CONGRES FEDERAUX : FEDERATIONS, ACCA, INTERDEPARTEMENTALE DEMANDENT AUX ELUS DE NOS DEPARTEMENTS DE TRANSFORMER UN SOUTIEN VERBAL APPRECIE EN ACTES FORTS, C’EST-A-DIRE EN VOTES

LE MÊME JOUR, LES PRESIDENTS FEDERAUX DES DEUX DEPARTEMENTS ONT APPELE LES CHASSEURS ARDECHOIS ET DRÔMOIS A SE MOBILISER SUR LES VRAIS ENJEUX, DANS L’UNITE ET LA SOLIDARITE. L’INTERDEPARTEMENTALE REPOND FAVORABLEMENT A CETTE DEMANDE

 178
Photo Patrick Aventurier

 « Le chasseur ardéchois, premier artiste de l’Humanité ? ».

 Pour le non chasseur invité à signer depuis quelques semaines cette rubrique en écrivant ici en toute liberté, précisons-le, le constat de récupération « Grotte Chauvet = chasseur » entendu dans certains milieux non chasseurs ne peut pas être complètement écarté. Passée cette réserve, reconnaissons à l’Interdépartementale – et à son président toujours à l’affût d’une bonne idée pour défendre la cause des chasseurs – un sacré coup médiatique !

En braquant le projecteur internet sur l’artiste-chasseur, la veille de l’ouverture au public de la réplique de la grotte ornée du Pont d’Arc, l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche a très habilement déplacé l’image primitive du chasseur-cueilleur-préhistorique vers une représentation mille fois plus valorisante et moderne, celle du chasseur-artiste-génial.

Il fallait y penser !

Pour l’Interdépartementale, l’objectif est largement atteint. Alors que, pendant des années, pratiquement aucun article ne mentionnait le chasseur derrière l’artiste de Chauvet-Pont d’Arc, nous avons relevé qu’à partir du 24 avril les mots « chasse » et « chasseur » étaient repris dans la plupart des commentaires journalistiques de la presse écrite, radiodiffusée, télévisée.

L’Interdépartementale avait pris soin, nous a-t-on précisé, de porter à la connaissance des médias nationaux et régionaux l’article de son site internet 24 heures avant publication. Sans oublier d’y associer étroitement l’ensemble des instances officielles de la chasse, européennes, nationales, régionales. Ainsi, le congrès des chasseurs de l’Ardèche s’ouvrait naturellement le 25 avril sur un film consacré à  … La Grotte Chauvet-Pont d’Arc.

Preuve de l’impact de la question soulevée par l’Interdépartementale, le compteur du site internet de l’association qui affichait 80 000 visiteurs au moment de  la sortie de l’article en comptait 3 500 de plus dans la semaine qui a suivi. Un site national reprenait même à son compte – avec autorisation – la publication in extenso ; une revue nationale bloquait une double page pour pouvoir y reproduire l’article de l’Interdépartementale. Quelques jours avant, c’est un responsable de chasse … suédois qui composait le numéro de téléphone de l’Interdépartementale pour vérifier une information que venait de lire sur le site drômardéchois un responsable cynégétique … italien.

Salut l’artiste !

179

Le petit observateur drômardéchois

 

PRESENTS A AUBENAS ET A CREST LE 25 AVRIL, LES MEMBRES DU CONSEIL INTERDEPARTEMENTAL ONT APPRECIE LA DETERMINATION AFFICHEE PAR LES FEDERATIONS POUR S’OPPOSER AUX MANŒUVRES DE CEUX QUI VEULENT FAIRE DISPARAITRE LA CHASSE

 

180
Photo Inter JMS

Offensive. « Face aux menaces qui pèsent sur notre loisir, nous devons passer à l’offensive. L’heure n’est plus aux compromis. La chasse française n’a plus rien à négocier. Défendons tous ensemble la chasse populaire ! »

Ces propos, les chasseurs les ont souvent entendus à Beauchastel lors des dernières assemblées générales de l’Interdépartementale. Ce sont exactement les mêmes que le Président de la fédération des chasseurs ardéchois a repris à son compte, mot pour mot, à la tribune du congrès fédéral d’Aubenas le 25 avril.

