BREVES AUTOMNALES (2)

SI RIEN N’EST OBTENU PAR LES CHASSEURS AVANT LE 6 DECEMBRE AFIN D’EN FINIR AVEC L’INJUSTICE ET LE PARTI PRIS, L’ADDITION POURRAIT S’ANNONCER SALEE POUR LES CANDIDATS DU PARTI DE LA MINISTRE DE L’ECOLOGIE

 

RHÔNE-ALPES-AUVERGNE : ET SI LES CHASSEURS FAISAIENT LA DIFFERENCE ?

 

537

Site internet/Inter Chasse Drôme-Ardèche
Capture d’écran – 25 octobre 2015

Plus que 4 semaines, Mesdames, Messieurs les élus et candidats …

Par expérience, tout électeur sait qu’il vaut mieux s’adresser aux élus et aux candidats avant les élections plutôt qu’après. C’est ce que nous faisons.

Parmi les chasseurs, nous rencontrons deux points de vue : ceux qui nous disent que cela ne sert à rien, qu’il n’y a plus rien à attendre des politiques quels qu’ils soient ; ceux qui croient encore qu’il vaut toujours mieux essayer plutôt que se résigner. L’Interdépartementale penche de ce côté.

Résignés ! Surprenant ou pas, c’est l’état d’esprit que nous percevons chez un nombre non négligeable d’élus de la majorité, de sensibilité PS en particulier. Si l’on en croit ce qui nous est dit directement ou rapporté ici et là, peu importe à la limite que les chasseurs mécontents s’ajoutent le 6 décembre à une longue liste de catégories déçues : un peu plus, un peu moins, de toute façon, dans la majorité présidentielle, personne ne se ferait guère d’illusion quant au résultat des régionales des 6 et 13 décembre. Un mauvais moment à passer, en quelque sorte.

Le discours est pourtant assez différent chez les candidats directement engagés aux régionales que nous avons croisés. En Rhône-Alpes-Auvergne, les sondages annoncent un résultat de deuxième tour serré. Pour le Président PS sortant de la région et ses soutiens, rien n’est fait, une voix reste une voix. 27 000 électeurs-chasseurs Drôme-Ardèche, ça compte !

A l’Interdépartementale, nous faisons donc cette analyse : le résultat final de l’élection régionale peut se jouer à quelques milliers de voix qui donneront à la liste arrivée en tête au 2ième tour la majorité absolue en sièges (en raison du mode de scrutin proportionnel avec 25 % des sièges en prime à la liste arrivée en tête).

Et si c’était les chasseurs, en Rhône-Alpes-Auvergne, qui faisaient finalement la différence, dans un sens ou dans l’autre ?

  • Dans la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes, 204 Conseillers Régionaux vont être élus dont 9 pour l’Ardèche, 13 pour la Drôme. Le 6 décembre, le choix de chaque chasseur-électeur comptera : voter ou s’abstenir et s’il vote, voter pour qui il voudra. Un choix en toute connaissance de cause, en toute liberté aussi. L’Interdépartementale ne faisant pas de politique, elle ne donnera ni consigne de vote, ni recommandation particulière aux 27 000 chasseurs-électeurs Drôme-Ardèche que nous tenons régulièrement informés. Mais c’est bien à la majorité politique en place, qui a seule le pouvoir de décision, d’obtenir de la ministre PS de l’Ecologie – avant le 6 décembre – les solutions concrètes attendues impatiemment par des milliers de chasseurs-électeurs :
  • Nouvel arrêté ministériel permettant la chasse à la grive pour tous jusqu’au 20 février 2016 en Drôme-Ardèche
  • Nouvel arrêté préfectoral supprimant sans délai l’interdiction de chasser en 2015-2016 dans l’ACCA de Félines (Ardèche)
  • Ouverture d’une vraie négociation avec le Préfet de l’Ardèche et le ministère de l’Ecologie pour obtenir l’autorisation de tirer le pigeon ramier en Ardèche du 20 février au 20 mars 2016.

 

538

 

LA SANCTION COLLECTIVE D’ETAT POUR ACCA RESTE EN TRAVERS DE LA GORGE DES CHASSEURS

 

539
En ACCA, la liberté de chasser le sanglier est un facteur de convivialité qui crée du lien social. L’oublier serait une erreur.
Photo Inter/Site internet/Florian Lalièvre

Casseurs de Moirans, chasseurs de Félines

 

Personne ne prétend que la gestion du sanglier dans nos ACCA est toujours parfaite. Loin de là ! Comme dans toute catégorie de citoyens, quelques individus isolés peuvent parfois donner sur le terrain une image peu flatteuse de notre loisir, chacun l’admet et le déplore mais il serait profondément injuste de mettre tous les chasseurs dans le même sac. Injuste et trop facile !

540

Dans l’affaire de la gigantesque émeute de Moirans, on nous a expliqué que personne n’avait pu être arrêté parce que certains émeutiers étaient cagoulés (ce qui, au passage, est interdit) et qu’il était donc impossible de distinguer les responsables d’exactions des autres manifestants. Autrement dit, pas d’amalgame car mieux vaut laisser courir des coupables plutôt que risquer d’attraper un innocent.

541

Ce « deux poids, deux mesures » est l’une des raisons pour lesquelles l’arrêté du Préfet de l’Ardèche interdisant la chasse à tous les chasseurs jusqu’au 31 mars 2016 dans l’ACCA de Félines peut être perçu par beaucoup comme excessif, injuste et n’a pas fini, à notre avis, de faire des remous.

542

Les dizaines de réactions de chasseurs, responsables d’ACCA, Administrateurs fédéraux qui nous parviennent de toute l’Ardèche (et d’ailleurs !) sont quasi unanimes : la décision de l’Etat est incomprise et désapprouvée, parfois en termes virulents. Depuis les informations que nous avons publiées, la position que nous avons prise, le compteur du site est en surchauffe, témoin objectif de l’intérêt exceptionnel pour le sujet chez nos lecteurs, chasseurs ou non.

Que l’Etat s’en prenne frontalement à une Association Communale de Chasse Agréée (ACCA) est déjà mal vu. Mais que les pouvoirs publics, en cette période de crise qui rend la vie si difficile dans nos campagnes, aient pu donner l’impression de viser en plus les personnes au portefeuille (« Chasseurs, merci d’avoir payé votre redevance cynégétique à l’Etat, maintenant arrêtez de chasser ! »), que la Ministre de l’Ecologie ait paru trouver tout à fait normal – qui ne dit mot consent – de priver des personnes de leur liberté de chasser pour toute une saison est un parti pris qui peut, nous le comprenons, choquer beaucoup de monde.

543
Photo Inter/Site internet/Florian Lalièvre

De fait, la privation totale de liberté de chasser qui vise directement les chasseurs de sanglier est d’abord perçue, notamment en comparaison de faits d’actualité infiniment plus graves, comme disproportionnée. Ensuite, le caractère collectif de la sanction est jugé particulièrement inéquitable car les chasseurs qui ne sont pas concernés par la chasse au sanglier sont tout autant pénalisés. Pourquoi donc ?

Quand on connait les difficultés à vivre aujourd’hui en milieu rural, dans nos villages où domine souvent, y compris chez nos élus locaux, le sentiment d’abandon reproché à la puissance publique, quand on n’ignore rien des sacrifices que peuvent faire en Ardèche (ou ailleurs) certains jeunes ou beaucoup de petits retraités pour pouvoir se payer une saison de chasse – c’est leur libre choix –, quand on sait que des chômeurs en fin de droits ou des personnes confrontées à des difficultés familiales graves (deuil, maladie, divorce), n’ont parfois plus que les sorties de chasse avec le chien ou les copains pour tenir, pour s’évader un peu des difficultés du quotidien, alors la technocratie d’Etat montre sa froideur et ses limites.

Au motif que des chasseurs ne chasseraient pas assez une espèce, les plus hauts responsables politiques peuvent-ils punir tous les chasseurs sans mettre à mal la liberté de chacun ?

 

544
Chasser le sanglier : un loisir convivial librement choisi
Photo Inter/Site internet/ACCA Alboussière

545

546

La chasse sera toujours un plaisir d’Homme libre,
Jamais une obligation !
Site internet/Inter Chasse Drôme-Ardèche
Capture d’écran – Page d’accueil

547

Le Président fédéral de la Drôme :
« Où serait le plaisir de chasser si celui-ci devait devenir une obligation de réguler ? »
Site internet/Inter Chasse Drôme-Ardèche
Capture d’écran – 15 Septembre 2014

La décision du Préfet de l’Ardèche relance le débat, essentiel pour l’avenir de notre loisir, sur la finalité même de la chasse. Les chasseurs de demain seront-ils « Chasseurs ou fonctionnaires de la mort » selon le titre-choc d’un livre, celui du regretté Jean Berton ?

548

A ceux qui pourraient manquer de repères sur la question, rappelons simplement que la chasse, c’est naturel. Et que c’est par la chasse que les espèces animales se régulent entre elles.

 

Depuis 2011, la sanction collective est interdite par l’Etat dans l’Education Nationale. Pourquoi l’Etat appliquerait-il alors aujourd’hui ce type de sanction aux chasseurs ?

 

En droit français, la sanction collective peut-elle exister ? Dans plusieurs domaines, la jurisprudence indique que le principe de personnalisation de la sanction doit être retenu, ce qui, par conséquent, interdit la sanction collective comprise comme adressée à un groupe sans que l’on sache si chacun est responsable et s’il l’est au même titre que les autres.

Par exemple, dans l’Education Nationale, la circulaire N° 2011-111 du 1er août 2011 stipule à cet égard que « Le principe de l’individualisation des sanctions est conforme à la règle d’équité : elles ne peuvent atteindre indistinctement un groupe ».

549

Quand il s’agit de l’Education Nationale, l’Etat met en avant l’équité pour interdire à ses propres agents, les professeurs, de pratiquer la sanction collective. L’Etat reconnait ainsi lui-même que punir tout le monde à la fois sans établir la responsabilité de chacun est injuste.

« Equité » : tout est dit.

550

 

ET EN PLUS, LE GOUVERNEMENT VOUDRAIT MAINTENANT FAIRE MAIN BASSE SUR L’ARGENT DES CHASSEURS ! LES SENATEURS LR (LES REPUBLICAINS) DE L’ARDECHE S’Y OPPOSENT ET VOTENT CONTRE

 

551
Mathieu Darnaud et Jacques Genest, Sénateurs (LR) de l’Ardèche :
« Pas question que l’Etat se serve dans la poche des chasseurs ! »
Photos Site internet/Chaîne parlementaire Public Sénat
Captures d’écran – 25 et 27 Novembre 2014

Le 25 octobre, L’Interdépartementale posait cette question :

« N’y aurait-il donc personne à l’UMP, au Front National, au Front de Gauche, etc. pour s’intéresser aux problèmes des chasseurs ? »

La réponse ne s’est pas faite attendre : par un communiqué publié dans Le Dauphiné le 29 octobre, Mathieu Darnaud et Jacques Genest, les Sénateurs LR (Les Républicains) de l’Ardèche ont tenu à faire connaître pour l’un, à rappeler pour l’autre « leur engagement auprès des chasseurs de l’Ardèche et de la chasse en général ».

