ESTIVALES 2020 (2)

Etrange ouverture 2020

 

AVEC DES MASQUES ET POUR COMMENCER LA SAISON UNE INTERDICTION PRESIDENTIELLE

 

200

 

 

201

 

202

 

203

 

 

204.

 

. ET REVOILÀ LE SANGLIER !

 

MALADIE DE L’OEDEME : L’INTER AVAIT RAISON

 

S’appuyant sur différentes remontées de terrain, en particulier les observations de ses ACCA adhérentes, l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche avait posté sur site, vous vous en souvenez peut-être, un article documenté concluant à l’improbabilité que les chiffres officiels publiés sur la mortalité du sanglier par l’œdème correspondent à la réalité. Démonstration avait été faite, sans que personne d’ailleurs ne vienne nous contredire, qu’une « sous-estimation » importante de la mortalité sanglier annoncée était quasi certaine.

Le Chasseur Ardéchois du 1er semestre 2020 est venu confirmer notre hypothèse. Rendant compte des travaux scientifiques toujours en cours, le bulletin de la Fédération Départementale des Chasseurs de l’Ardèche révèle que « la mortalité du sanglier par la maladie de l’œdème est probablement sous-estimée » car « influencée par la méthode d’observation ». A l’époque, l’Interdépartementale avait listé de façon détaillée les biais introduits par « la méthode d’observation retenue par SAGIR », le réseau de surveillance du pôle scientifique de l’ONCFS.

 

ASPAS : LA FARCE GROTTESQUE POUR EN FINIR SOIDISANT AVEC LES PROBLEMES DU SANGLIER

 

205

 

L’ASPAS tente-t-elle de semer la pagaille entre chasseurs et agriculteurs ?

 

Au moment où les uns et les autres commencent à se rapprocher comme ce fut le cas à Crest le 21 août dernier pour dénoncer ensemble la mainmise sur les espaces naturels effectuée par … l’ASPAS, la question est posée.

Pour en finir avec les problèmes du sanglier (vaste programme !) que tout agriculteur peut légitimement redouter et qu’aucun chasseur ne peut nier, l’ASPAS n’y va pas par quatre chemins. Résumons : pour supprimer les problèmes du sanglier, supprimons … le sanglier. La farce de l’ASPAS se joue en 3 actes :

1. « Beaucoup de bruit » … Pour rien. « Faire du bruit » pour « effaroucher » l’animal … Lequel, pas fou, ira s’installer chez le voisin. Préconiser des nuisances sonores (« avec détonateurs »), voilà qui est original … Pour des écolos pur vert ! …

2. « Davantage de loups ».  Les dégâts de sangliers sont financés à 100 % par les chasseurs. L’ASPAS veut « plus de loups » pour « faire diminuer le nombre de sangliers » … sans dire comment. Evidemment, l’ASPAS se garde bien de se porter volontaire pour payer la facture déjà salée de l’indemnisation des troupeaux décimés par le loup, aberration écologique financée à 100 % par les contribuables. C’est ce que l’ASPAS appelle sans rire « de la bonne gestion » … « Bonne », surtout avec l’argent des autres ! …

3. « Stériliser la bête ». Donc, en trois ou quatre ans, plus aucun sanglier du tout … Et par conséquent plus aucun chasseur non plus mais ça, l’ASPAS oublie de vous le dire … Un peu grosse quand même, la ficelle ! …

Fin des 3 actes. Rideau. On est prié d’applaudir.

 

La petite farce vous a plu ? …

 

206

 

. La nouvelle municipalité de Beauchastel reconduit la subvention communale à l’Interdépartementale

 

207

 

La commission Vie Associative et Sports de la commune de Beauchastel, présidée par l’Adjoint au Maire, M. Rémi Le Corre a reçu l’Interdépartementale Chasse DrômeArdèche le 3 août 2020.

La nouvelle municipalité de Madame karine Takès se dit très attachée à maintenir le tissu associatif du village « qui rassemble petits et grands ». « Vous êtes pour cette nouvelle équipe municipale des acteurs incontournables. Le dynamisme de la vie associative est un facteur essentiel de qualité de vie et de lien social sur la commune ».

Le Conseil Municipal du 7 juillet a voté la délibération reconduisant la subvention de fonctionnement pour 2020 attribuée à chaque association au dossier retenu dont l’Inter Chasse 26-07.

Lors de sa rencontre avec les élus municipaux, Christian Pialet a donné l’assurance à la nouvelle municipalité que, « dans la continuité de ce qui se faisait avant, vous trouverez toujours en notre association la coopération la plus positive pour contribuer au rayonnement de notre village et être un acteur dynamique de la vie associative »

 

. Des crapauds mieux protégés que nos maires ?

