le permis de chasser est un document officiel délivré par la République française.

3

 

LE VICE-PRESIDENT INTERDEPARTEMENTAL CHARGE DU GRAND GIBIER : « SUR LE SANGLIER, LA FEDERATION DE L’ARDECHE S’EST MISE EN DIFFICULTE, LES ACCA LE SENTENT BIEN. LE 13 MAI, IL FAUT EN PARLER. A L’INTERDEPARTEMENTALE, ON EST LA POUR AIDER LA FEDERATION »

 

4
Jacky Féroussier, Vice-Président de l’Interdépartementale Chargé du grand gibier
Photo Inter/JMS

Jacky Féroussier en est persuadé : beaucoup de chasseurs qui feront le déplacement à Aubenas le 13 mai attendent les réponses de leur fédération aux questions qu’ils se posent.

De ses contacts récents avec plusieurs présidents d’ACCA de l’Ardèche, le vice-président de l’Interdépartementale en charge du grand gibier garde l’impression que la fédération ardéchoise s’est mise sérieusement en difficulté sur le sanglier.« Les ACCA le sentent bien. Elles nous le disent ».

Le 13 mai, il faudra en parler pour avancer ont dit ces présidents à Jacky Féroussier. Celui-ci partage leur avis. Il leur a répondu :

« Le temps fort de l’Assemblée Générale d’Aubenas doit être un vrai débat entre la fédération et ses adhérents. C’est ce que les chasseurs de sanglier attendent. Nous le disons parce qu’à l’Interdépartementale, on est là pour aider la fédération. »

 

5

 

6 7 8 9 10 11

 

 

POUR LES CHASSEURS DE SANGLIER DRÔMOIS JUSQUE-LA PLUTÔT EPARGNES, LES ENNUIS COMMENCENT. CONSTAT.

 

12
Les comptes de la FDC 26 plombés par le sanglier mais aussi par l’érosion du nombre d’adhérents obligatoires

Les difficultés actuelles de la fédération de la Drôme tiennent en 4 chiffres :

  • Diminution en 1 an du nombre d’adhérents obligatoires : – 2,5 %
  • Déficit actuel de la fédération : 36 000 €
  • Endettement actuel de la fédération : 42 000 €
  • Augmentation en 1 an du prix du timbre sanglier : + 75 %

Relativement épargnés jusque-là, souvent interrogatifs face à l’accumulation des déboires de la fédération voisine, les amis chasseurs drômois sont sortis assommés de leur dernière Assemblée Générale. Avec 75 % d’augmentation d’un seul coup du timbre grand gibier, le coup de massue fait mal. Avec le risque que cela accentue encore la baisse du nombre d’adhérents et par conséquent les recettes de la FDC 26.

Si la fédération drômoise s’est mise dans le rouge, la bête noire y est pour beaucoup. En forte augmentation (prélèvements annuels en hausse de 58 %, soit 6000 bêtes de plus tuées à la chasse que la saison précédente), le sanglier représente dans la Drôme 94 % du montant total de l’indemnisation des dégâts aux cultures.

 

AVEC SES 200 ACCA ADHERENTES VOLONTAIRES REPRESENTANT 9 000 CHASSEURS, SON NOUVEAU CONSEIL INTERDEPARTEMENTAL DE 27 MEMBRES, SES 10 JEUNES AUX RESPONSABILITES, L’INTERDEPARTEMENTALE EST DEVENUE EN DRÔME-ARDECHE LA PREMIERE ASSOCIATION DE DEFENSE DE LA CHASSE AU SANGLIER

 

13

14

15

16

 

17

 

18

 

19

20

21

 

22

  • Vous avez aimé les empoisonnements à la bromadiolone suivis de la prétendue bactérie de l’oedème ? Vous allez adorer la stérilisation de masse du sanglier assortie du piégeage généralisé. Un peu de patience, ils sont en train de nous préparer tout ça ! …

 

23

Quand les poids lourds de la presse cynégétique nationale commencent à s’intéresser de près aux révélations de l’Interdépartementale sur le sanglier …

 

24 25

Tout le monde en parle, c’est sur le site de l’Inter.
Même la chaîne TV du Chasseur Français en parle !