Intervenant au Sénat dans la discussion sur le projet de loi de finances 2016, ils dénoncent la volonté du gouvernement de ponctionner plus d’un million d’euros (!) sur la redevance cynégétique payée par chaque chasseur pour affecter cette somme au financement du budget général :

552

« Pas question que l’Etat se serve dans la poche des chasseurs ! »

Les deux Sénateurs ardéchois voteront contre ce prélèvement d’Etat. Parce qu’ils le jugent totalement « injustifié ».

L’Interdépartementale leur a écrit pour les remercier de leur engagement aux côtés des chasseurs.

553
Photo Inter/Site internet/Florian Lalièvre

L’association de défense de la chasse en a profité pour demander au Sénateur Darnaud quelle est sa position, non connue à ce jour, sur les dossiers pigeon et grive. Elle a interrogé le Sénateur Genest sur les suites réservées à son intervention parlementaire concernant le pigeon ramier en lien avec la fédération.

L’Interdépartementale a questionné les Sénateurs LR sur ce qu’ils pensent de l’interdiction de chasser infligée par l’Etat à tous les chasseurs d’une ACCA pour cause de prélèvements sangliers jugés insuffisants.

Sur toutes ces questions, nous ne manquerons pas de porter à la connaissance de nos lecteurs la réponse des Parlementaires ardéchois dès qu’elle nous parviendra.

 

L’ANCGE : « CHASSER L’OIE JUSQU’AU 20 FEVRIER EST JUSTIFIE »

 

554

Dans un communiqué de presse du 31 octobre 2015, l’ANCGE (Association Nationale des Chasseurs de Gibier d’Eau) indique avoir pris connaissance du rapport du groupe chasse à l’Assemblée Nationale concernant la mission d’information sur la chasse des oies en février. Ce groupe, présidé par le Député (PS) Philippe Plisson, a rédigé le document suite à la demande conjointe de l’ISNEA (Institut Scientifique Nord Est Atlantique) et de l’ANCGE effectuée lors de la réunion à l’Assemblée Nationale du 20 janvier 2015.

Dans le rapport, qui reprend l’ensemble des connaissances sur la gestion des oies cendrées et l’état d’avancement actuel du dossier, « quelques points semblent intéressants », indique l’ANCGE. « On notera notamment le constat clair et factuel du très bon état de conservation des populations d’oies grises sur leurs aires de répartition Ouest et Centre Paléarctique. Cette affirmation constitue un élément primordial et un argument supplémentaire justifiant la chasse des oies jusqu’au 20 février inclus, date demandée et défendue par l’ANCGE ».

 

ANCGE ET CNR : UN LONG CHEMIN DEJA PARCOURU ENSEMBLE

 

555

556

557

 La Sauvagine
Revue nationale des chasseurs de gibier d’eau
Octobre 2015 – N° 622

 

558

  • 400 Gaulois réunis avec bien-sûr du sanglier au menu

559

Au banquet gaulois, ils étaient 400 à déguster cochons et sangliers délicieusement cuits au feu de bois : il leur fallait bien ça pour se remettre de la longue marche. Sous le regard attendri d’Astérix et Obélix, les organisateurs bénévoles (Comité des Fêtes de St Georges-les-Bains, ACCA de Charmes, ACCA de St Georges-les-Bains) pouvaient savourer ce beau succès.

Selon nos informations, point de Romain en vue, seulement quelques gentils druides pour distribuer sur le parcours un peu de potion magique aux plus fatigués. Quant au très mélodieux et légendaire barde, il fut efficacement bâillonné pendant tout le repas … au plus grand soulagement des convives !

  • Deux fois de suite, la justice vient de donner tort aux antichasse

560

Sale temps pour les antichasse habitués à gagner dans les prétoires !

Tour à tour, le tribunal administratif de Grenoble donne tort à l’ASPAS en considérant que l’abattage d’un loup est légal, puis désavoue la FRAPNA en refusant de suspendre l’abattage de 300 bouquetins malades.

Les juges, à leur tour, commenceraient-ils à être lassés par les antitout ?

 

  • La Fédé 07 a rencontré les Maires

561

 

La FDC 07 a eu la très bonne idée de tenir un stand au Congrès des Maires de l’Ardèche le 15 octobre. Jacques Aurange, le Président des chasseurs ardéchois qui a pu nouer à cette occasion des contacts, recevoir des soutiens, a fait remarquer que parmi les 12 200 chasseurs ardéchois beaucoup sont eux-mêmes des élus dans leur commune.

 

  • Chien et maître

562

563

Sur nos chasses.fr, cette histoire vraie : en poursuivant un élan durant une partie de chasse en Suède, le chien Rocky reste bloqué à la surface d’un lac partiellement gelé.

Son maître, Jonas Lundh, se jette alors dans l’eau glacée et nage sur plusieurs dizaines de mètres pour porter secours à son chien. Tous deux rejoignent la rive la plus proche : sains et saufs.

 

  • Préfet aux champs

564

Sûr que les idolâtres du loup vont apprécier !

Alain Triolle, le Préfet de l’Ardèche, ne manque pas d’humour : il aime bien les loups mais « uniquement ceux qui sont végétariens » ! Ou bien encore, « ceux qui ne chassent que les animaux sauvages » … Le gibier, pas les brebis.

Quant aux loups qui n’auraient pas pris l’habitude de brouter l’herbe tendre et s’obstineraient encore à croquer de la brebis, le Préfet les aime aussi mais … ailleurs qu’en Ardèche. Chez la Sous-Préfète de Die, par exemple ? Ça, le Préfet ne le dit pas.

 

  • 26 février 2016 : 35ième anniversaire de l’Interdépartementale, projets d’avenir

565

566

567

568
Pour son 20ième anniversaire, le Cercle Gaston-Phoebus que préside Antoine Cohen-Potin a invité ce 4 novembre, lendemain de la Saint-Hubert, un prestigieux panel : l’ancien Président de la République, Valéry Giscard d’Estaing, des ministres d’aujourd’hui ou d’hier comme Stéphane Le Foll, Roselyne Bachelot, Corinne Lepage, François Sauvadet, des parlementaires, des journalistes, les Ambassadeurs d’Azerbaïdjan, de Monaco, de Suède, des chefs d’entreprise, etc. Les scènes de chasse de la littérature française étaient à l’honneur, de belles évocations d’Alexandre Dumas, Guy de Maupassant, etc. étant lues par l’éditorialiste, Directeur de l’Express, Christophe Barbier et la comédienne, metteur en scène, Directrice de la prestigieuse Villa Médicis, Muriel Mayette.

Joyeux anniversaire !

 

25 MANIFESTANTS … CONTRE LA CHASSE LE WEEKEND … LA FRANCE D’EN HAUT … AU FEU ! …

 

LES INFORMATIONS DE L’EXTRÊME

 

En Ardèche, la manif antichasse n’a pas fait recette

 

569
Photo Inter/JMS

Manifestant devant la préfecture de l’Ardèche, ils étaient tout juste 25 pour leur « grande » journée « nationale » contre la chasse. 25 personnes (pour l’ensemble du département de l’Ardèche) regroupées dans un collectif qui revendique 50 associations.

Le Préfet sait maintenant à quoi s’en tenir quant à la représentativité de ceux qui lui demandent d’interdire la chasse.

EELV (Europe Ecologie Les Verts) veut se refaire une santé sur le dos des chasseurs en réclamant à son tour l’interdiction de chasser le dimanche

570

Et c’est reparti ! Vieille lune des antichasse, la pétition sans fin pour interdire la chasse le dimanche revient chaque année aussi sûrement que l’automne revient après l’été. Aux côtés des habituels, EELV.

Abandonnée en rase campagne par ses chefs parlementaires, désertée par ses militants, regardée de haut par ses anciens alliés PS, EELV qui fit 2% de l’électorat au meilleur de sa forme présidentielle essaie tant bien que mal de se refaire une petite santé sur le dos des chasseurs. A la veille des régionales, si ça ne rapporte pas beaucoup, au moins ça ne coûte rien.

 

Vie de château pour France d’en haut ?

571
Photo A. Bouissou/MEDDE

On ne l’entend plus. Elle ne nous parle plus. Dans sa dégringolade de 5 points au dernier sondage TNS Sofres – Figaro Magazine du 24 au 28 septembre 2015, les 1 000 000 chasseurs français, leurs familles, leurs amis y sont peut-être pour quelque chose …

Absente à l’assemblée générale annuelle des fédérations départementales de chasseurs, muette sur la mauvaise plaisanterie de la grive cantonale Drôme-Ardèche en dépit des interventions du Président PS de région et de quatre parlementaires PS de nos départements, sans voix sur le pigeon ramier interdit en mars, sans réaction sur le sanglier-punition, sanction exorbitante infligée par l’Etat tout puissant à 62 malheureux chasseurs d’une petite ACCA (une de ces ACCA que le Sénateur socialiste Verdeille avaient voulu pour que chaque chasseur, même de condition modeste, puisse chasser librement et qui doit aujourd’hui se retourner dans sa tombe) … Non ! On ne l’entend plus.

Mme Royal ayant complètement disparu des écrans radars de la planète chasse, c’est le Président de la République en personne qui en est réduit, comme un vulgaire ministre suppléant, à assurer le service après-vente de la politique gouvernementale de la chasse, attribution normalement dévolue à Mme Royal, ministre (PS) de tutelle des fédérations de chasseurs.

On ne l’entend plus, elle ne nous parle plus mais elle fait toujours parler d’elle :

« Hôtel 5 étoiles, berlines de marque et table ouverte chez l’ex-Premier Ministre (arrêté depuis pour fraude fiscale) : la presse de l’île Maurice est en train de déballer tous les privilèges et avantages dont Ségolène Royal aurait bénéficié lors de séjours effectués entre 2011 et 2014 (…) La ministre de l’Ecologie y menait apparemment un train de vie … royal ! Le tout aux frais du contribuables mauricien ». Voilà ce que révèle Le Figaro-Magazine.