 

208

 

Ne voyez aucune irrévérence, provocation où exagération dans la question posée en titre, bien au contraire car la question se pose effectivement, dramatiquement hélas au regard de nos lois, de leur interprétation, de leur application. La preuve :

. D’abord, savez-vous quelle suite vient d’être donnée à l’agissement de trois lâches ayant insulté, menacé puis frappé à la tête et dans le dos un maire de 70 ans dont le seul tort a été de les informer consciencieusement qu’un arrêté municipal interdisait d’installer sa tente sur le parking de la plage et de les alerter civiquement des dangers à faire du feu à proximité d’une pinède ? … Un « rappel à la loi ». Tu parles !

. Maintenant, savez-vous ce que vous risquez en écrasant un crapaud à ventre jaune ? « Trois ans d’emprisonnement, 150 000 € d’amende ». Comparez.

De janvier à juillet 2020, 233 maires ou adjoints ont subi une agression dans l’exercice de leur fonction au service de la collectivité.

 


. Barbara Pompili ou l’ombre d’un doute

 

Sans faire de procès d’intention à Madame Pompili, le choix du président de la République de l’avoir nommée à la tête du ministère de l’Ecologie n’est pas fait pour rassurer les chasseurs … « Une écologiste à l’écologie », c’est pour la FNC trop de « mauvais souvenirs » … Qui pourraient vite se raviver, l’affaire de la glu nous y mène tout droit.

 

209

 

 

. INTERDICTIONS : ET VOILA QUE ÇA (RE) COMMENCE SOYONS PRÊTS !

 

210

 

. Avis de tempête.

 

Il est bien fini l’heureux temps où entre un futur président de la République et un président de fédérations des chasseurs, ce n’était que sourires complices, convergences de vue affichées sur la ruralité, défense vigoureuse des traditions, image positive de la chasse partagée, affirmée, assumée …

« La guerre est déclarée »

 

. « J’ai beaucoup d’admiration pour cet homme », pouvait confier Willy Schraen au Dauphiné Libéré en parlant d’Emmanuel Macron voici encore quelques jours. Mais c’était juste avant la décision du président de la République de piétiner la « tradition » que le candidat Macron promettait aux chasseurs de « respecter ». Personne ou presque ne savait en France ce qu’était la chasse de la grive à la glu jusqu’à ce que Macron l’interdise lui-même. Voilà donc un mode de chasse spécifique, ultra minoritaire soudainement élevé au rang de dossier national prioritaire par l’Elysée ! A celui qui, reniant ses promesses, vient d’interdire à des chasseurs de chasser, le patron de la FNC redirait-il son « admiration » ? « La guerre est déclarée ! » réplique en privé mais devant témoins un responsable influent de fédération de chasseurs du Sud-Ouest. Beaucoup se sentent trahis. « Macron, dit ce responsable, veut se refaire une santé écolo sur le dos des chasseurs. Il envoie un message fort à l’électorat vert ».

 

 

Chasse : le mensonge fait aux Français

 

211

 

Septembre 2020 : Covid-19 donne à nouveau des sueurs froides au personnel hospitalier dans la crainte d’un automne agressif tandis que la crise économique et sociale s’annonce gigantesque et violente. Le président de la République l’a bien compris : « Vu l’état du pays et vu les défis qui l’attendent », Emmanuel Macron, manches retroussées, s’empare personnellement du dossier N°1 du moment. Assumant courageusement ses responsabilités, il le fait savoir solennellement aux Français inquiets par tant de questions sans réponse, d’insécurité montante, d’« ensauvagement » constaté : « La chasse traditionnelle à la glu est interdite » !!! … La patrie est sauvée. « N’ayant rien de mieux à faire que de s’occuper de ça », le président de la République, Chef de l’Etat, Chef des Armées, jupitérien par-dessus le marché ordonne lui-même majestueusement « l’interdiction » de cette abominable « chasse traditionnelle ». Ouf ! Au diable Covid, crise, terrorisme islamique, séparatisme, insécurité, nous respirons quand même nettement mieux dans notre beau royaume de France puisqu’enfin débarrassés que nous sommes de l’ennemi public numéro un : l’horrible chasseur traditionnel de grive ! Il faudrait être bien ingrat, gueux ou manant pour ne pas en garder une profonde gratitude à notre très aimé Président.

« Très au clair sur le sujet »

Evidemment, on ne savait pas, on ne pouvait pas savoir à quel point Emmanuel Macron, président de la République, contenait douloureusement en silence depuis trois ans sa détestation, son horreur, sa haine des abominables chasses traditionnelles françaises au premier rang desquelles figure la chasse de la grive à la glu. On ne pouvait pas le savoir puisque le 14 mars 2017 Emmanuel Macron, candidat à la présidence de la République, homme de parole et de convictions, déclarait aux chasseurs à propos de ces mêmes chasses traditionnelles :

« Je suis très au clair sur le sujet ! »

Pour être clair, c’est clair car voilà la suite :

« Je ne suis pas pour qu’on les arrête (Les chasses traditionnelles – NDLR) parce que ça fait partie du patrimoine français, de l’art de vivre, parce qu’il faut laisser respirer les gens, arrêter, comme le disait le Président Pompidou d’emmerder les Français, parce qu’il y a des gens qui sont heureux en le faisant, parce que ça n’enlève rien à personne et parce que si vous trouvez des gouvernants, des législateurs, qui pensent qu’ils n’ont rien de mieux à faire que de s’occuper de ça, il faut me les présenter, ils ont beaucoup de chance … »