181

Au même moment à Crest, son homologue de la Drôme était lui aussi positionné sur la même ligne : s’en prenant avec vigueur et en termes colorés aux « Ayatollahs de la chlorophylle », le Président de la FDC 26 a fermement mis en garde les chasseurs sur « les nuages qui s’amoncellent au-dessus de nos têtes et sont annonciateurs d’orages ».

182

Des deux côtés du Rhône, un même constat. Premiers défenseurs de la biodiversité, gestionnaires expérimentés et reconnus de la faune sauvage, les chasseurs ont toutes les raisons de s’inquiéter aujourd’hui de certaines orientations prises sous la pression d’antichasse ultra minoritaires dans le pays mais ultra influents au gouvernement et dans les différentes assemblées nationales, régionales, départementales.  Pour bien des gens, ce sera toujours une énigme qu’un groupe politique comme Europe-Ecologie-Les-Verts fasse la pluie et le beau temps en France avec 2 % des voix aux élections.

183

Les élus politiques de gauche et de droite présents à la tribune, à Aubenas et à Crest, ont réaffirmé leur soutien déterminé aux chasseurs. Fédérations, ACCA, Interdépartementale s’en sont félicitées mais leur ont aussi demandé de confirmer en actes leurs (belles) paroles. Les prochains votes de nos élus (Assemblée Nationale, Sénat, Conseils régionaux, Conseils départementaux) seront examinés à la loupe. Les chasseurs peuvent compter sur l’Interdépartementale pour les tenir informés.

Sur les dossiers chauds dont Députés et Sénateurs auront à débattre (le projet de loi en cours sur la biodiversité, le rétablissement de la chasse au pigeon ramier jusqu’au 20 mars sur les cols ardéchois, l’extension de la chasse à la grive jusqu’au 20 février dans tous les cantons Drôme-Ardèche), les Présidents Jacques Aurange et Alain Hurtevent ont affirmé leur détermination à faire aboutir les revendications légitimes des chasseurs. Pour y parvenir, ils ont appelé l’ensemble des chasseurs des deux départements à se mobiliser derrière leurs fédérations dans l’unité et la solidarité.

A ce double appel fédéral simultané qui invite chacun à prendre ses responsabilités et à reprendre l’offensive dans l’unité et la solidarité de toutes les composantes de la chasse Drôme-Ardèche, l’Interdépartementale répond favorablement.

 

LE LOUP, LES CONTENTIEUX, CHAMBORD, LES REGIONALES ET … 14 297 CHASSEURS DRÔMOIS

 

184

 

Massacres. « Ces massacres continuels ne sont pas admissibles ». Parole de Sous-Préfète qui en a pourtant vu d’autres. En écho, la Présidente de la Chambre d’Agriculture lui répond : « Le loup est incompatible avec le pastoralisme ». Dialogue franc entre dames ; femmes franchement d’accord. Après les maux et les mots, les actes ? Car éleveurs et bergers sont à bout.

« Affligeant ! ». Les actuels responsables de la fédération de la Drôme ne portent pas vraiment dans leur cœur les choix de leurs prédécesseurs. Ils le disent haut et fort. Un ancien Président fédéral aurait laissé en héritage un siège social neuf mais qui prendrait l’eau et dont le permis de construire aurait même été annulé suite à une plainte de la FRAPNA ! … Ça fait un peu désordre. Un ancien Directeur de fédération réclamerait toujours 200 000 € de plus d’indemnité pour son départ. Ça commence à faire beaucoup.  « Deux contentieux qui empoisonnent la vie de la fédération depuis maintenant 5 ans » estime le Président Hurtevent.

185

 

Les changements écologiques concernant la faune sauvage font l’objet d’une étude scientifique. Piloté par la FDC 26, le travail de recueil des indicateurs portant sur les populations d’ongulés sauvages devrait faire l’objet d’une communication lors d’un colloque international à Chambord : « Une première en France », peut se féliciter à juste titre le Président fédéral.