 

26
Pour se débarrasser du sanglier, l’imagination risque d’être sans limite

La fédération des chasseurs ardéchois prétend qu’elle « ne sait toujours pas »

27
Photo Inter/Alain Pialet

A l’Interdépartementale, nous voulons bien aider la fédération. L’aider comme nous le faisons depuis 36 ans, faire tout ce que nous devons et tout ce que nous pouvons. Encore faut-il pour cela que la fédération le veuille aussi et que son président accepte de dire la vérité sur la situation aux chasseurs de sanglier ardéchois.

Jusqu’à présent, la FDC 07 dit qu’elle « ne sait toujours pas » pourquoi c’est en Ardèche qu’une nouvelle maladie mortelle, totalement inconnue, inédite, aux effets à long terme tout aussi méconnus, frappe nos sangliers depuis 2013, ni comment la « maladie » arrive chez nous, y reste, ni pourquoi la bactérie tueuse incriminée (l’oedème du porc ou son imitation parfaite) traverse la France jusqu’en Espagne sans laisser la moindre trace ailleurs.

28

 

La FDC 07 « ne sait toujours pas » non plus pourquoi la mystérieuse bactérie (naturelle ou recomposée en laboratoire) ne touche – pour le moment – que deux départements, tous deux à « surpopulations » de sanglier. Ni pourquoi les deux départements déjà contaminés font partie des cinq départements « représentatifs » de ces « surpopulations » puisque le nombre de sangliers y est le plus élevé de France.

Jacques Aurange préside depuis longtemps la fédération de l’Ardèche. Le président fédéral peut-il ignorer depuis le début ce que tout le monde sait maintenant grâce à l’Interdépartementale et son site internet ? Peut-il ignorer qu’une « véritable démarche d’élimination » du sanglier est depuis longtemps programmée ? Comment peut-il se dire « surpris » de ce qui arrive aux chasseurs de sanglier quand en 2012 un rapport interministériel sur les dégâts de grand gibier (destiné à rester secret mais révélé en Drôme-Ardèche par l’Interdépartementale alors que le président de la FDC 07 affirmait catégoriquement « ne rien savoir ») fixe comme objectif un maximum de « 3 sangliers aux 100 hectares » ? Ou encore, quand en 2013 la Cour des comptes « recommande » aux fédérations de chasseurs, via la FNC, de « mettre en oeuvre une véritable démarche d’élimination des surpopulations » en retenant « un échantillon de départements considérés comme représentatifs » ?

Ces derniers mois, la fédération ardéchoise affirme aller de « surprises » en « surprises »

En février, le président fédéral s’est dit « surpris » par l’interdiction préfectorale de dernière heure du pigeon ramier alors que Jacques Aurange connait parfaitement la raison donnée par Ségolène Royal au préfet de l’Ardèche pour lui « intimer l’ordre » d’interdire. Le président fédéral se dit « surpris » mais ne fait rien pour s’opposer à une interdiction jugée « scandaleuse » par son président de commission fédérale, Bernard Brottes. Un mois après, le président fédéral se dit de nouveau « surpris » que le même préfet demande à la même ministre d’« expérimenter » le piégeage du sanglier en Ardèche. Le président fédéral se dit « surpris » mais ne fait rien pour s’opposer à « l’expérimentation » dont il dit même approuver le principe.

29

Pour se tenir informée, la FDC 07 devrait davantage lires les publications du site de la Chasse Drôme-Ardèche (300 000 visiteurs en 3 ans). Elle serait moins souvent « surprise ».

30

Les Tables-Rondes de la Chasse 2017 : le sanglier, plat de résistance

31

Pour être « surprise », la fédération n’en a pas moins bonne conscience,  en apparence du moins.

Grâce à l’argent de ses adhérents obligatoires et cotisants, la FDC 07 peut annoncer fièrement qu’elle participe activement depuis 4 ans aux recherches sur la « maladie » de l’oedème (prélèvements sanguins et stomacaux, oreilles coupées, etc.), ainsi qu’au financement des travaux de chercheurs (analyses en laboratoires, thèse universitaire, etc.). Dans ces conditions, pourquoi la FDC 07 n’a-t-elle encore publié aucun résultat ?

La raison est simple : parce que la fédération estime, même si elle ne le dit pas, qu’elle n’a pas le droit de le faire.

Le président de la fédération des chasseurs de l’Ardèche ne le dit pas non plus mais il a accepté depuis plusieurs années – lui a-t-on laissé le choix ? – que la communication des chasseurs sur la « maladie » du sanglier soit contrôlée par la préfecture.

Quand il prétend que sa fédération fait « tout ce qu’elle peut », depuis le début, pour « faire toute la lumière » sur la mystérieuse « maladie », le président de la FDC 07 fait un « oubli » majeur.