Que le « vieux monde » de gauche comme de droite « n’ait rien de mieux à faire » que de « s’occuper » des chasses traditionnelles démontre à quel point ce « vieux monde » qui n’a rien compris est fini. Macron, lui qui a tout compris de ce qui est déjà fini, en tire la leçon : s’il est élu Président, il n’ira pas se perdre ni perdre son temps, ni le faire perdre à la France comme le ferait un vulgaire élu de droite ou de gauche empêtré dans les postures politiciennes démagos d’un autre temps :

« Moi, vu l’état du pays et vu les défis qui nous attendent, j’ai beaucoup d’autres choses à faire ! ».

Magnifique déclaration d’hier, parfait reniement d’aujourd’hui. C’est ce qu’Emmanuel Macron appelle sans doute l’art de « se réinventer ». La trahison de la parole donnée est exemplaire car présidentielle. L’insincérité du propos tenu pour se faire élire à tout prix est révélatrice. L’affirmation de 2017 « Moi, vu l’état du pays et les défis… », retournée comme une veste en 2020, résume à merveille la dialectique macronienne du « Et en même temps » aujourd’hui appliquée aux chasseurs comme elle l’a été déjà à tant d’autres citoyens :

Absolument pas contre les chasses traditionnelles « et en même temps » pour l’interdiction absolue de l’une d’entre elles.

Dans « l’ancien monde », les « gens de peu », les « gens de rien » qui n’avaient pas fait l’ENA appelaient ça mentir. Allez donc savoir, Mesdames, Messieurs les politiques nationaux, pourquoi 7 Français sur 10 ne croient plus aujourd’hui un mot de ceux qui, d’en haut et du haut de leurs mensonges, les gouvernent de cette belle manière …

 

« Macron a tué leurs rêves »

212

 

. Un responsable cynégétique d’Auvergne-Rhône-Alpes qui passe généralement pour assez bon connaisseur de la vie politique livre son analyse :

« La glu ? Le dernier coup politique des communicants de l’Elysée ! Pour tenter d’enlever aux Verts quelques milliers de voix écolos-bobos des grandes villes au premier tour de la prochaine présidentielle, Emmanuel Macron (s’il y va) risque de le payer cher dans les campagnes … La chasse à la glu, je ne la pratique pas moi-même mais par solidarité je la défends comme j’ai toujours défendu toutes les chasses même si celle-là peut être discutable, j’en conviens et ne plaît pas beaucoup ni aux militants de la cause animale, ni aux technocrates de l’Union Européenne. Son interdiction présidentielle en France prend toutefois une portée symbolique que l’Elysée n’a pas mesurée. Attention ! Les chasseurs ont toujours eu de la mémoire avec les politiques qui ne les respectent pas. Pour avoir trop longtemps ignoré cette règle en snobant ses chasseurs tout en dopant aux subventions publiques leurs adversaires, cette Région qui est la mienne a fini par connaître son heure de vérité électorale lorsque l’électorat chasseur s’est mobilisé pour contribuer à faire élire la nouvelle majorité de Laurent Wauquiez. Faut-il rappeler aussi, une nouvelle fois, le résultat de l’élection présidentielle du 21 avril 2002 ? Avec CPNT, les chasseurs et leurs familles récoltent 1. 204. 689 voix au premier tour. Ils punissent Lionel Jospin d’avoir pris l’antichasse Dominique Voynet dans son gouvernement, privant le Premier Ministre socialiste d’un classique second tour gauche-droite contre Jacques Chirac. En même temps, ils sont à l’origine de « la surprise Le Pen » … que les commentateurs politiques parisiens n’ont évidemment pas vu venir. Ce sont ces mêmes commentateurs mal voyants qui ont toujours passé sous silence (et continuent de le faire, à quelques exceptions près) l’historique « vote chasse » de 2002 qui les dérange, eux les bien-pensants faiseurs d’opinion. En effet, ils s’obstinent à attribuer l’échec cinglant de Jospin à des candidatures trop nombreuses à gauche, ce qui est politiquement correct mais mathématiquement faux. Démonstration : sur 1. 200. 000 voix obtenues par le candidat CPNT, il y a entre 400. 000 et 600. 000 voix d’électeurs votant habituellement à gauche. Or, il ne manque même pas 200. 000 voix à Lionel Jospin (194. 600 exactement) pour passer devant Le Pen et donc être qualifié pour le second tour. Voilà la réalité que des commentateurs intéressés s’efforcent encore aujourd’hui de maquiller et de nous cacher ! Pardon de ce rappel historique qui permet néanmoins de mieux comprendre ce qui se joue aujourd’hui. Revenons à l’interdiction de chasse à la glu décidée par le président Macron. J’en connais dans nos rangs qui ne vont pas aimer du tout l’image de ce jeune président de la République plutôt « cool » avec les interdits dont s’affranchissent collectivement depuis des mois des milliers de jeunes, règlementation Covid ou pas, mais qui s’en prend « en même temps » à quelques anciens isolés, les derniers chasseurs de grive pratiquant un mode traditionnel. Je pense que le président de la République s’est laissé embarquer dans cette affaire par des conseillers hors sol et qu’il pourrait amèrement le regretter un jour. Son erreur est d’avoir perdu de vue la dimension psychologique et humaine du problème ; à savoir qu’il ne leur restait plus, à ces vieux chasseurs, que quelques saisons de chasse à vivre mais à vouloir les vivre pleinement avec une passion intense restée intacte ; la passion transmise par leurs ancêtres. Macron a tué leurs rêves ».