 

186

Inquiétudes de la fédération drômoise quant à la réforme territoriale en cours qui ferait des régions l’acteur principal de la politique de développement durable, d’où ce conseil appuyé du Président FDC 26 aux chasseurs : « N’oubliez pas de défendre vos intérêts en allant voter aux élections régionales de décembre ! ».

Un SDGC 26 déjà validé depuis longtemps par le Préfet de la Drôme (malgré les obstructions de la FRAPNA), une convention exemplaire signée avec la Chambre d’Agriculture de la Drôme, un appel solennel aux élus à ne pas négliger les intérêts des chasseurs « premiers acteurs de la biodiversité », un projet de loi traitant justement en ce moment du sujet et … 14 297 permis de chasser validés dans la Drôme, soit une diminution jugée « préoccupante » de 10 % en 3 ans.

 

LA TOUJOURS MYSTERIEUSE MALADIE DU SANGLIER, LA GROTTE DU CHASSEUR-ARTISTE, L’INFATIGABLE MORDOREE, LE SCHEMA EVOLUTIF, LE NOUVEAU SENATEUR ET … 18 660 SANGLIERS PRELEVES

 

187

188

 

Mystère. Une fois de plus, le sanglier aura été le plat principal servi à l’ordre du jour du congrès fédéral 07. Et une fois encore, la maladie de l’œdème aura conservé son épais mystère. On a beau le prendre dans tous les sens, le décortiquer par tous les bouts, le dossier reste un chantier ouvert sur une double question : pourquoi donc cette maladie seulement en Ardèche et comment diable est-elle venue chez nous ?    

 

189

 

Le chasseur ardéchois, premier artiste de l’humanité : l’ouverture du congrès fédéral coïncidant avec l’ouverture de la réplique de la caverne ornée, les clins d’œil en direction du Pont d’Arc n’ont pas manqué.

C’est à plus de 6000 km de l’Escrinet, en Mogolie, qu’une bécasse équipée d’une balise le 18 février en Ardèche se trouve actuellement. Infatigable Mordorée !

Le Schéma Départemental de Gestion Cynégétique (SDGC), auquel l’Interdépartementale a participé, a été longuement présenté et commenté. Evolutif, le document sera complété et, à la demande du Préfet, certaines parties du texte retravaillées, en particulier pour le sanglier, la pression de chasse, les dégâts, les relations avec les agriculteurs. « Il faudra être plus précis dans le texte » a souligné (et même, semble-t-il, exigé) le représentant de l’Etat, seul à pouvoir valider le SDGC, document de référence qui fixe le cadre légal de l’exercice de la chasse dans le département pour une durée de 6 ans.

190

191
Jacques Genest, Sénateur de l’Ardèche

 

Existe-t-il encore un vrai espoir de pouvoir chasser à nouveau le pigeon ramier jusqu’au 20 mars ? On ose à  peine y croire tant les déceptions ont été nombreuses ces dernières années. Cependant, une avancée concrète est peut-être en vue grâce au nouveau Sénateur de l’Ardèche, Jacques Genest (UMP). Celui-ci a en effet accepté de relayer les propositions des chasseurs sur le pigeon ramier (comme il l’avait d’ailleurs fait pour la grive à la demande de l’Interdépartementale). Jacques Genest s’est engagé à déposer lui-même un amendement à la loi sur la biodiversité. Mais attention ! Pour que son action aboutisse, il faut impérativement que ses collègues sénateurs votent majoritairement la modification. Idem ensuite pour les Députés. Au Sénat, qui a désormais une majorité UMP-UDI, cela parait jouable même si une mauvaise surprise est toujours à redouter. A l’Assemblée Nationale, ce sera beaucoup plus délicat : que feront les Députés PS sous haute surveillance de leurs encombrants alliés d’hier (et peut être à nouveau de demain) les Verts ? Le Sénateur Genest a une grande expérience de ce dossier puisqu’il a siégé durant plusieurs années au Conseil d’Administration de la FDC 07 comme nous le rappelions dans un précédent article. C’est sans doute là l’ultime chance pour les chasseurs de pigeon des cols ardéchois. Si la loi est modifiée, les chasseurs en seront infiniment reconnaissants à tous les Parlementaires qui y auront contribué. En cas d’échec, les élus de l’Ardèche, de la Drôme (et d’ailleurs) qui n’auraient pas pris toutes leurs responsabilités à l’égard du mode de vie du monde rural peuvent s’attendre à croiser un jour la route, tôt ou tard, de ceux qui, une nouvelle fois, auraient été pris pour des … pigeons. Des pigeons qui ont de la mémoire.