Ainsi que Charles Baudelaire débarquant sur l’île Maurice, la ministre de l’Ecologie serait donc partie oublier les ennuyeuses contraintes des dossiers brûlants de la chasse « au pays parfumé que le soleil caresse ».

Si tout cela est vrai (pas de démenti à notre connaissance), une fois de plus l’exemple viendrait de haut.

Entendez-vous, dans nos campagnes, ce qui se dit sur vous, hommes et femmes de pouvoir de la France d’en haut ?

« Bon ! Après tout, qu’ils se les gardent leurs privilèges, leur fric, leur vie de château, tous ces grands personnages qui nous gouvernent. Qu’ils se les gardent et qu’ils en profitent bien pour le temps qu’ils y sont. Mais qu’ils arrêtent au moins d’emm…er le monde ».

572

Entendez-vous, dans nos campagnes, ce que vous disent ces hommes et ces femmes qui chassent ?

« Qu’ils nous rendent – et le temps presse – nos traditions volées, notre liberté de loisirs piétinée, nos droits de chasse bafoués. Trop longtemps, bien trop longtemps, la chasse fut privilège royal et privilège de la noblesse, trop longtemps la chasse fut exclusivement celle de la France d’en haut méprisant le peuple des campagnes, trop longtemps la chasse fut le loisir réservé aux nantis et aux puissants. Avec la République, on croyait naïvement ce temps révolu. ».

573

1789 a fait de la chasse un loisir populaire accessible à tous, une liberté jusque-là obstinément refusée au peuple des campagnes.

En 2015, l’histoire bégaie :

Voilà que dans notre modernité mondialisée où la ruralité laissée en jachère par le pouvoir central n’aurait plus sa place, une escouade d’écolobobos parisiens, alternativement de gauche et de droite mais toujours hors-sol car issus du même moule, l’ENA, passant leur vie aux frais des contribuables dans le luxe des palais nationaux, se croient autorisés à afficher, depuis la capitale, un souverain mépris pour la vie simple et souvent plus saine des campagnes ! Qu’ils viennent donc ici, nous trouverons les sujets pour leur parler.

Voilà que ces écolobobos antichasse, antitout, nous confisquent avec délectation, morceau par morceau, jour après jour, nos chasses populaires, nos modes de chasse, nos territoires de chasse, nos dates de chasse, notre liberté de chasser ! …

Jusqu’à quand ?


Au feu ! …

 

574
Photo Inter/Site internet/Le Chasseur Français
20 Octobre 2015

Pour le pouvoir, à quatre semaines du premier tour des régionales, il y a le feu dans l’électorat chasseur, en particulier dans les anciens bastions du PS. Toutes les remontées de terrain nous le confirment ainsi que quelques confidences d’élus socialistes plutôt médusés par l’attitude (qu’ils jugent eux-mêmes incompréhensible) du pouvoir à l’égard des chasseurs. Ces chasseurs dont la moitié votaient pourtant à gauche jusque-là. Médusés mais apparemment impuissants car superbement ignorés eux aussi, bien qu’élus du PS, par un ministère de l’Ecologie piloté par une ministre PS, qui plus est poids-lourd du gouvernement ayant ses entrées à l’Elysée …

Alors, pour tenter d’éteindre l’incendie qu’ils ont eux-mêmes allumé et méthodiquement entretenu, voilà que les pompiers pyromanes tout d’un coup sont là ! D’ordinaire un tantinet méprisants avec les chasseurs mais jamais avec notre argent, ni nos voix, nous infligeant à tour de bras, entre deux élections, des interdictions aussi incohérentes que répétitives, caressant toujours plus les écolos dans le sens du poil, ils nous promettent maintenant – élection oblige – d’inverser la courbe … de l’antichasse.

Faut-il les croire ?

Où est la liberté dont ils nous parlent quand le gouvernement peut interdire la chasse à tous les chasseurs dans certaines ACCA ? Où est l’égalité dont ils nous parlent quand le gouvernement peut interdire la chasse dans certains cantons de certains départements ?

Assez de mots, des actes, Monsieur le Président de la République !

575

- François Hollande, Président de la République -
Déclaration au Chasseur Français
(Numéro de Novembre 2015)

576

Site internet/Le Chasseur Français
Capture d’écran/20 0ctobre 2015

577

L’INTERDEPARTEMENTALE

CONGRES FEDERAUX : FEDERATIONS, ACCA, INTERDEPARTEMENTALE DEMANDENT AUX ELUS DE NOS DEPARTEMENTS DE TRANSFORMER UN SOUTIEN VERBAL APPRECIE EN ACTES FORTS, C’EST-A-DIRE EN VOTES

LE MÊME JOUR, LES PRESIDENTS FEDERAUX DES DEUX DEPARTEMENTS ONT APPELE LES CHASSEURS ARDECHOIS ET DRÔMOIS A SE MOBILISER SUR LES VRAIS ENJEUX, DANS L’UNITE ET LA SOLIDARITE. L’INTERDEPARTEMENTALE REPOND FAVORABLEMENT A CETTE DEMANDE

 178
Photo Patrick Aventurier

 « Le chasseur ardéchois, premier artiste de l’Humanité ? ».

 Pour le non chasseur invité à signer depuis quelques semaines cette rubrique en écrivant ici en toute liberté, précisons-le, le constat de récupération « Grotte Chauvet = chasseur » entendu dans certains milieux non chasseurs ne peut pas être complètement écarté. Passée cette réserve, reconnaissons à l’Interdépartementale – et à son président toujours à l’affût d’une bonne idée pour défendre la cause des chasseurs – un sacré coup médiatique !

En braquant le projecteur internet sur l’artiste-chasseur, la veille de l’ouverture au public de la réplique de la grotte ornée du Pont d’Arc, l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche a très habilement déplacé l’image primitive du chasseur-cueilleur-préhistorique vers une représentation mille fois plus valorisante et moderne, celle du chasseur-artiste-génial.

Il fallait y penser !

Pour l’Interdépartementale, l’objectif est largement atteint. Alors que, pendant des années, pratiquement aucun article ne mentionnait le chasseur derrière l’artiste de Chauvet-Pont d’Arc, nous avons relevé qu’à partir du 24 avril les mots « chasse » et « chasseur » étaient repris dans la plupart des commentaires journalistiques de la presse écrite, radiodiffusée, télévisée.

L’Interdépartementale avait pris soin, nous a-t-on précisé, de porter à la connaissance des médias nationaux et régionaux l’article de son site internet 24 heures avant publication. Sans oublier d’y associer étroitement l’ensemble des instances officielles de la chasse, européennes, nationales, régionales. Ainsi, le congrès des chasseurs de l’Ardèche s’ouvrait naturellement le 25 avril sur un film consacré à  … La Grotte Chauvet-Pont d’Arc.

Preuve de l’impact de la question soulevée par l’Interdépartementale, le compteur du site internet de l’association qui affichait 80 000 visiteurs au moment de  la sortie de l’article en comptait 3 500 de plus dans la semaine qui a suivi. Un site national reprenait même à son compte – avec autorisation – la publication in extenso ; une revue nationale bloquait une double page pour pouvoir y reproduire l’article de l’Interdépartementale. Quelques jours avant, c’est un responsable de chasse … suédois qui composait le numéro de téléphone de l’Interdépartementale pour vérifier une information que venait de lire sur le site drômardéchois un responsable cynégétique … italien.

Salut l’artiste !

179

Le petit observateur drômardéchois

 

PRESENTS A AUBENAS ET A CREST LE 25 AVRIL, LES MEMBRES DU CONSEIL INTERDEPARTEMENTAL ONT APPRECIE LA DETERMINATION AFFICHEE PAR LES FEDERATIONS POUR S’OPPOSER AUX MANŒUVRES DE CEUX QUI VEULENT FAIRE DISPARAITRE LA CHASSE

 

180
Photo Inter JMS

Offensive. « Face aux menaces qui pèsent sur notre loisir, nous devons passer à l’offensive. L’heure n’est plus aux compromis. La chasse française n’a plus rien à négocier. Défendons tous ensemble la chasse populaire ! »

Ces propos, les chasseurs les ont souvent entendus à Beauchastel lors des dernières assemblées générales de l’Interdépartementale. Ce sont exactement les mêmes que le Président de la fédération des chasseurs ardéchois a repris à son compte, mot pour mot, à la tribune du congrès fédéral d’Aubenas le 25 avril.

181

Au même moment à Crest, son homologue de la Drôme était lui aussi positionné sur la même ligne : s’en prenant avec vigueur et en termes colorés aux « Ayatollahs de la chlorophylle », le Président de la FDC 26 a fermement mis en garde les chasseurs sur « les nuages qui s’amoncellent au-dessus de nos têtes et sont annonciateurs d’orages ».

182

Des deux côtés du Rhône, un même constat. Premiers défenseurs de la biodiversité, gestionnaires expérimentés et reconnus de la faune sauvage, les chasseurs ont toutes les raisons de s’inquiéter aujourd’hui de certaines orientations prises sous la pression d’antichasse ultra minoritaires dans le pays mais ultra influents au gouvernement et dans les différentes assemblées nationales, régionales, départementales.  Pour bien des gens, ce sera toujours une énigme qu’un groupe politique comme Europe-Ecologie-Les-Verts fasse la pluie et le beau temps en France avec 2 % des voix aux élections.

183

Les élus politiques de gauche et de droite présents à la tribune, à Aubenas et à Crest, ont réaffirmé leur soutien déterminé aux chasseurs. Fédérations, ACCA, Interdépartementale s’en sont félicitées mais leur ont aussi demandé de confirmer en actes leurs (belles) paroles. Les prochains votes de nos élus (Assemblée Nationale, Sénat, Conseils régionaux, Conseils départementaux) seront examinés à la loupe. Les chasseurs peuvent compter sur l’Interdépartementale pour les tenir informés.

Sur les dossiers chauds dont Députés et Sénateurs auront à débattre (le projet de loi en cours sur la biodiversité, le rétablissement de la chasse au pigeon ramier jusqu’au 20 mars sur les cols ardéchois, l’extension de la chasse à la grive jusqu’au 20 février dans tous les cantons Drôme-Ardèche), les Présidents Jacques Aurange et Alain Hurtevent ont affirmé leur détermination à faire aboutir les revendications légitimes des chasseurs. Pour y parvenir, ils ont appelé l’ensemble des chasseurs des deux départements à se mobiliser derrière leurs fédérations dans l’unité et la solidarité.

A ce double appel fédéral simultané qui invite chacun à prendre ses responsabilités et à reprendre l’offensive dans l’unité et la solidarité de toutes les composantes de la chasse Drôme-Ardèche, l’Interdépartementale répond favorablement.