 

« La glu, c’est le hors-d’œuvre »

 

213

 

. Un autre président cynégétique, originaire du midi, pronostique : « L’interdiction de la glue, c’est le hors-d’œuvre. Ceux qui viennent de l’obtenir ont de l’appétit. En reniant ses promesses faites aux chasseurs qui l’ont cru, M. Macron a cédé aux ennemis déclarés de la chasse. Sans attendre, ils exigent déjà que le gouvernement interdise aussi le déterrage des blaireaux et des renards ou le piégeage des corvidés. Si on laisse faire, c’est la fin de la chasse du petit gibier au chien d’arrêt et au chien courant. Les antispécistes n’auront bientôt plus besoin de s’en prendre aux éleveurs de faisans, perdrix, lapins et lièvres. Faute de régulation, les prédateurs naturels en surabondance se chargeront de vider nos plaines et montagnes du gibier reproducteur payé par les sociétés de chasse ».

 

Premier trophée … Pas si glorieux que ça !

 

214

 

. Ce serait Barbara Pompili, sous la pression de ses anciens amis d’EELV et surtout d’associations qui militent ouvertement contre la chasse, qui aurait exigé et finalement obtenu de l’Elysée le scalp de ces vieux chasseurs pratiquant encore la chasse à la glu, un mode traditionnel, ancestral, transmis de père en fils dans quelques familles modestes, mode de chasse controversé mais devenu confidentiel car ne concernant plus que quelques passionnés, le plus souvent âgés. Seulement voilà, ces chasseurs à l’ancienne ont le tort de déplaire en haut lieu à quelques jeunes députés du « nouveau monde » invités réguliers de l’Elysée. Ceux-ci jugent ces vieux chasseurs « non sélectifs dans leur pratique », ce qui est largement faux en réalité. Ils n’écoutent plus Willy Schraen qui leur explique que « sur 700 millions de grives recensées en Europe, seulement 0,001 % sont capturées à la glu ». Ils ne l’écoutent pas quand il leur dit que « les chats errants en attrapent mille fois plus ». Ils ne l’écoutent pas quand, soulignant le caractère exceptionnel de la mort d’une espèce protégée capturée par erreur ou d’une grive blessée sans possibilité de retrouver sa liberté, il leur rappelle que « les oiseaux attrapés sont soigneusement décollés puis conservés en bonne santé toute la saison de chasse pour servir d’appelants (qui attirent les grives en migration pour les faire poser – NDLR) et qu’ils seront « relâchés en fin de saison ». Non ! Ils n’écoutent pas, ils n’écoutent plus mais surtout, pas loin de pratiquer à l’encontre de ces chasseurs populaires le « délit de sale gueule », ils les accusent dans les salons parisiens d’être « archaïques », « bornés », « arriérés » et « populistes » : les insultes habituelles de ces distingués « progressistes », « mondialistes », « avant-gardistes » et « modernistes » que comptent l’Assemblée Nationale et le cabinet du président de la République, gens des beaux quartiers qui ne prennent ni le métro, ni le bus, n’ont jamais vu une grive de leur vie et qui, s’il la voyait, ne sauraient pas que c’en est une mais qui s’estiment pourtant, selon leur modestie désormais légendaire … « trop intelligents » (!)

. La chasse à la glu, première chasse traditionnelle interdite en macronie : premier trophée offert par Emmanuel Macron lui-même aux antichasses emmenés par des parlementaires LREM se voulant « modernes » parce que « verts ».

Pas sûr pourtant, au final, que la prise soit si glorieuse que ça. Les stratèges macroniens pourraient un jour le comprendre mais trop tard comme au temps de Dominique Voynet où un certain Lionel Jospin, premier ministre PS, fut tout éberlué d’être écarté dès le premier tour de l’élection présidentielle par le vote CPNT (Chasse, Pêche, Nature, Tradition) : 1 200 000 voix. Des chasseurs en colère, privés de chasse, de tradition … mais pas de mémoire.