Il « oublie » de préciser aux chasseurs que ce n’est pas sa fédération mais le réseau gouvernemental SAGIR qui pilote entièrement les recherches et les analyses sur la « maladie » ardéchoise du sanglier.

Pour le faire, SAGIR s’appuie sur les Laboratoires d’Analyses Territoriaux qui ont été créés pour répondre prioritairement aux contrôles officiels commandés par l’Etat.

C’est SAGIR qui supervise toutes les opérations scientifiques. SAGIR ne communique que les résultats que l’ONCFS et le ministère de l’Ecologie jugent opportuns de publier.

Depuis le début de la « maladie » de l’oedème chez le sanglier (2013), c’est Mme Anouk Decors qui est la responsable scientifique nationale du réseau SAGIR. Son employeur est l’Etat.

Voilà un bien étrange oubli de la part d’un président fédéral qui connait pourtant bien Mme Decors pour l’avoir invité lui-même deux fois à venir porter la bonne parole aux chasseurs ardéchois réunis en Assemblée Générale et qui a participé lui-même à des réunions de travail sur la « maladie » de l’oedème en compagnie du préfet de l’Ardèche et de … Mme Decors !

32
« Seulement 2 communes touchées en Ardèche en 2013 par la maladie de l’oedème ». C’est la version 2016 de la responsable du réseau SAGIR-ONCFS à usage des Pyrénées Orientales

33
Photos Inter/Capture d’écran

35
L’oedème en Ardèche : 29 communes, pas 2 !

« On ne trouve que ce que l’on cherche » répondent les scientifiques des laboratoires indépendants que nous avons contactés …

Mais avec Mme Decors, les chasseurs ne sont pas près de connaitre la vérité puisque c’est elle même qui le dit. Pour dissuader toute curiosité malsaine pouvant venir de ceux qui s’éloigneraient un peu trop de la ligne officielle, pour conforter un discours formaté qui se heurte de plus en plus à la réalité des faits comme à la perplexité des observateurs, la représentante de l’Etat a bien prévenu les amis des Pyrénées Orientales. S’efforçant de rassurer un auditoire de Présidents d’ACCA, de les rassurer au prix d’une affirmation fausse pourtant répétées trois fois (« seulement 2 communes touchées en Ardèche en 2013 par la maladie de l’oedème »), la responsable scientifique du réseau SAGIR de l’ONCFS, établissement public sous tutelle de la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, se veut catégoriquement dissuasive :

« Je pense qu’on ne saura jamais d’où vient cette maladie ».

 

36
« On ne trouve que ce que l’on cherche » !

Ne jamais connaitre la vérité ?! … Et s’en satisfaire quand on est le responsable d’une fédération de 12 500 adhérents ?

A l’Interdépartementale, nous pensons au contraire que lorsqu’on cherche vraiment, ce qui est normalement le propre de toute démarche scientifique, il ne faut jamais dire « jamais ».

37

Pendant qu’à Paris ils prennent nos sangliers pour des cochons et les chasseurs de la France entière pour des demeurés, la fédération sous tutelle de l’Etat répète en Ardèche depuis quatre ans ce qu’on lui demande de répéter : « On ne sait pas », « On n’a pas de preuve ». « On cherche ». « On fait ce qu’on peut ». « Ça prendra du temps, beaucoup de temps ». « Peut-être même qu’on ne trouvera jamais ».

L’oedème en Ardèche, l’oedème dans les Pyrénées Orientales, l’oedème dans les Albères, l’oedème en Catalogne, l’oedème en Espagne … l’oedème partout précisément où l’on veut expérimenter des procédés et des protocoles tenus secrets de stérilisation de masse du sanglier, expérimentations dont certaines sont programmées, financées et, au moins en Espagne, déjà appliquées : encore une « surprise » pour la fédération de l’Ardèche ?