 

192

18 660 sangliers ont été prélevés par les chasseurs d’Ardèche au cours de la saison de chasse 2014-2015 : stabilité globale des tableaux réalisés.

 

LE PSG, MALTE, LE SDGC, LES 36 000 ANS DE LA CHASSE ARDECHOISE, LA GRIVE ET LE PREFET ET … 150 ACCA MEMBRES ASSOCIES DE  L’INTERDEPARTEMENTALE

193

194
Photo Inter/JMS
Christian Pialet, Président de l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche

 

« Je vais vous parler du PSG ! ». Sans aucune note (comme le feront remarquer après le repas des Présidents d’ACCA en grande discussion, tasse de café en main), le Président de l’Interdépartementale prend le micro pour une douzaine de minutes. « PSG : P comme pigeon, S comme sanglier, G comme grive » …

S’adressant d’abord au Président des chasseurs ardéchois, Christian Pialet va rassurer Jacques Aurange si besoin était : « Le Président fédéral vient d’appeler à l’union et la solidarité des chasseurs. La fédération peut compter sur l’Interdépartementale. Sur le SDGC, nous avons été consultés et écoutés. Nous avons donné notre avis et fait 11 propositions qui ont été retenues. C’est comme cela que nous pourrons et devrons travailler ensemble avec les fédérations ».

S’adressant ensuite directement au Préfet de l’Ardèche, juste avant l’intervention de celui-ci clôturant officiellement le congrès fédéral, le Président de l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche prend de la hauteur : « Qu’un chasseur ardéchois puisse être aujourd’hui considéré par le monde entier comme l’artiste génial ayant posé le premier geste esthétique et artistique de l’Humanité, cela pourrait peut-être valoir aux chasseurs de la part de Paris, sinon un peu plus de bienveillance et de considération, du moins de ne plus utiliser à notre égard ce mépris dans les paroles et dans les actes dont nous, chasseurs en général et chasseurs ardéchois en particulier, avons été trop souvent victimes dans le passé ».  

195

Pigeon :

 Le 12 avril 2015, des milliers de chasseurs sont descendus dans la rue. Joyeusement. Pour fêter la victoire ! Parce qu’ils vont pouvoir continuer à chasser les migrateurs (la tourterelle en particulier) jusqu’au 30 avril. C’est à Malte. « Comment se fait-il, interroge le Président de l’Inter, que 14 000 chasseurs d’un tout petit pays de l’union Européenne réussissent à obtenir le droit de chasser au printemps quand nous, habitants d’un grand pays fondateur de l’Union Européenne, nous ne réussissons pas à obtenir de chasser ici le pigeon en hiver jusqu’au 20 mars ? ».

196

Sanglier :

 « Je ne suis pas rassuré » indique Christian Pialet. Il a écouté le Docteur-vétérinaire responsable du réseau SAGIR (ONCFS) et lui répond : «  Malgré les explications données, nous ne savons toujours pas pourquoi la maladie de l’œdème s’est installée chez nous mais pas ailleurs ni comment elle y est venue. Nous ne savons toujours pas qui a empoisonné nos sangliers à la bromadiolone. Et aujourd’hui, le Président fédéral nous alerte sur une autre menace : la peste porcine progresse en Europe. Elle est à nos portes (en Pologne, en Allemagne). Sans que ces trois causes de mortalité des sangliers soient liées, ce qui se passe n’est pas fait pour nous rassurer et doit nous interroger ».