 

. Drôme : pour se verdir, une deuxième députée LREM s’engage contre la chasse

 

Après la Députée macronienne Alice Thourot, c’est au tour de sa collègue drômoise Mireille Clapot, elle aussi Député LREM, de basculer dans le camp de l’antichasse. Elle vient de signer le RIP (référendum d’initiative partagée) demandant notamment l’interdiction de la chasse à courre, la fin de la régulation des nuisibles par déterrage, la disparition des chasses traditionnelles. Au total, 130 parlementaires ont choisi le prétexte général de la cause animale pour torpiller en particulier le loisir de la chasse. Que cache toute cette agitation ? En réalité, la grande offensive politicienne préparant la présidentielle est lancée. Le thème ?

Moins vert que moi, tu meurs !

 

. Mais dans quel monde vivent ces 130 députés et sénateurs (une minorité, heureusement) si occupés à faire la chasse aux chasseurs ? N’ont-ils pas mieux à faire ?

 

215

 

La cause animale est une cause juste si elle est justement défendue. Les chasseurs n’ont pas attendu 2020 pour s’y intéresser, faire un état des lieux, balayer devant leur porte, faire changer les mentalités et les pratiques d’une génération à l’autre quand cela s’imposait. Rien à voir avec les calculs de ces professionnels de la politique signataires du RIP qui découvrent la condition animale en même temps que la courbe des sondages confirmant leur impopularité grandissante et la poussée incontestable du vote écolo aux élections municipales dans les villes ! Autant de temps passé par ces élus, d’électeurs embrigadés pour signer leur RIP, de médias mobilisés, de personnalités impliquées, d’énergie parlementaire dépensée, de communication déployée, d’imagination débordante étalée, tout ça depuis des mois mis au service exclusif de « la cause animale » et surtout de la leur (!) pourquoi pas si c’était sincère ; pourquoi pas, surtout, si ce n’était pas au détriment d’autre chose. Là est le vrai problème d’une démocratie paralysée par la démagogie, d’une République affaiblie par l’impuissance.

Les « 130 » ne pourraient-ils trouver aujourd’hui meilleure cause à défendre ? Une cause qu’ils défendraient avec la même ardeur, la même priorité, la même ténacité – qu’est-ce qui les en empêchent ? -, une cause pour laquelle il serait plus urgent pour des élus efficaces, plus juste, plus indispensable, plus humain aux yeux d’une grande majorité de Français (70 % disent tous les sondages) de mobiliser la nation désunie qui pourrait enfin se rassembler sur l’essentiel :

La cause de l’Homme !

 

. Que des voyous puissent tranquillement massacrer un chauffeur de bus père de famille parce qu’il leur dit que le masque est devenu obligatoire dans les transports publics mériterait peut-être que 130 parlementaires se bougent, non ? …

. Qu’un salaud condamné aux assises à 18 ans de prison en 2005 pour 9 viols, 3 tentatives de viol, 1 agression sexuelle puisse légalement en sortir trois avant pour pouvoir tranquillement préméditer, organiser et commettre son 13e viol sur une fille de 15 ans qu’il va assassiner mériterait peut-être que 130 parlementaires signent un RIP et le fassent signer, non ? …

 

. Un secrétaire d’Etat à contre - emploi ?

 

Cosignataire (encore un !) du très controversé projet de RIP (référendum d’initiative partagée) sur les animaux, texte réclamant notamment de nouvelles interdictions de chasse, Joël Giraud (Député LREM) est en charge de la ruralité dans le nouveau gouvernement de M. Castex. Le Mouvement de la Ruralité (LMR) présidé par Eddie Puyjalon y voit « une erreur de casting » et s’alarme d’un glissement vers « l’antispécisme »

 

216

 

« Un secrétaire d’État à la ruralité qui s’inscrit dans la logique antispéciste n’augure rien de bon » estime le Mouvement de la Ruralité (LMR) qui attend toujours du nouveau secrétaire d’État « qu’il retire sa signature du RIP ».

« Après les 46 députés LREM sous la coupe du député Loïc Dombreval contre les chasses traditionnelles, un secrétaire d’État à la ruralité qui soutient le RIP des antispécistes, cela fait beaucoup contre le monde rural en peu de temps ! », s’inquiète le LMR.

Les 46 députés LREM dont parle le LMR ont pris le risque calculé de remettre en marche la machine à interdire la chasse. Audace folle ? Non, car ils l’ont fait, on le sait aujourd’hui, avec l’accord pas forcément enthousiaste mais pourtant bien réel du premier ministre et surtout, c’est beaucoup plus grave, du président de la République en personne.

Cela explique que, par un prompt renfort de quelques sénateurs macroniens, les 46 se soient rapidement retrouvés 62. La démagogie étant la seconde nature de ceux qui décident en fonction des sondages et non des convictions, ils sont aujourd’hui pas moins de 130 parlementaires signataires du RIP, 130 députés ou sénateurs à œuvrer, pour commencer car ce n’est qu’un début, à la disparition programmée des chasses populaires traditionnelles, notamment la chasse de nuit aux anatidés qui en fait partie et de la chasse au petit gibier par interdiction prochaine de réguler les nuisibles comme le renard ou la corneille.