 

LE LOUP, LES CONTENTIEUX, CHAMBORD, LES REGIONALES ET … 14 297 CHASSEURS DRÔMOIS

 

184

 

Massacres. « Ces massacres continuels ne sont pas admissibles ». Parole de Sous-Préfète qui en a pourtant vu d’autres. En écho, la Présidente de la Chambre d’Agriculture lui répond : « Le loup est incompatible avec le pastoralisme ». Dialogue franc entre dames ; femmes franchement d’accord. Après les maux et les mots, les actes ? Car éleveurs et bergers sont à bout.

« Affligeant ! ». Les actuels responsables de la fédération de la Drôme ne portent pas vraiment dans leur cœur les choix de leurs prédécesseurs. Ils le disent haut et fort. Un ancien Président fédéral aurait laissé en héritage un siège social neuf mais qui prendrait l’eau et dont le permis de construire aurait même été annulé suite à une plainte de la FRAPNA ! … Ça fait un peu désordre. Un ancien Directeur de fédération réclamerait toujours 200 000 € de plus d’indemnité pour son départ. Ça commence à faire beaucoup.  « Deux contentieux qui empoisonnent la vie de la fédération depuis maintenant 5 ans » estime le Président Hurtevent.

185

 

Les changements écologiques concernant la faune sauvage font l’objet d’une étude scientifique. Piloté par la FDC 26, le travail de recueil des indicateurs portant sur les populations d’ongulés sauvages devrait faire l’objet d’une communication lors d’un colloque international à Chambord : « Une première en France », peut se féliciter à juste titre le Président fédéral.

 

186

Inquiétudes de la fédération drômoise quant à la réforme territoriale en cours qui ferait des régions l’acteur principal de la politique de développement durable, d’où ce conseil appuyé du Président FDC 26 aux chasseurs : « N’oubliez pas de défendre vos intérêts en allant voter aux élections régionales de décembre ! ».

Un SDGC 26 déjà validé depuis longtemps par le Préfet de la Drôme (malgré les obstructions de la FRAPNA), une convention exemplaire signée avec la Chambre d’Agriculture de la Drôme, un appel solennel aux élus à ne pas négliger les intérêts des chasseurs « premiers acteurs de la biodiversité », un projet de loi traitant justement en ce moment du sujet et … 14 297 permis de chasser validés dans la Drôme, soit une diminution jugée « préoccupante » de 10 % en 3 ans.

 

LA TOUJOURS MYSTERIEUSE MALADIE DU SANGLIER, LA GROTTE DU CHASSEUR-ARTISTE, L’INFATIGABLE MORDOREE, LE SCHEMA EVOLUTIF, LE NOUVEAU SENATEUR ET … 18 660 SANGLIERS PRELEVES

 

187

188

 

Mystère. Une fois de plus, le sanglier aura été le plat principal servi à l’ordre du jour du congrès fédéral 07. Et une fois encore, la maladie de l’œdème aura conservé son épais mystère. On a beau le prendre dans tous les sens, le décortiquer par tous les bouts, le dossier reste un chantier ouvert sur une double question : pourquoi donc cette maladie seulement en Ardèche et comment diable est-elle venue chez nous ?    

 

189

 

Le chasseur ardéchois, premier artiste de l’humanité : l’ouverture du congrès fédéral coïncidant avec l’ouverture de la réplique de la caverne ornée, les clins d’œil en direction du Pont d’Arc n’ont pas manqué.

C’est à plus de 6000 km de l’Escrinet, en Mogolie, qu’une bécasse équipée d’une balise le 18 février en Ardèche se trouve actuellement. Infatigable Mordorée !

Le Schéma Départemental de Gestion Cynégétique (SDGC), auquel l’Interdépartementale a participé, a été longuement présenté et commenté. Evolutif, le document sera complété et, à la demande du Préfet, certaines parties du texte retravaillées, en particulier pour le sanglier, la pression de chasse, les dégâts, les relations avec les agriculteurs. « Il faudra être plus précis dans le texte » a souligné (et même, semble-t-il, exigé) le représentant de l’Etat, seul à pouvoir valider le SDGC, document de référence qui fixe le cadre légal de l’exercice de la chasse dans le département pour une durée de 6 ans.

190

191
Jacques Genest, Sénateur de l’Ardèche

 

Existe-t-il encore un vrai espoir de pouvoir chasser à nouveau le pigeon ramier jusqu’au 20 mars ? On ose à  peine y croire tant les déceptions ont été nombreuses ces dernières années. Cependant, une avancée concrète est peut-être en vue grâce au nouveau Sénateur de l’Ardèche, Jacques Genest (UMP). Celui-ci a en effet accepté de relayer les propositions des chasseurs sur le pigeon ramier (comme il l’avait d’ailleurs fait pour la grive à la demande de l’Interdépartementale). Jacques Genest s’est engagé à déposer lui-même un amendement à la loi sur la biodiversité. Mais attention ! Pour que son action aboutisse, il faut impérativement que ses collègues sénateurs votent majoritairement la modification. Idem ensuite pour les Députés. Au Sénat, qui a désormais une majorité UMP-UDI, cela parait jouable même si une mauvaise surprise est toujours à redouter. A l’Assemblée Nationale, ce sera beaucoup plus délicat : que feront les Députés PS sous haute surveillance de leurs encombrants alliés d’hier (et peut être à nouveau de demain) les Verts ? Le Sénateur Genest a une grande expérience de ce dossier puisqu’il a siégé durant plusieurs années au Conseil d’Administration de la FDC 07 comme nous le rappelions dans un précédent article. C’est sans doute là l’ultime chance pour les chasseurs de pigeon des cols ardéchois. Si la loi est modifiée, les chasseurs en seront infiniment reconnaissants à tous les Parlementaires qui y auront contribué. En cas d’échec, les élus de l’Ardèche, de la Drôme (et d’ailleurs) qui n’auraient pas pris toutes leurs responsabilités à l’égard du mode de vie du monde rural peuvent s’attendre à croiser un jour la route, tôt ou tard, de ceux qui, une nouvelle fois, auraient été pris pour des … pigeons. Des pigeons qui ont de la mémoire.

 

192

18 660 sangliers ont été prélevés par les chasseurs d’Ardèche au cours de la saison de chasse 2014-2015 : stabilité globale des tableaux réalisés.

 

LE PSG, MALTE, LE SDGC, LES 36 000 ANS DE LA CHASSE ARDECHOISE, LA GRIVE ET LE PREFET ET … 150 ACCA MEMBRES ASSOCIES DE  L’INTERDEPARTEMENTALE

193

194
Photo Inter/JMS
Christian Pialet, Président de l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche

 

« Je vais vous parler du PSG ! ». Sans aucune note (comme le feront remarquer après le repas des Présidents d’ACCA en grande discussion, tasse de café en main), le Président de l’Interdépartementale prend le micro pour une douzaine de minutes. « PSG : P comme pigeon, S comme sanglier, G comme grive » …

S’adressant d’abord au Président des chasseurs ardéchois, Christian Pialet va rassurer Jacques Aurange si besoin était : « Le Président fédéral vient d’appeler à l’union et la solidarité des chasseurs. La fédération peut compter sur l’Interdépartementale. Sur le SDGC, nous avons été consultés et écoutés. Nous avons donné notre avis et fait 11 propositions qui ont été retenues. C’est comme cela que nous pourrons et devrons travailler ensemble avec les fédérations ».

S’adressant ensuite directement au Préfet de l’Ardèche, juste avant l’intervention de celui-ci clôturant officiellement le congrès fédéral, le Président de l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche prend de la hauteur : « Qu’un chasseur ardéchois puisse être aujourd’hui considéré par le monde entier comme l’artiste génial ayant posé le premier geste esthétique et artistique de l’Humanité, cela pourrait peut-être valoir aux chasseurs de la part de Paris, sinon un peu plus de bienveillance et de considération, du moins de ne plus utiliser à notre égard ce mépris dans les paroles et dans les actes dont nous, chasseurs en général et chasseurs ardéchois en particulier, avons été trop souvent victimes dans le passé ».  

195

Pigeon :

 Le 12 avril 2015, des milliers de chasseurs sont descendus dans la rue. Joyeusement. Pour fêter la victoire ! Parce qu’ils vont pouvoir continuer à chasser les migrateurs (la tourterelle en particulier) jusqu’au 30 avril. C’est à Malte. « Comment se fait-il, interroge le Président de l’Inter, que 14 000 chasseurs d’un tout petit pays de l’union Européenne réussissent à obtenir le droit de chasser au printemps quand nous, habitants d’un grand pays fondateur de l’Union Européenne, nous ne réussissons pas à obtenir de chasser ici le pigeon en hiver jusqu’au 20 mars ? ».

196

Sanglier :

 « Je ne suis pas rassuré » indique Christian Pialet. Il a écouté le Docteur-vétérinaire responsable du réseau SAGIR (ONCFS) et lui répond : «  Malgré les explications données, nous ne savons toujours pas pourquoi la maladie de l’œdème s’est installée chez nous mais pas ailleurs ni comment elle y est venue. Nous ne savons toujours pas qui a empoisonné nos sangliers à la bromadiolone. Et aujourd’hui, le Président fédéral nous alerte sur une autre menace : la peste porcine progresse en Europe. Elle est à nos portes (en Pologne, en Allemagne). Sans que ces trois causes de mortalité des sangliers soient liées, ce qui se passe n’est pas fait pour nous rassurer et doit nous interroger ».

197

Grive :

 « Monsieur le Préfet, vous venez d’arriver en Ardèche. Depuis 36 000 ans au moins, on chasse dans ce département. Je vais sans doute vous l’apprendre, respectueusement, la grive s’y trouve aussi depuis 36 000 ans comme l’atteste le travail des paléontologues ». Christian Pialet fait remarquer avec humour au représentant de l’Etat que si le cerveau du chasseur ardéchois a pu produire le premier trait de génie artistique de l’Humanité, « il fallait bien le cerveau d’un technocrate du ministère de l’Ecologie pour imaginer une fermeture cantonale des grives en Drôme-Ardèche ». Au nom de l’égalité et de la justice, celui qui s’exprime au nom de 150 ACCA Membres Associés de l’Interdépartementale demande au Préfet et aux élus présents de s’activer à rétablir la fermeture de la grive au 20 février dans tous les cantons. « Avec une réelle volonté politique et une vraie volonté cynégétique, nous allons y arriver », pronostique le Président de l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche sous les applaudissements des représentants des ACCA.