Pour faire face à la colère qui monte au fur et à mesure que chez les chasseurs de sanglier les yeux commencent enfin à s’ouvrir, les oreilles à se déboucher, les langues à se délier, ç’a été une belle panique dans certaines réunions de secteurs de la fédération qui viennent de se tenir :

La fédération a voulu jouer la montre, essayer de gagner du temps, passer rapidement à autre chose, « oubliant » carrément d’aborder la question du sanglier … un si petit sujet en Ardèche, n’est-ce pas ?! … ou faisant diversion dès qu’on lui posait la question. Pour la fédération bien-sûr, « c’est l’Interdépartementale qui dit n’importe quoi » (quoi donc, en particulier ?), ce qui est publié sur le site de la chasse Drôme-Ardèche ne serait que « des rumeurs » (pourquoi alors ne pas les démentir formellement ?), « des exagérations » (laquelle, par exemple ?), de «l’imagination » (à propos de quoi ?), parce que « tout ne va pas si mal pour la chasse en Ardèche » (quand a-t-on demandé l’avis des ACCA pour le dire à leur place ?), parce qu’« il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour l’avenir de la chasse au sanglier en Ardèche » (comme il n’y avait « pas lieu de s’inquiéter » non plus pour l’avenir de la chasse au pigeon ramier quand l’Interdépartementale « exagérait » déjà en alertant les chasseurs ?).

38


Ami chasseur de sanglier !

Quand « il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour le sanglier », voilà très exactement ce qu’il se passe en ce moment dans la fédération dont tu es l’adhérent obligatoire et cotisant :

39

• 2 mars 2017 : « La stérilisation du sanglier en Ardèche » arrive pour la première fois en discussion lors d’une réunion officielle avec la Chambre d’agriculture, les syndicats agricoles, les services de l’Etat. L’Interdépartementale n’est pas invitée, la FRAPNA si, ce qui ne pose aucun problème au représentant officiel de la FDC 07, Administrateur fédéral.

Quand l’exposé sur la stérilisation arrive sur la table, le représentant de la fédération des chasseurs de l’Ardèche assiste tranquillement à la discussion comme si de rien n’était. Il ne juge pas utile de quitter immédiatement la salle.

Consternant.

40

• 31 mars 2017 : par une déclaration bien visible sur tiers de page du Dauphiné, le président de la FDC 07 en personne se fait le porte-parole du préfet de l’Ardèche (lequel a choisi de ne pas communiquer lui-même sur le sujet) pour officialiser la décision du préfet qui demande à Ségolène Royal d’« expérimenter » le piégeage du sanglier en Ardèche. Le président fédéral prétend que sa fédération n’aurait été ni consultée ni informée au préalable. Il se dit « surpris ».

Exactement comme il l’a fait un mois avant pour l’interdiction du pigeon ramier signée par le même préfet, « ami » du président fédéral, Jacques Aurange fait part une fois de plus de sa « grande surprise ».

41

Le Président Aurange dit s’opposer à la généralisation du piégeage du sanglier mais pas au principe du piégeage lui-même ! « La FDC 07 est favorable à l’expérimentation du piégeage » confirme sans aucun état d’âme le référent institutionnel de l’Etat pour les 12 500 porteurs de permis ardéchois.

« La fédération y est favorable ». Mais les adhérents obligatoires payants de la fédération, ACCA, chasses privées, chasseurs de sangliers, est-ce qu’ils y sont « favorables », eux ? Quand a-t-on demandé leur avis ?

Il faut un vrai débat, M. le Président fédéral, pas un débat-croupion !

 

42

43

Nouvelle génération – Amicale passation de pouvoir entre Albert Zecchini (à gauche) et Sébastien Riou, Président de l’ACCA de Boffres qui devient Vice-Président de l’Interdépartementale en charge des AICA et ACCA
Photos Inter/JMS

La loi fait obligation aux ACCA (ainsi qu’aux chasses privées) d’adhérer à une fédération. Chaque ACCA doit s’acquitter d’une triple cotisation fédérale annuelle dépassant la centaine d’euros.

Quand les chasseurs payent, ils ont peut-être aussi leur mot à dire, non ?

Avant de parler au nom de ceux qui sont les premiers concernés, les adhérents obligatoires payants de la fédération, peut-être aurait-il fallu que Jacques Aurange commence par les consulter pour connaître leur avis.

44

Le 13 mai à Aubenas, le débat va avoir lieu. Entre chasseurs. Le débat va avoir lieu parce qu’il n’a pas eu lieu avant. Un vrai débat sur le risque bien réel d’une disparition programmée du sanglier et de sa chasse par le piégeage d’abord expérimental puis généralisé, par les empoisonnements chimiques à la bromadiolone toujours impunis, par la bactérie de l’oedème présentée comme naturelle mais vraisemblablement recomposée et maquillée en laboratoire, par les manipulations génétiques faciles et peu coûteuses rendues possibles grâce aux avancées de la biologie de synthèse, par la stérilisation de masse du sanglier en cours d’expérimentation avec des substances et des procédés tenus secrets : tous ces sujets d’actualité qui inquiètent légitimement les chasseurs de l’Ardèche mais pas leur fédération …

Dès l’ouverture de l’Assemblée Générale des adhérents de la fédération, nous voulons un vrai débat, pas un simulacre de débat bâclé en 20 minutes, M. le Président fédéral, pas un débat-croupion de fin de réunion !