L’interdiction proclamée de la chasse à courre qu’ils mettent en avant comme un étendard pour faire signer le RIP à des électeurs abusés (600 000 signatures déjà !) est le symbole d’une tradition cynégétique ancestrale menacée dont les caricatures intentionnellement véhiculées par la plupart des médias dénaturent à l’excès la complexe réalité. En jouant en direction du grand public sur les émotions au détriment de toute rationalité, en s’appuyant sur les mensonges les plus grossiers au détriment de la vérité, la chasse à courre, comme la chasse de la grive à la glu, ne sont finalement que le Cheval de Troie de l’antichasse militante.

Dans ce contexte malsain, Giraud, secrétaire d’Etat à la ruralité signataire du RIP serait-il utilisé à contre-emploi comme certains le pensent ? Non, au contraire si le job politique pour lequel il est nommé consiste, sans le dire cela va de soi, à affaiblir un peu plus encore la France des campagnes, des villages, des traditions, cette France qui souffre et voterait mal parce qu’une certaine élite parisienne portant haut l’arrogance l’appelle, en se bouchant le nez, la France des « populistes ». Insulter le peuple, des usines ou des campagnes, n’a jamais connu une fin heureuse.

Que des chasseurs chassent, voilà qui peut déranger les bien-pensants ! Que les promoteurs du RIP sur la condition animale aient pour alliés objectifs les abrutis anonymes capables de badigeonner de nuit la vitrine d’une petite fromagerie parisienne, la couvrant d’inepties telles que « Lait = viol », « Eleveurs = violeurs » semble moins gêner ces bien-pensants que la chasse elle-même qui n’est pourtant qu’un loisir, un droit, une liberté …

… Inquiétante dérive de la pensée.

 

 

. Un million de chasseurs aiment leur chien, leur chat, leur cheval. Pourquoi se priver de leur soutien ?

 

 

217

 

Oui, l’animal est un être sensible. Oui, la maltraitance des animaux existe : chez l’animal abandonné, délaissé, jeté ; chez l’animal persécuté, torturé ; chez l’animal traité comme objet, chose ou marchandise ; chez l’animal laissé agonisant, sans soin ou sans nourriture ; chez l’animal tué sans éviter ou abréger l’inutile souffrance.

Lutter contre la souffrance animale gratuite est en soi une cause tout à fait défendable. La détourner de son objectif au profit d’une idéologie ou d’une ambition politicienne est réducteur.

Si l’on veut vraiment en finir avec les abus dont certains animaux domestiques ou d’élevage sont encore victimes (comme quand des détraqués monstrueux prennent plaisir à ouvrir le ventre des chevaux, à leur couper l’oreille, leur arracher les organes), pourquoi se priver alors du soutien d’un million de chasseurs, de leurs conjoints, de leurs enfants qui, dans leur énorme majorité, aiment eux aussi leur chien, leur chat ou leur cheval, comprennent leur animal de compagnie, le respectent, le soignent, le cajolent, nouent avec lui une véritable complicité, lui procurent sans compter pendant de longues années une vie heureuse auprès de ses maîtres ?

A propos du cheval, « meilleur ami de l’Homme » (après le chien ?), la torture, les sévices infligés méticuleusement depuis plusieurs mois par différentes personnes à ces animaux intelligents et confiants ont provoqué à juste titre l’incrédulité, la stupéfaction, l’écœurement, l’indignation des Français. Parmi les 130 parlementaires promoteurs du RIP, procédure constitutionnelle censée défendre « la cause animale », combien de ces donneurs de leçon ont-ils pris publiquement la parole sur le sujet pendant toute cette période ? La réponse est connue : pratiquement aucun ! Cela confirme, si besoin était, que taper sur la chasse et les chasseurs semble bien être le principal, sinon l’unique moteur de leur action. Au 10 septembre 2020, aucune personne n’avait encore été traduite devant la justice (1 suspect arrêté puis relâché, aucune charge n’étant retenue contre lui) malgré les 153 enquêtes ouvertes par la gendarmerie et la police dans 43 départements.

 

218

219

 

 

220

 

221

 

Leur coq ne chantera plus.

Marcel, 2 ans est mort. « Notre voisin a massacré notre coq » s’insurge Sébastien Verney. « Avec une arme à feu, puis une barre de fer ». Sa femme, ses deux filles et lui en sont encore tout retournés … Comme leur potager dévasté par le même individu.

En Ardèche aussi, la stupidité féroce importée de la ville par quelques hurluberlus à peine arrivés est devenue sans limite.

« Nous sommes en Ardèche, fier territoire rural », dit Sébastien, le prof d’histoire-géo. Et de demander : « Alors, qui sera la prochaine victime : le chant des tourterelles, la moisson du blé, les tomates qui poussent, le braiment de l’âne, le son de nos clochers ou la mise en pâturage de nos vaches ? »

L’association 30 millions d’Amis mais surtout près de 100 000 signataires indignés ont déjà apporté leur soutien à la famille Verney … En attendant le verdict de la justice. Nul ne doute que celle-ci ne manquera pas de s’appuyer sur le texte et l’esprit de la nouvelle loi, celle qui va protéger désormais l’ensemble du patrimoine « sensoriel » rural, chant du coq en tête.