 

EN AVRIL, L’ANCGE NE SE DECOUVRE PAS D’UN FIL MAIS FAIT SALON A RAMBOUILLET ET AMIENS

 

198

199
Photo Inter/ANCGE/ACSIF
Salon de Rambouillet (10-11-12-13 avril 2015) : 45 000 visiteurs

 200

201
Photo Inter/ANCGE/ADHCGE Somme
Salon d’Amiens (24-25-26 avril 2015) : « Ma passion, mon patrimoine »

 

LES ADHESIONS D’ACCA NOUS PARVIENNENT A CADENCE SOUTENUE MAIS LE COMPTE N’Y EST TOUJOURS PAS. NOUS VOUS DISONS POURQUOI …

 

203

 

« 9 chances sur 10 ». Tel était le pronostic fait le 13 mars par le Président de l’Inter devant le Conseil Interdépartemental quant à la probabilité pour son équipe d’être en mesure de continuer après le 30 juin en fonction des soutiens d’ACCA reçus. Il ajoutait : « Si au final nous échouons, je peux vous dire que ce sera de peu. Parce qu’il nous aura manqué 10 ou 20 ACCA pour poursuivre l’aventure ». 

Cette façon de voir les choses semble être en train de se confirmer. Au 1er mai 2015, le nombre (non définitif) d’adhésions d’ACCA à l’Interdépartementale était déjà supérieur au nombre total atteint au 31 décembre 2014.  

78 % des ACCA adhérentes en 2014 avaient déjà renouvelé leur cotisation au 1er mai 2015. Les appels téléphoniques du « groupe des dix » permettent d’espérer d’ici au 30 juin entre 96 et 98 % de renouvellements.

Un peu plus de 50 % des ACCA qui nous avaient fait défaut en 2014 pour les raisons que chacun connait et sur lesquelles nous ne reviendrons pas ont également renouvelé leur adhésion 2015. A l’échéance du 30 juin, on peut raisonnablement compter en récupérer une dizaine de plus : celles dont les Présidents nous ont dit attendre le vote prochain de leur Assemblée Générale. Cela ferait alors un taux de renouvellement de 75 % pour cette catégorie d’ACCA.

 

204
Photo Inter/JMS
Jacky Féroussier, l’un des 10 « ambassadeurs de la défense de la chasse » :
Il s’est déjà entretenu longuement avec 11 Présidents d’ACCA

 

Grâce à l’engagement très déterminé de nos 10 « ambassadeurs de la défense de la chasse », des ACCA perdues depuis 2013, 2012, 2011, 2010 (ou parfois plus) reviennent vers nous.

Si les renouvellements attendus sont maintenant tout à fait à la hauteur des espoirs de l’équipe, il n’en va pas de même jusqu’à présent pour les adhésions nouvelles. Certes, la barre a été haut placée : 40 nouvelles ACCA d’un coup. Trop haut, pensent certains. Mais l’objectif de 40 nouvelles ACCA à trouver d’ici au 30 juin est à mettre en balance avec l’énorme travail d’information des chasseurs et de défense de la chasse offert à tous par une petite équipe de bénévoles. 40 nouvelles ACCA à trouver pour que nous puissions continuer à vous informer et vous défendre, honnêtement, est-ce trop demander ?

Bien sûr, à première vue, on pourrait se réjouir que seulement 2 ACCA sur 708 aient à ce jour voté contre l’adhésion à l’Interdépartementale par un choix assumé qui se fait contre nous mais au moins un choix clair qui respecte la démocratie. Toutefois, un autre chiffre doit tempérer tout excès d’optimisme : au 1er mai, 10 nouvelles ACCA seulement avaient rejoint l’Interdépartementale, soit le ¼ de ce qui nous parait nécessaire pour que cela ait un sens de continuer.

Comme nous l’avons dit et répété, si les ACCA Membres Associés de l’Interdépartementale qui nous font confiance et nous soutiennent ne nous aident pas plus activement à trouver les nouveaux soutiens 2015 qui manquent encore à l’appel, nous n’y arriverons pas. Et le 30 juin, la pièce étant jouée, nous tirerons le rideau.

Le 30 juin, c’est demain.

 

PENDANT CE TEMPS, L’ANTICHASSE SE RADICALISE DANS LA PENSEE ET L’ACTION

Chez les écolos extrémistes, la pensée radicale, c’est ça …

205

 

Quand un Airbus A 320 Edelweiss Air s’écrase en France sur une montagne, pulvérisant d’un coup les 150 personnes qui s’y trouvent, innocentes victimes ainsi précipitées vers une mort épouvantable par un copilote devenu fou, tout ce qu’une association écologiste française trouve à exprimer comme regret, c’est que l’avion se soit malheureusement écrasé « en lisière d’une zone Natura 2000 » !

Pareille vision des tragédies du monde présentes et à venir justifie bien sans doute un budget annuel de 250 000 € en grande partie prélevés sur nos impôts et dont 73 000 ont été versés par le Ministère de l’Ecologie. Le Ministère de la Santé pourrait lui aussi participer : dans le cadre de la recherche scientifique contre les pathologies obsessionnelles environnementales.

Sans perdre de temps sur des questions très subalternes telles que le prix de la vie humaine ou la douleur atroce des proches de victimes, l’association en question va directement à l’essentiel. La preuve ! Les débris éparpillés de l’avion, ramassés dans les pires conditions par les gendarmes et les pompiers ne leur inspirent que ce commentaire d’une haute technicité et que les familles des disparus apprécieront : « Les déchets de l’avion peuvent être contaminés par du sang ou des pièces anatomiques » … On ne peut que s’émerveiller devant la précision chirurgicale et médicolégale de ces maniaques de la pollution !

Rien à ajouter. Juste vomir.

 

206
Photo Inter/FNC/FDC Seine et Marne
L’élégance écologique dans toute sa splendeur !

 

Chez les écolos extrémistes, l’action radicale, c’est ça :

 

207
Inter/FNC/FDC Oise

 

Après le saccage de la Fédération Départementale des Chasseurs de l’Oise en février (notre article en ligne du 18 mars 2015), c’est au tour de la FDC de Seine et Marne d’avoir ses bâtiments souillés. Ces actes délictueux passibles des tribunaux sont revendiqués par l’ALF (Front de Libération de l’Animal).

Face à cette radicalisation antichasse, le silence médiatique et gouvernemental commence à faire question.

Supposons un seul instant que des chasseurs extrémistes démolissent les locaux de la FRAPNA, taguent sur le siège social de la LPO « Mort aux écologistes », signent leur méfait d’un FLA (Front pour se Libérer de l’Antichasse). On imagine sans peine la réponse : déploiement immédiat de caméras de télévision, torrent de déclarations politiques indignées, à commencer par Les Verts.

Nous les chasseurs, nous les ruraux, serions-nous en train de devenir, dans l’indifférence générale, les citoyens de seconde zone de la République ? …

Non ? Alors, pourquoi toujours ces « deux poids, deux mesures » !

 

208
Inter/FNC/FDC Oise

209
Inter/Site/Notre article du 18 mars 2015

210

L’INTERDEPARTEMENTALE

LE SCHEMA DEPARTEMENTAL DE GESTION CYNEGETIQUE (SDGC) EN DISCUSSION A L’ESCRINET

LA FEDERATION DES CHASSEURS DE L’ARDECHE REPOND FAVORABLEMENT AUX PROPOSITIONS DE L’INTERDEPARTEMENTALE

 

« Trop cher » !

L’Interdépartementale indique que les renouvellements d’adhésion ACCA sont « bien amorcés ». 10 volontaires y travaillent tous les jours en appelant au téléphone les ACCA qui ont adhéré les années précédentes. « Travail d’équipe », nous fait-on remarquer :

« On est toujours meilleur à plusieurs que tout seul » se plait à souligner Christian Pialet.

Et les refus ? A ce jour, une seule assemblée générale d’ACCA s’est prononcée contre l’adhésion. Motif du refus : « Trop cher pour le service apporté » (55 € pour 72 sociétaires, soit 76 centimes par an et par chasseur, la moitié du prix d’une cartouche – ndlr).

« Je ne commenterai pas le motif du refus ! Dans cette ACCA, la déclaration de l’Inter a été lue intégralement, il y a eu débat, vote des participants, compte-rendu d’AG certifié exact, signé par le président de l’ACCA. Nous regrettons cette décision mais nous la respectons : c’est la démocratie » indique Christian Pialet.

139

Le petit observateur drômardéchois

 

OUF ! NOS CHIENS VONT POUVOIR CONTINUER A CHASSER LE SANGLIER ET MANGER DU POISSON … SURTOUT LE 1er AVRIL

 

140

 

« L’utilisation des chiens pour la chasse au sanglier est interdite dans les états-membres de l’Union européenne ».

Poisson d’avril ! 

A l’Inter, on défend les traditions. Comme la plupart de vos médias (internet en fait partie), nous n’avons pas laissé passer l’occasion. Avouez que ça n’était pas trop mal imaginé ? … Car en matière de coups tordus, avec Bruxelles ou Paris, on ne sait jamais.

Bravo à ceux qui ont tout de suite jeté un coup d’œil au calendrier ! Pardon à tous ceux qui ont mordu à l’hameçon et en auront été quitte pour une petite frayeur.

Le dernier mot de l’article était quand même un indice fort. Rappelez-vous ! … « poisson ».

 

LA FEDERATION DE L’ARDECHE REPOND FAVORABLEMENT AUX PROPOSITIONS DE L’INTERDEPARTEMENTALE FAITES POUR AMELIORER LE SCHEMA DEPARTEMENTAL DE GESTION CYNEGETIQUE (SDGC)

 

 141

Le Président de la FDC 07 vient d’inviter à l’Escrinet les représentants de l’Interdépartementale
Photo Inter/JMS

Invitation. Voilà enfin une bonne nouvelle ! Qui n’a rien d’un poisson d’avril. A l’invitation de la Fédération Départementale des Chasseurs de l’Ardèche, l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche a remis ses propositions concernant le SDGC 2015/2021 (Schéma Départemental de Gestion Cynégétique). Plusieurs points importants (sanglier, gibier d’eau, associations) ont fait l’objet de propositions détaillées pour améliorer concrètement le document de référence qui sera remis au Préfet dans sa version définitive.

Présenté aux ACCA dans le cadre des réunions de secteur, le Schéma Départemental de Gestion Cynégétique (SDGC) est un outil fonctionnel et légal, élaboré et conduit dans chaque département par la Fédération Départementale des Chasseurs (FDC). Il a pour mission d’inscrire la chasse dans une perspective de gestion durable des espaces naturels et de la faune sauvage. Le SDGC présente l’ensemble des actions déjà accomplies au quotidien en faveur de la chasse, des espèces et des habitats, actions trop souvent isolées et méconnues. Il est aussi un outil d’orientation qui propose différentes mesures pour l’amélioration de la gestion des espaces, des espèces et de la chasse. Il a la responsabilité d’asseoir une politique novatrice, que lui accorde la reconnaissance légale des autorités administratives, tant auprès des chasseurs que des autres partenaires privilégiés. Evolutif, il est renouvelable par période de 6 ans.