Être adhérent obligatoire et cotisant d’une fédération n’interdit pas d’avoir un avis, ni de le donner … A condition qu’on permette aux adhérents de le faire. Le débat doit avoir lieu. Il aura lieu.

Tout porte à croire que la FDC 07, dans son obligation et son empressement à suivre les ordres venus d’en haut, serait prête à accepter beaucoup de choses dans un proche avenir. Dès maintenant, la voilà prête à accepter en notre nom, en plus du reste, que le département de l’Ardèche serve de territoire expérimental, de laboratoire national en quelque sorte à une « expérimentation du piégeage du sanglier » … « seulement en zones urbaines », précise le président fédéral qui se veut rassurant.

« Seulement » … Pour commencer ! … Comme pour le reste ?

45

13 mai 2017 : l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche n’aura jamais été invitée à ce jour à participer aux travaux de la commission fédérale spécialisée « Grand gibier » (demande formulée il y a déjà plusieurs années en assemblée générale statutaire de la fédération, en présence du préfet).

Cela fait 36 ans que l’Inter Chasse 26-07 est invitée aux réunions de la commission fédérale spécialisée « Gibier migrateurs » qu’elle a fortement contribué à mettre en place. Elle y apporte expérience, compétence, expertise. Sur divers sujets, l’Interdépartementale est consultée par la fédération. L’Inter apporte notamment sa contribution au Schéma Départemental de Gestion Cynégétique. Les remarques, suggestions, propositions de l’Inter faites dans ce cadre sont prises en compte. Elles figurent dans le document de référence de la chasse ardéchoise.

Parmi les chasseurs, qui s’en plaint ?

Alors pourquoi – et sur ordre de qui – l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche est-elle systématiquement tenue à l’écart de l’ensemble des travaux de la fédération sur le sanglier ? De quoi certains auraient-ils peur s’ils n’ont rien à cacher ?

46

 

47
Jacques Aurange, Président de la FDC 07 représentant la FNC à Beauchastel
Au Trentenaire de l’Interdépartementale
Photo Inter/JMS

48

49

50
C’est pour que des aventures aussi inoubliables que celle-là existent encore
demain que l’Inter Chasse Drôme-Ardèche se bat aujourd’hui

 

51

 

Ministre-calamité de la chasse, elle dégage enfin !
MERCI POUR CE MOMENT

 

52

53

54

55

56

 

57

 

58

59

 

 

560

61


Chargé au niveau national depuis 1999 des relations entre l’Association Nationale des Chasseurs de Gibier d’Eau (ANCGE) et la Compagnie Nationale du Rhône (CNR), Christian Pialet s’est vu confier puis confirmer cette responsabilité par les présidents nationaux successifs de l’ANCGE, décision officialisée en interne par le Président-Directeur Général CNR de l’époque avec information à toutes les directions régionales.

 

62

Celui qui est aussi Président de l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche a déjà eu l’occasion de rencontrer à plusieurs reprises Elisabeth Ayrault, Présidente du Directoire, Présidente-Directrice Générale de la Compagnie Nationale du Rhône. Le 25 avril 2017, Christian Pialet a été reçu à la Direction générale CNR où il a pu s’entretenir longuement avec le Délégué Général, Thomas San Marco en présence de Michel Ribert, Délégué Territorial à la nouvelle Direction Rhône-Isère. Entre Paris, Beauchastel et la Direction générale CNR de Lyon, la ligne est directe.

63

La PDG du premier producteur français d’énergie exclusivement renouvelable et concessionnaire du Rhône ne cache pas l’intérêt qu’elle porte aux différents partenariats conclus depuis 1981 entre CNR, l’Interdépartementale et l’ANCGE.

Le 17 mars 2017, Elisabeth Ayrault a eu l’occasion de l’écrire au Président Pialet :

« Je ne manque jamais de faire référence aux travaux que nous menons avec l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche ».

64

 

65

 

66

 

67

 

68

69

L’INTERDEPARTEMENTALE