 

 

222

 

223

 

Encore une histoire de renard. Décidemment !

« Il y a trop de renards ». C’est la justice qui le dit.

En Seine-Maritime, un magistrat valide l’arrêté du préfet permettant le prélèvement de 1 430 renards. Le recours en référé de l’association protectionniste One Voice a donc été rejeté.

Pour la justice, « la protection de la santé humaine et animale, la préservation de la faune telle que le petit gibier », etc. justifient « suffisamment » la décision de limiter la prolifération du renard dans ce département.

Qu’en pensent les parlementaires qui veulent interdire aux chasseurs et aux piégeurs le droit de réguler le renard ?

 

224

 

225

 

 

. « Oui y faut lui faire la peau à cette grosse salope vu sa grosse gueule de porc y a de quoi le faire saigné ». C’est signé (orthographe comprise) : « Nathalie Jeans ». Réponse de « Cindy Larchevesque » : « Nathalie, insulte pour les porcs. Matière fécale me conviendrait ». Voilà un court extrait (ça suffira !) des milliers de messagespoubelles similaires postés sur les réseaux sociaux. Ces ignominies visent une seule et même personne : Willy Schraen, le président national des chasseurs. Harcelé, menacé de mort, Willy Schraen et sa famille ont été placés sous protection policière.

Que n’aurait-on pas entendu sur les plateaux de TV, que n’auraient pas dit les journalistes, les commentateurs, les politiques et que ferait au passage le gouvernement si au lieu de s’en prendre de cette manière odieuse au représentant des chasseurs de France, il s’était agi d’une figure nationale défendant un autre droit que le loisir chasse, par exemple que la victime défende le droit des gens de culture ou du showbiz, des handicapés ou des femmes, des noirs ou des musulmans, des joueurs de pétanque ou des supporters de foot ? Que la comparaison puisse choquer serait infiniment choquant. Car du point de vue de la justice, de l’équité, ou de la morale, le « deux poids, deux mesures » ne peut être que choquant.

« C H A S S O P H O B I E » !

 

Comme trop souvent hélas dans notre démocratie chahutée, le mauvais exemple est venu de haut. Face au déferlement de haine visant M. Schraen insulté, menacé de mort avec sa famille, comment nos gouvernants et nos élus ont-ils publiquement réagi ? C’est instructif. Au silence public éloquent d’une ministre LREM théoriquement concernée par la chasse, est venue s’ajouter la prose ouvertement haineuse, insultante et démago d’un député LR, jusqu’à ce jour illustre inconnu passant d’un coup à la postérité le 14 mai 2020 par son écœurante indécence. Que l’on en juge :

 

226

 

« Le Président des chasseurs, cet abruti … Le con … Je vais le faire courir ce chapon » :

Signé Diard. Diarrhée verbale pour attirer sans vergogne les voix de ce qu’il faut bien appeler désormais la « chassophobie » en inventant le mot qui n’existait pas encore ?

Qu’un parlementaire oubliant sa dignité se vautre au niveau où d’ordinaire se trouve le caniveau n’est pas que son problème. Ni seulement celui du parti (LR) tombé bien bas ici pour garder dans ses rangs pareil client. C’est plus grave que ça. En hurlant avec les loups qui veulent la peau de l’homme fut-il chasseur, cet élu au comportement irresponsable jette le discrédit sur l’institution de la République à laquelle il appartient encore :

Qu’on en prenne la mesure ou pas, l’honneur de l’Assemblée Nationale est entaché par les petits écrits misérablement grossiers et violents du dépité député Diard. La bêtise a sa place au Palais Bourbon, pas la haine.

 

 

227

 

 

228

 

229

 

En compensation de l’interdiction prolongée des boîtes de nuit voulue par le gouvernement, par défi vis-à-vis des autorités, un peu partout en France, le phénomène « rave party », « free party » prend de l’ampleur, soulignant de multiples atteintes à la légalité. Certes, il faut que les jeunes s’amusent. Seulement voilà, d’un côté des agriculteurs qui travaillent dur, particulièrement l’été et qui n’en peuvent plus à force de règlementation tatillonne jusqu’à l’absurde, de directives européennes écrasantes de technocratie, de lois, décrets, règlements nationaux bureaucratiques et paralysants … De l’autre, ceux à qui tout semble permis depuis un certain déconfinement. C’est la triste expérience que vient de vivre chez lui en Lozère – un exemple parmi d’autres – le propriétaire d’un terrain agricole. Pardon ! De ce qu’il en reste.