197

Grive :

 « Monsieur le Préfet, vous venez d’arriver en Ardèche. Depuis 36 000 ans au moins, on chasse dans ce département. Je vais sans doute vous l’apprendre, respectueusement, la grive s’y trouve aussi depuis 36 000 ans comme l’atteste le travail des paléontologues ». Christian Pialet fait remarquer avec humour au représentant de l’Etat que si le cerveau du chasseur ardéchois a pu produire le premier trait de génie artistique de l’Humanité, « il fallait bien le cerveau d’un technocrate du ministère de l’Ecologie pour imaginer une fermeture cantonale des grives en Drôme-Ardèche ». Au nom de l’égalité et de la justice, celui qui s’exprime au nom de 150 ACCA Membres Associés de l’Interdépartementale demande au Préfet et aux élus présents de s’activer à rétablir la fermeture de la grive au 20 février dans tous les cantons. « Avec une réelle volonté politique et une vraie volonté cynégétique, nous allons y arriver », pronostique le Président de l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche sous les applaudissements des représentants des ACCA.

 

EN AVRIL, L’ANCGE NE SE DECOUVRE PAS D’UN FIL MAIS FAIT SALON A RAMBOUILLET ET AMIENS

 

198

199
Photo Inter/ANCGE/ACSIF
Salon de Rambouillet (10-11-12-13 avril 2015) : 45 000 visiteurs

 200

201
Photo Inter/ANCGE/ADHCGE Somme
Salon d’Amiens (24-25-26 avril 2015) : « Ma passion, mon patrimoine »

 

LES ADHESIONS D’ACCA NOUS PARVIENNENT A CADENCE SOUTENUE MAIS LE COMPTE N’Y EST TOUJOURS PAS. NOUS VOUS DISONS POURQUOI …

 

203

 

« 9 chances sur 10 ». Tel était le pronostic fait le 13 mars par le Président de l’Inter devant le Conseil Interdépartemental quant à la probabilité pour son équipe d’être en mesure de continuer après le 30 juin en fonction des soutiens d’ACCA reçus. Il ajoutait : « Si au final nous échouons, je peux vous dire que ce sera de peu. Parce qu’il nous aura manqué 10 ou 20 ACCA pour poursuivre l’aventure ». 

Cette façon de voir les choses semble être en train de se confirmer. Au 1er mai 2015, le nombre (non définitif) d’adhésions d’ACCA à l’Interdépartementale était déjà supérieur au nombre total atteint au 31 décembre 2014.  

78 % des ACCA adhérentes en 2014 avaient déjà renouvelé leur cotisation au 1er mai 2015. Les appels téléphoniques du « groupe des dix » permettent d’espérer d’ici au 30 juin entre 96 et 98 % de renouvellements.

Un peu plus de 50 % des ACCA qui nous avaient fait défaut en 2014 pour les raisons que chacun connait et sur lesquelles nous ne reviendrons pas ont également renouvelé leur adhésion 2015. A l’échéance du 30 juin, on peut raisonnablement compter en récupérer une dizaine de plus : celles dont les Présidents nous ont dit attendre le vote prochain de leur Assemblée Générale. Cela ferait alors un taux de renouvellement de 75 % pour cette catégorie d’ACCA.

 

204
Photo Inter/JMS
Jacky Féroussier, l’un des 10 « ambassadeurs de la défense de la chasse » :
Il s’est déjà entretenu longuement avec 11 Présidents d’ACCA

 

Grâce à l’engagement très déterminé de nos 10 « ambassadeurs de la défense de la chasse », des ACCA perdues depuis 2013, 2012, 2011, 2010 (ou parfois plus) reviennent vers nous.

Si les renouvellements attendus sont maintenant tout à fait à la hauteur des espoirs de l’équipe, il n’en va pas de même jusqu’à présent pour les adhésions nouvelles. Certes, la barre a été haut placée : 40 nouvelles ACCA d’un coup. Trop haut, pensent certains. Mais l’objectif de 40 nouvelles ACCA à trouver d’ici au 30 juin est à mettre en balance avec l’énorme travail d’information des chasseurs et de défense de la chasse offert à tous par une petite équipe de bénévoles. 40 nouvelles ACCA à trouver pour que nous puissions continuer à vous informer et vous défendre, honnêtement, est-ce trop demander ?