Les propositions de l’Interdépartementale ont été étudiées par la fédération qui a estimé pouvoir donner une réponse positive.

 

142

 Également consultée pour avis sur le Plan de Gestion Cynégétique Approuvé pour le Sanglier (PGCAS), l’Interdépartementale n’a soulevé aucune objection au sujet de ce document.

Clôturant cette phase de concertation initiée par la fédération et en tous points réussie, le Président de la fédération de l’Ardèche a convié l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche le 31 mars à l’Escrinet au siège de la fédération.  Deux Vice-Présidents de l’Interdépartementale ont pris part à une réunion de travail très constructive sur l’ensemble de ces questions avec, en l’absence du Président Jacques Aurange, son Directeur de fédération, Alain Lignier. Albert Zecchini, Vice-Président Chargé des ACCA et AICA, Michel Burine, Vice-Président Chargé du Grand Gibier, représentaient l’Interdépartementale.

Notre complémentarité avec les fédérations fait avancer les choses. C’est ce qu’attendent les chasseurs. Pour ce genre de relations positives avec les fédérations, l’Interdépartementale sera toujours disponible. Des deux côtés du Rhône …

 

ARDECHE : DES MILLIERS DE PIGEONS RAMIERS ONT SURVOLE L’ESCRINET EN MARS

 

143

. « Espèce en voie de disparition ».

« 8 457 pigeons ramiers ont survolé l’Escrinet entre le 10 février et le 28 mars 2015 » : chiffres publiés par la LPO (Opération « Tête en l’air » 2015). Combien de milliers supplémentaires sur les autres cols, combien d’autres milliers encore en Vallée du Rhône ?…« 170 % de pigeons ramiers en plus en 25 ans » en France et dans toute Europe : données scientifiques du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris.

Pourtant, on tente encore de faire croire que 8 jours de chasse en plus en février, 20 jours en mars (ce qui équivaudrait à quelques centaines de pigeons prélevés), ce serait trop demander. D’un côté de la balance, des milliers et des milliers de pigeons qui traversent l’Ardèche, de l’autre, 28 jours de chasse réclamés … et l’espèce serait soi-disant « menacée » ?

De qui se moque-t-on ?! … Pour qui nous prend-on ?

 144

Chasseur de pigeon ardéchois, les « experts » du Ministère vert (ceux qui confondent turdidés et anatidés) viennent de te classer, d’un simple coup de tampon : « Espèce en voie de disparition » !

Vas-tu l’accepter sans broncher ? …

 

REPONSES VRAIES POUR RUMEURS FAUSSES

 

Florilège. Petit florilège de ce qui nous est rapporté, ici et là …

  • « L’Interdépartementale a menacé les Présidents d’ACCA ».

145

  •  FAUX :

« Menacé » ? Ah bon ! Menacé de quoi ? … L’Interdépartementale n’a « menacé » personne, seulement rappelé que, dans nos Associations Communales de Chasse Agréées (comme dans nos fédérations et nos associations de défense) l’exigence de démocratie s’impose à tous. Parce que nous sommes en République … Ce que les services juridiques de la Préfecture de la Drôme ont d’ailleurs implicitement confirmé en réponse à la fédération de ce département.

 

  • L’Interdépartementale, c’est l’adhésion obligatoire pour les ACCA ».

146

  •  FAUX :

Pour les détenteurs du droit de chasse, la seule adhésion « obligatoire », c’est l’adhésion à la fédération. Nous n’avons ni le droit ni l’envie d’ « obliger » des ACCA à nous rejoindre. Pour des bénévoles, défendre la chasse est une conviction, pas un métier ni une rente. Nous ne sommes ni obligés de le faire, ni payés pour le faire. Nous avons envoyé à 708 Présidents d’ACCA, le même jour, dans le même courrier, sur la même page, un bulletin  d’adhésion et un bulletin de refus d’adhésion. Où diable est donc « l’obligation » d’adhérer ?

 

  • « Le Président de l’Inter veut la place du Président de la fédération ».

 147

Jacques Aurange, Président de la FDC 07 au Trentenaire de l’Interdépartementale
Photo Inter/JMS

  • FAUX :

… La place du Président de la fédération ? Et pourquoi pas celle du Pape ! Pour devenir Président de fédération, il faut d’abord être Administrateur fédéral et ensuite avoir l’envie de le devenir : deux conditions que ne remplit absolument pas et que ne remplira pas celui qui a été pendant 6 ans Vice-Président de fédération. Le Président de l’Interdépartementale s’en est expliqué dans l’entretien donné le 12 décembre 2014 (Page d’accueil du site, rubrique Interviews). Rappel pour ceux qui ont la mémoire courte :

-      « L’Interdépartementale suffit à mon bonheur, c’est assez de soucis et de travail comme ça ! Que cela soit bien clair : je ne retournerai plus dans une fédération. Je le redis, je ne veux prendre la place de personne. Ni dans l’Ardèche, ni dans la Drôme. Ni aujourd’hui, ni demain. Coopérer à nouveau comme avant avec les fédérations, une fois la situation débloquée, oui, trois fois oui ; me cloîtrer dans une fédération sous tutelle de l’Etat, catégoriquement, non. Ma liberté d’expression et d’action, mon expérience, mises au service de tous les chasseurs dans le cadre collectif de l’Interdépartementale, leur sont beaucoup plus utiles, je pense. Et toute mon équipe le pense avec moi »

 

  • « L’Interdépartementale, c’est le gibier d’eau ».

  148

  •   FAUX :

Si leurs chemins se croisent souvent et depuis longtemps, l’ANCGE a une histoire, l’Interdépartementale a la sienne. Même au début, quand  le gibier d’eau était effectivement le socle fondateur, ça n’a pas été que le gibier d’eau : en 1981 déjà, les statuts comme les premiers combats menés mettent tout autant en avant la défense de la chasse à la grive et du pigeon ramier. Parce que depuis dix ans c’est toute la chasse qui est attaquée et menacée, c’est désormais toute la chasse qu’il faut défendre. Voici 11 ans, la réforme des statuts, le changement de nom et de logo (votés en 2004) ont pris en compte la nécessité de défendre globalement la chasse dans toutes ses dimensions.

 L’article 3 des statuts est annulé et remplacé par :

 - «  Le but de l’Interdépartementale est de défendre efficacement la chasse populaire en œuvrant activement avec toutes celles et tous ceux qui ont la volonté de défendre les modes de chasse (dans leur diversité), les dates de chasse (dans leur tradition), les territoires de chasse (dans leur intégralité) » – 20 février 2004 -

 

  • « L’Interdépartementale, c’est Beauchastel ».

 149

  • FAUX :

 L’Interdépartementale, qui compte 150 ACCA adhérentes, est représentée dans tous les secteurs géographiques de l’Ardèche et de la Drôme, autant la montagne que la plaine. Comme toute association, celle-ci a son siège social domicilié dans une commune. Les Assemblées Générales et les Conseils Interdépartementaux se tiennent à Beauchastel en raison de la position géographique Drôme-Ardèche idéalement centrale de ce « Village de caractère » mais aussi de la facilité à s’y rendre par le réseau routier en toutes saisons et par tous les temps, y compris au cœur de l’hiver, l’AG annuelle se tenant le dernier vendredi de février.

 

  • « L’Interdépartementale, c’est la famille du Président ».

150

  • FAUX :

… ou partiellement vrai. Très partiellement ! « La défense de la chasse en Drôme-Ardèche doit beaucoup à cette famille », rappelait Bernard Brottes au siège de la FDC 07, le 20 février 2015. Création de l’Interdépartementale en 1981 : un père, un fils, une équipe. L’année de naissance de son fils Christian (1951), Pierre devient le premier représentant (bénévole) de l’ANCGE en Drôme-Ardèche. La « saga familiale » de la défense de la chasse populaire venait de commencer … Aujourd’hui, sur plus de 5000 chasseurs qui adhèrent (au minimum) chaque année à l’Interdépartementale par l’intermédiaire de leurs ACCA, 3 adhérents portent effectivement le nom du Président parce que Christian et ses deux fils sont chasseurs et n’ont pas honte de l’être. Le Conseil Interdépartemental 2015, c’est une équipe dirigeante de 22 personnes élues dont 2, c’est vrai, sont de la même famille que le Président-Fondateur. Et alors ? Elles ne sont pas payées pour le faire, elles n’y font pas de la figuration ! Aux côtés de Christian, Alain exerce avec dévouement et compétence les lourdes responsabilités de Secrétaire Interdépartemental Chargé de l’Administration Générale (tenue des fichiers informatisés, gestion informatisée des courriers, relecture du lien, etc.). C’est à sa demande, pour le décharger d’un travail devenu trop lourd, qu’un nouveau Trésorier, non chasseur, a été proposé et a bien voulu accepter. Marie-Agnès, non chasseur, est conseillère scientifique de l’équipe (à titre strictement bénévole, elle aussi). Diplômée de biologie et Professeur des Sciences de la Vie et de la Terre, elle fait bénéficier l’équipe dirigeante de ses connaissances scientifiques sur des dossiers d’actualité tels que la migration des grives ou les maladies du sanglier. Beaucoup d’associations « écolos » aimeraient bien l’avoir dans leur équipe comme consultante, surtout que zéro centime d’euro par étude environnementale produite, ce n’est pas trop cher payé, n’est-ce pas ?

La vérité se suffit à elle-même. Pourquoi chercher à la travestir ?

 151


L’INTERDEPARTEMENTALE

LA CHASSE AU SANGLIER DANS LE VISEUR DE BRUXELLES

NOS CHIENS BIENTÔT INTERDITS DE CHASSE DANS LES BATTUES ?

 

Adhésions nouvelles. Selon l’Interdépartementale, les premières adhésions nouvelles 2015 d’ACCA arrivent au siège de l’association mais « en trop petite quantité pour le moment » souligne le président. Rappelons que, par décision de l’assemblée générale, il faut, en plus des renouvellements attendus, « 40 nouvelles ACCA d’ici le 30 juin » pour que l’Inter Chasse Drôme-Ardèche continue son action d’information des chasseurs et de défense de la chasse.

132
Le petit observateur drômardéchois

 

LE CAP DES 70 000 VISITEURS FRANCHI

 

134

20 000 de plus. Le site de l’Inter dépasse maintenant les 70 000 visiteurs, soit 20 000 de plus qu’au début de l’année 2015.

Le compteur informatique peut être consulté à tout moment en quelques secondes, par exemple en ouvrant directement la rubrique Notre équipe.

 

+ 170 % !

 

135

Argument. En 25 ans, le pigeon ramier a connu en France (et dans le reste de l’Europe) une augmentation qui frôle les 170 % : ces données sont irréfutables.

Ce sont les résultats des enquêtes menées depuis un quart de siècle par les scientifiques du Muséum National d’Histoire Naturelle de Paris.

Et certains vous disent qu’il n’y a plus d’argument pour défendre la chasse de mars ?

 

DERNIERE MINUTE : L’EUROPE SUR LE POINT  D’INTERDIRE L’UTILISATION DES CHIENS POUR LA CHASSE AU SANGLIER !

 

136

Interdiction européenne. A Paris et Bruxelles, certains savaient que l’idée était dans l’air depuis quelques temps. Une idée complètement folle qui risque pourtant de se concrétiser rapidement :

 « L’utilisation des chiens pour la chasse au sanglier est interdite dans les états-membres de l’Union européenne ».

Le projet de résolution N° 15-E-6784 a été adopté le 31 mars 2015 en Commission Environnement, Santé Publique et Sécurité Alimentaire du Parlement Européen  par 19 voix pour, 16 contre, 25 abstentions. 11 Députés n’ont pas pris part au vote.

Les motifs invoqués sont stupéfiants de mauvaise foi et de stupidité :

C’est d’abord pour « le bien-être du chien, animal domestique et être vivant doué de sensibilité » que le texte a été voté. Selon les 19 Parlementaires ayant voté pour (sur 71 !), « toute action de chasse fait risquer en permanence au chien, lorsqu’il se trouve au contact direct du sanglier, des blessures pouvant entrainer la mort du chien au terme d’une lente et longue agonie ».

137

Photos Inter/Gérard Romain

Les Députés européens pensent avoir trouvé dans le champ de compétences de leur commission un argument décisif. Prétextant que la Commission Environnement du Parlement Européen est aussi en charge de la santé publique et de la sécurité alimentaire, ils mettent en avant «  le risque, jusqu’à présent mal évalué mais bien réel pour la santé publique des citoyens européens et pour la sécurité alimentaire des consommateurs de l’Union Européenne, d’une contamination toujours possible de la viande de sanglier en raison des bactéries véhiculées par la bave du chien mordant le sanglier ».    

Devenant proposition législative, la résolution adoptée en commission, destinée à s’appliquer « aux 28 états-membres de l’U.E. à compter du 1er janvier 2016 », va maintenant être discutée puis votée en séance plénière du Parlement Européen.

Présidée par l’Italien Giovanni La Via (Parti Populaire Européen), la commission permanente Environnement, Santé Publique et Sécurité Alimentaire du Parlement Européen a pour Vice-Président Benedek Javor, un Hongrois qui siège … au groupe des Verts/Alliance libre européenne.

L’avenir de la chasse au sanglier avec chiens dans les 28 pays de l’Union Européenne dont la France est donc désormais suspendu au vote des 751 Députés européens.

Nous ne manquerons pas de vous tenir informés dans le détail de la suite de cette affaire, de vous faire connaitre l’ensemble des réactions (Groupe Chasse du Parlement Européen, Parlementaires européens des différents groupes politiques, Ministère de l’Ecologie, Députés et Sénateurs français) ainsi que les actions communes envisagées dans les prochains jours par vos représentants : FNC, fédérations, associations de défense.

Nous le ferons complètement et, selon notre habitude, sans noyer le poisson.

138

L’INTERDEPARTEMENTALE

SURSIS MOBILISATEUR. LES 22 RESPONSABLES DE LA NOUVELLE EQUIPE ELUE LE 27 FEVRIER ONT REÇU MANDAT DE PRONONCER DEFINITIVEMENT LA DISSOLUTION OU LE MAINTIEN AVANT 4 MOIS AU VU DES ADHESIONS D’ACCA OBTENUES D’ICI AU 30 JUIN.

CHACUNE DES 708 ACCA QUI N’EST PAS ENCORE ADHERENTE À L’INTERDEPARTEMENTALE EST EXPRESSEMENT INVITEE A DEMANDER PAR UN VOTE DEMOCRATIQUE L’AVIS DE SES CHASSEURS LORS DE SA PROCHAINE ASSEMBLEE GENERALE. LES ACCA DEJA ADHERENTES VONT ÊTRE MISES A CONTRIBUTION POUR AIDER A LA REUSSITE DE LA MOBILISATION

 

Sans précédent.
C’est sur une mobilisation sans précédent de tous ses réseaux que l’Interdépartementale s’appuie dans le droit fil de son assemblée générale extraordinaire du 27 février. Quand on connaît la capacité d’entrainement de son président, sa force de persuasion, nul ne doute que les « 22 » pourraient bientôt surprendre. Pour éviter définitivement le couperet de la dissolution et s’offrir avant l’été un réconfortant maintien, l’objectif suivant a été fixé par un vote de l’assemblée: « Pour pouvoir poursuivre l’aventure collective, les ACCA membres associés de l’Interdépartementale doivent impérativement trouver 40 nouvelles ACCA (20 de chaque côté du Rhône) avant le 30 juin, en plus des renouvellements de cotisation 2015 attendus pour la même date ».

70Le petit observateur drômardéchois

NOUVELLE EQUIPE RENFORCEE, 22 DIRIGEANTS, 4 NOUVEAUX DONT 2 PRESIDENTS D’ACCA, PROJECTEUR SUR LES PROCHAINES ASSEMBLEES GENERALES D’ACCA APPELEES A SE PRONONCER PAR VOTE SUR L’ADHESION COLLECTIVE DE LEURS CHASSEURS A L’INTERDEPARTEMENTALE

 

71Photo Inter/JMS

. Cinq élus représentatifs de la diversité démocratique, de gauche, de droite, sans étiquette (conseil régional, conseil général, communauté d’agglomération, communauté de communes, communes), s’étaient déplacés pour venir écouter les doléances des chasseurs, les propositions de l’Interdépartementale et observer le fonctionnement démocratique d’une assemblée de chasse (informations, libre discussion, votes) :

     – Marie-Christine Git, Conseillère Régionale Rhône-Alpes

     – Martine Finiels, Vice-Présidente du Conseil Général, Présidente de la Communauté de communes du Pays de Vernoux, Maire de Vernoux

     – Christian Féroussier, Vice-Président de la Communauté d’agglomération Privas-Centre Ardèche, Maire de St Fortunat S/Eyrieux

     – Bernard Brottes, Maire de La Voulte S/Rhône

     – Jean-Marie Gérard, Conseiller Municipal Délégué de Beauchastel, Chargé des Associations

Elus présents, fédérations absentes : « Les absents ont toujours tort » faisait remarquer un participant.

L’Assemblée Générale 2015 de l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche a rendu un hommage solennel à la mémoire de l’ancien Président de la Fédération Départementale des Chasseurs de l’Ardèche, Maurice Grangeon dont la présence régulière aux réunions de l’Inter était toujours appréciée.

 

72
Photo Inter/JMS

Sans attendre, le nouveau Conseil Interdépartemental 2015 (nouvelle équipe renforcée de 22 personnes) s’est mis au travail. Il se réunira dès le 13 mars pour élire le nouveau Bureau Interdépartemental. Au moins un changement important est déjà prévu dans l’organisation interne : pour plus d’efficacité encore.

Par décision de l’Assemblée Générale extraordinaire du 27 février, Il est demandé expressément à chaque Président d’ACCA, au titre de la libre information des chasseurs et de la défense bénévole de la chasse, de bien vouloir soumettre au vote de leur Assemblée Générale l’adhésion collective des chasseurs de leur ACCA à l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche. Cette demande explicite ne concerne pas ceux qui font chaque année correctement les choses en renouvelant leur adhésion à l’Interdépartementale, ni ceux qui ont l’intention de nous rejoindre pour la première fois en 2015.

Elle interpelle directement ceux qui ont volontairement ignoré nos courriers d’information les années précédentes et s’apprêteraient à le faire à nouveau sans réfléchir.

Nos amis Présidents d’ACCA sont d’accord avec nous : un Président d’ACCA n’est pas élu par ses chasseurs pour jouer ensuite les « petit-chefs » ou les « apprenti-dictateurs ». Il n’a pas le droit de décider pour les autres ce qui est bon pour eux ou pas sans les informer, sans demander leur avis. Il n’a pas le droit de passer sous silence une information concernant la défense de la chasse, destinée à tous les chasseurs de son ACCA. Il n’a pas le droit de décider seul que son ACCA n’adhèrera pas à l’Interdépartementale sans demander l’avis de son Bureau, puis de tous ses chasseurs par un vote en Assemblée Générale. S’il agit ainsi, sait-il qu’il commet un déni de démocratie ?

Depuis quelques mois, des élus de tous bords, de plus en plus nombreux, entrent en contact avec l’Interdépartementale. Ils se disent prêts à nous aider, à soutenir les combats légitimes des chasseurs que nous portons. Attention à ne pas les éloigner de nous par des pratiques personnelles contraires à la démocratie !

 

73

Seul, un vote négatif majoritaire en Assemblée Générale d’ACCA pourra valablement permettre cette année le rejet de l’adhésion d’une ACCA à l’Interdépartementale, adhésion proposée aux 708 ACCA par courrier adressé en mairie à chaque Président.

S’appuyant sur la loi Verdeille qui fonde l’existence des ACCA et organise leur fonctionnement sur le principe de la démocratie, l’Interdépartementale sera particulièrement vigilante pour s’assurer qu’aucune Assemblée Générale d’ACCA ne sera privée cette année ni de cette information, ni de ce vote.

En cas contraire, ce serait, au regard de la libre information des chasseurs et de leur droit à être (bien) défendus, un abus de pouvoir caractérisé dont le Président de l’ACCA aurait seul à répondre le cas échéant.

Il est demandé aux chasseurs de la Drôme et de l’Ardèche d’assister massivement aux Assemblées Générales de leurs ACCA et de nous signaler avec précision tout dysfonctionnement contraire à la démocratie. Mettant volontairement le projecteur sur les Assemblées Générales d’ACCA 2015, l’Interdépartementale se réserve le droit de donner suite et de rendre public par les moyens dont elle dispose tout manquement grave qui lui sera signalé dans les trois cas suivants :

     – Proposition d’adhésion collective de l’ACCA à l’Interdépartementale (reçue par courrier en mairie) passée sous silence par le Président lors de l’Assemblée Générale de son ACCA

     – Refus par le Président d’ACCA de faire voter l’Assemblée Générale sur la question de l’adhésion

     – Refus par le Président d’ACCA d’officialiser auprès de l’Interdépartementale l’adhésion de son ACCA après vote positif majoritaire de l’Assemblée Générale.