Bien sûr, à première vue, on pourrait se réjouir que seulement 2 ACCA sur 708 aient à ce jour voté contre l’adhésion à l’Interdépartementale par un choix assumé qui se fait contre nous mais au moins un choix clair qui respecte la démocratie. Toutefois, un autre chiffre doit tempérer tout excès d’optimisme : au 1er mai, 10 nouvelles ACCA seulement avaient rejoint l’Interdépartementale, soit le ¼ de ce qui nous parait nécessaire pour que cela ait un sens de continuer.

Comme nous l’avons dit et répété, si les ACCA Membres Associés de l’Interdépartementale qui nous font confiance et nous soutiennent ne nous aident pas plus activement à trouver les nouveaux soutiens 2015 qui manquent encore à l’appel, nous n’y arriverons pas. Et le 30 juin, la pièce étant jouée, nous tirerons le rideau.

Le 30 juin, c’est demain.

 

PENDANT CE TEMPS, L’ANTICHASSE SE RADICALISE DANS LA PENSEE ET L’ACTION

Chez les écolos extrémistes, la pensée radicale, c’est ça …

205

 

Quand un Airbus A 320 Edelweiss Air s’écrase en France sur une montagne, pulvérisant d’un coup les 150 personnes qui s’y trouvent, innocentes victimes ainsi précipitées vers une mort épouvantable par un copilote devenu fou, tout ce qu’une association écologiste française trouve à exprimer comme regret, c’est que l’avion se soit malheureusement écrasé « en lisière d’une zone Natura 2000 » !

Pareille vision des tragédies du monde présentes et à venir justifie bien sans doute un budget annuel de 250 000 € en grande partie prélevés sur nos impôts et dont 73 000 ont été versés par le Ministère de l’Ecologie. Le Ministère de la Santé pourrait lui aussi participer : dans le cadre de la recherche scientifique contre les pathologies obsessionnelles environnementales.

Sans perdre de temps sur des questions très subalternes telles que le prix de la vie humaine ou la douleur atroce des proches de victimes, l’association en question va directement à l’essentiel. La preuve ! Les débris éparpillés de l’avion, ramassés dans les pires conditions par les gendarmes et les pompiers ne leur inspirent que ce commentaire d’une haute technicité et que les familles des disparus apprécieront : « Les déchets de l’avion peuvent être contaminés par du sang ou des pièces anatomiques » … On ne peut que s’émerveiller devant la précision chirurgicale et médicolégale de ces maniaques de la pollution !

Rien à ajouter. Juste vomir.

 

206
Photo Inter/FNC/FDC Seine et Marne
L’élégance écologique dans toute sa splendeur !

 

Chez les écolos extrémistes, l’action radicale, c’est ça :

 

207
Inter/FNC/FDC Oise

 

Après le saccage de la Fédération Départementale des Chasseurs de l’Oise en février (notre article en ligne du 18 mars 2015), c’est au tour de la FDC de Seine et Marne d’avoir ses bâtiments souillés. Ces actes délictueux passibles des tribunaux sont revendiqués par l’ALF (Front de Libération de l’Animal).

Face à cette radicalisation antichasse, le silence médiatique et gouvernemental commence à faire question.

Supposons un seul instant que des chasseurs extrémistes démolissent les locaux de la FRAPNA, taguent sur le siège social de la LPO « Mort aux écologistes », signent leur méfait d’un FLA (Front pour se Libérer de l’Antichasse). On imagine sans peine la réponse : déploiement immédiat de caméras de télévision, torrent de déclarations politiques indignées, à commencer par Les Verts.

Nous les chasseurs, nous les ruraux, serions-nous en train de devenir, dans l’indifférence générale, les citoyens de seconde zone de la République ? …

Non ? Alors, pourquoi toujours ces « deux poids, deux mesures » !

 

208
Inter/FNC/FDC Oise

209
Inter/Site/Notre article du 18 mars 2015

210

L’INTERDEPARTEMENTALE