Il est rappelé que l’équipe dirigeante de l’Interdépartementale est à la disposition de chaque Président d’ACCA pour venir répondre à toutes les questions des chasseurs sur son action et ses résultats lors de chaque Assemblée Générale d’ACCA à laquelle elle sera invitée : nous n’avons pas peur de la libre discussion, nous n’avons rien à cacher. Nous sommes fiers de l’action que nous menons.

Qu’en pensent vos chasseurs ? … Mesdames, Messieurs les Présidents d’ACCA, demandez-leur leur avis.

Faites-les voter !

74

 

2 DIRIGEANTS BENEVOLES DE LA CHASSE A L’HONNEUR : ANTHONY CUOQ ET DIDIER BOURDELIN

 

75
Photos Inter/JMS

. Anthony Cuoq, Vice-Président de l’Interdépartementale Chargé du site internet (64 000 visiteurs) et Didier Bourdelin Président de l’ACCA de St Didier S/S Aubenas (à la tête de son ACCA depuis 22 ans) se sont vu décerner par l’Assemblé Générale 2015, sous les applaudissements, le Diplôme d’Honneur du bénévolat au service de la chasse. Toutes nos félicitations !

4 NOUVEAUX FONT LEUR ENTREE DANS LE CONSEIL DE LA CHASSE DRÔME-ARDECHE DONT 2 PRESIDENTS D’ACCA SUPPLEMENTAIRES

 

76
Photos Inter/JMS

. Les 18 membres sortants du Conseil Interdépartemental sont réélus. 4 nouvelles personnes les rejoignent :

     – Eric Chanas, Président de l’ACCA de Livron (Drôme)

     – Olivier Sabaton, Président de l’ACCA de Lentillères (Ardèche)

     – Guillaume Pérennec, Ailhon (Ardèche), ancien Président d’ACCA

     – Christophe Bréda, St Lager Bressac (Ardèche), chargé de la coordination des observations migrations fleuve Rhône pour la revue nationale La Sauvagine

En plus de ces nouvelles recrues de qualité, avec Albert Zecchini, Président de l’ACCA de St Barthélémy-Grozon, Président de l’AICA Vallée du Duzon et du Grozon, Michel Burine, Président de l’ACCA de Beauchastel, Sébastien Riou, Président de l’ACCA de Boffres, les ACCA sont désormais solidement représentées au sein du Conseil Interdépartemental : un signal fort en direction des autres ACCA pour qu’elles aident maintenant, par leur engagement, à poursuivre l’aventure collective.

LE TEMOIGNAGE DU PRESIDENT DE L’ACCA D’ALBOUSSIERE (07) : « ECOEURE MAIS TELLEMENT SOLIDAIRE ! »

 

82
Photos Inter/JMS

. Selon une règle maintenant bien établie, l’Assemblée Générale de l’Interdépartementale n’est plus le lieu d’une longue intervention du Président comme cela se faisait et comme cela se fait encore dans les congrès fédéraux. Place au débat, à la libre discussion !

Le 27 février, tous ceux qui voulaient s’exprimer ont pu le faire. En toute liberté.

Parmi les nombreuses interventions, d’une grande richesse argumentaire, parfois beaucoup d’émotion :

- « Pendant des années, j’ai chassé le pigeon ; ce soir, je suis triste, vraiment triste, de voir où nous en sommes arrivés », dira un intervenant d’Aubenas.

Autre témoignage qui a marqué la réunion, celui d’un Président d’ACCA. Du fond de la salle, Alain Menant, le Président de l’ACCA d’Alboussière (07), depuis seulement 4 ans en Ardèche, déclare :

- « Notre ACCA fait partie d’une AICA qui adhère à l’Interdépartementale et a donc déjà cotisé pour 2015. Pour marquer notre solidarité, nous venons de remettre ce soir un chèque de soutien exceptionnel au Président de l’Interdépartementale. Nous sommes une petite ACCA mais nous faisons le maximum pour ne pas laisser disparaître sans réagir l’association qui nous informe et nous défend. Aujourd’hui, quand je vois tout ce qui se passe, je suis écoeuré. Ecoeuré mais tellement solidaire ! ».

 

PIGEON RAMIER : LE SILENCE ELOQUENT DE LA FEDERATION

 

78

. Ils sont là. De l’Escrinet à la Vallée du Rhône, les grands vols bleus ont repris leur incessant défilé de mars, se coulant de vallée en col puis de col en vallée dans un immuable scénario réglé au jour près par dame nature depuis des milliers d’années. Dans plusieurs départements, quand passent les palombes, les chasseurs chassent. En Ardèche, les chasseurs de pigeon ramier ont le droit de tirer les mythiques palombes partout où ils veulent mais uniquement quand il n’y en a pas.

Pour en finir avec cette situation discriminatoire et injuste imposée aux ardéchois par les ayatollahs de l’écologie parisienne, des propositions précises et concrètes d’actions concertées ont été faites pendant un an par le CDCAR et par l’Interdépartementale. La fédération de l’Ardèche vient d’y répondre … en disant qu’elle ne répondrait pas. Ce silence, éloquent en soi, pourrait passer pour un tant soit peu méprisant à l’égard des chasseurs concernés. Le silence fédéral à répétition (et sur commande ?) en dit long sur la volonté qui existe en haut lieu de tourner définitivement la page de l’encombrant dossier …

En comptant sur une fédération pour faire rentrer tout le monde dans le rang ?

Sur ce dossier comme sur d’autres, la fédération l’a dit et répété, elle n’avait besoin de personne : ni des associations de défense de la chasse pourtant prêtes à se mobiliser, ni même cette année de la présence sur le terrain du Président National des fédérations. La fédération de l’Ardèche faisait seule ce qu’il fallait. Il suffisait de lui faire confiance en lui laissant le champ libre et le temps d’agir. On allait voir ce qu’on allait voir … On a vu.

Manifester, nous disait-on, aurait été contreproductif. Il ne fallait surtout pas le faire. Contreproductif mais pour qui ? On peut se le demander aujourd’hui.

Face aux résultats obtenus, la fédération doit maintenant s’expliquer.

Puisque les principaux responsables de la fédération sont devenus muets, puisqu’ils ne se déplacent même plus pour apporter aux chasseurs les réponses que ceux-ci sont en droit d’attendre avant de payer à nouveau leur permis, ce sont les chasseurs eux-mêmes qui vont venir chercher ces réponses en congrès fédéral le 25 avril à Aubenas comme cela a été dit lors de la dernière Assemblée Générale du CDCAR.

Le bla-bla-bla officiel habituel qui berce le congrès d’une douce torpeur, le noyage systématique du poisson dans un discours fleuve, les prises de parole officielles organisées et calibrées pour faire diversion et jouer la montre, les vrais débats sur la chasse qui ne s’ouvrent entre chasseurs que sur le coup de midi (et encore !), tous ces artifices d’estrade sont usés jusqu’à la corde. Ils risquent, cette année, de ne plus suffire à masquer l’échec d’une stratégie fédérale, ni à étouffer la colère qui monte …

Une stratégie pensée et cohérente qui a systématiquement affaibli la capacité de résistance des chasseurs, découragé d’année en année les plus combattifs, écarté méthodiquement toute initiative ou suggestion du CDCAR, de l’Interdépartementale, des ACCA, des chasseurs de la base, initiatives et suggestions qui, si elles avaient été suivies, auraient peut-être pu contribuer à créer ou recréer un élan, une dynamique, un rapport de force favorable aux chasseurs face à l’intransigeance des pouvoirs publics.

De cela, la fédération n’a pas voulu. Pour ne pas risquer de déplaire.

Déplaire mais à qui ?

A une stratégie solidaire, la fédération de l’Ardèche a préféré la stratégie solitaire.

De cette stratégie-là, de son échec aujourd’hui confirmé, la fédération doit maintenant rendre compte.

Car l’obstination à vouloir agir seul a conduit les chasseurs dans une impasse.

 

79

 

DECLARATION INTEMPESTIVE D’UN PRESIDENT DE FEDERATION : LES CHASSEURS DE GIBIER D’EAU EN PRENDRAIENT POUR LEUR GRADE !

 

80

. Celle-là, personne ne l’avait encore faite ! …

Selon plusieurs sources, un Président de fédération aurait fait le 1er février 2015 une déclaration intempestive à la presse nationale pour « condamner » non pas les actions des anti-chasse mais celle … des chasseurs.

Si cela est vrai, bonjour la solidarité !

Dans la ligne de mire de ce président fédéral, la possibilité finalement concédée par la Ministre de l’Ecologie aux chasseurs de gibier d’eau (la prolongation de la chasse à l’oie dans tous les départements jusqu’au 9 février 2015 sans risquer d’être verbalisés) : une déclaration fracassante visant à se désolidariser ouvertement du combat mené sur le terrain par des milliers de chasseurs qui, après avoir préparé des dossiers, financé eux-mêmes des balises Argos, manifesté avec leurs Présidents de fédération, obtenu le soutien de la FNC, de l’ANCGE, puis des Parlementaires du groupe Chasse à l’Assemblée Nationale, ont décidé tous ensemble de continuer à protester contre l’injustice et l’arbitraire en posant en février leurs appelants et en tirant quelques dizaines d’oies comme ils avaient annoncé qu’ils le feraient.

D’après nos informations, cette prise de position totalement inopportune dans le contexte que l’on sait et pour le moins inattendue de la part d’un responsable cynégétique, aurait été faite sans aucune concertation avec les intéressés.

Elle n’engagerait ni la FNC, ni l’ANCGE mais ferait déjà l’objet sur les réseaux sociaux de commentaires flatteurs ou ironiques en provenance de la mouvance antichasse qui ne va pas manquer de s’en servir contre les chasseurs dans le prochain bras de fer avec le ministère pour nous diviser et nous affaiblir encore un peu plus.

Si elle n’est pas rapidement démentie par son auteur présumé, cette « condamnation » fédérale risque de faire quelques remous dans nos marais, mares, étangs, fleuves et rivières … Il n’est jamais trop tard pour reconnaitre qu’on s’est trompé.

 

81

Prochain article :

PENDANT CE TEMPS, LE MINISTERE DE L’ECOLOGIE TRAVAILLERAIT A LA MISE EN PLACE D’UN CONTRÔLE STRICT PAR LES PREFETS DES SUBVENTIONS FEDERALES VERSEES AUX ACCA

L’INTERDEPARTEMENTALE