Quelle drôle de surprise pour lui que de découvrir un samedi matin d’août au milieu de son champ 10 000 joyeux fêtards (chiffres de la gendarmerie) avec véhicules, sonos géantes, alcool et stupéfiants ! Le pauvre homme n’avait encore pas tout vu. Deux jours plus tard, 4 500 adeptes de la « rave party » sont toujours là. Les détritus en plus. « Quand on aime, on compte pas », n’est-ce pas ?

Le silence des grandes consciences vertes nationales

Que cela puisse se produire au beau milieu du parc national des Cévennes, dans un site européen hyper protégé où le « piétinement » doit faire l’objet d’une règlementation stricte par le ministère de l’Ecologie en application de la directive européenne Natura 2000 devrait provoquer l’indignation de tous les écologistes sincères mais, bizarrement, on n’a pas entendu les grandes consciences vertes nationales s’emparer du sujet. Trop d’amis sur zone ?

Que cela arrive en pleine règlementation Covid qui interdit notamment à plus de 5000 amateurs de foot ou de rugby de se rendre au stade n’aura fait venir sur les plateaux de TV ni le ministre de la santé, ni les conseillers scientifiques du gouvernement. Que dans une propriété privée où des gens et leurs véhicules sont entrés par effraction sans être délogés, où 20 000 pieds (et combien de roues de voitures, camping-cars et camions ?) auront allègrement « piétiné » pendant plusieurs jours l’outil de travail d’un paysan et sans plus de ménagement le précieux biotope de la nature environnante pose clairement une question : celle de l’autorité de l’Etat.

Garante de l’ordre public et du respect de la loi, la préfecture de Lozère disait faire ce qu’elle pouvait, c’est-à-dire pas grand-chose, à savoir :

Distribuer (gratuitement) aux fêtards quelques centaines de masques, de flacons de gel hydroalcoolique et quand même aussi quelques procès-verbaux pour alcoolémie flagrante et usage massif de produits stupéfiants (mais rien pour les autres délits ?), enfin installer deux centres de dépistage Covid-19 à proximité du site en promettant aux Lozériens qu’ils seraient « opérationnels dès mardi matin ». Mardi, quand tout était fini … Et puis c’est tout.

 

Quand l’Etat veut, l’Etat peut

 

Dans la Drôme, le préfet a été plus réactif.

Scénario identique pour weekend libre en forêt domaniale de Lente au cœur du parc naturel du Vercors ; sauf que là, le représentant des pouvoirs publics n’a pas attendu. Dès samedi, minuit passé, 80 gendarmes appuyés par hélicoptère se constituent en comité d’accueil, cueillant au saut des véhicules les premiers arrivants, confisquant les très coûteux murs de son, conduisant les responsables à la gendarmerie, histoire de leur tenir compagnie pour la nuit. Et en souvenir de la Drôme : plusieurs dizaines de contraventions offertes pour stationnement et circulation interdits avec en prime sur le dos une plainte de l’Office National des Forêts.

Résultat immédiat, tout ce petit monde ne se faisait pas prier pour déguerpir. Moralité de l’histoire : quand l’Etat veut, l’Etat peut.

Mais voilà, la Lozère n’est pas la Drôme. Là-bas, il reste aujourd’hui bien plus qu’un terrain agricole stérilisé pour longtemps, qu’un espace protégé saccagé, qu’un outil de travail dérobé à un malheureux agriculteur. Trois jours et trois nuits où des milliers de personnes auront été livrées à elles-mêmes en dehors de tout cadre légal auront piétiné aussi – et davantage encore – le principe et la loi :

Le principe d’égalité ; la loi républicaine devant laquelle nous sommes, en théorie, tous égaux.  Mais comme le disait déjà Coluche :

« Nous sommes tous égaux mais certains plus que d’autres ».

 

 

230

 

231

 

232

233

 

.   Premiers à organiser une manifestation de chasseurs en Drôme-Ardèche, c’était, avec 500 personnes, le 18 juin 1988 à Privas ; premiers aussi à réclamer avec l’ANCGE et à obtenir de la FNC la plus grande manifestation nationale de chasseurs jamais organisée, c’était, avec plus de 200 000 participants, le 14 février 1998 à Paris ; premiers encore  à manifester en préfecture derrière une banderole unique « Chasse-Ruralité », c’était, le 10 septembre 2016, avec 80 courageux se pliant, sans aucun incident à déplorer, aux contraintes réglementaires drastiques liées au risque majeur terroriste alors porté à son niveau maximum. Compris ou pas, suivis ou pas, souvent les hommes et les femmes de l’Inter Chasse Drôme-Ardèche auront ouvert la voie. C’est déjà ça, non ?

 

234 235

 

Ce 21 août 2020 à Crest, dans un contexte évidemment très différent, 800 manifestants avec tracteurs, vaches, brebis, chevaux et chiens ont répondu à l’appel à manifester lancé par les éleveurs, bergers, agriculteurs drômois soutenus par leurs fédérations nationales et leurs syndicats, des élus aussi auxquels s’ajoutait, côtés organisateurs, une petite ACCA drômoise, celle de Léoncel. Manifestation déclarée ou interdite (le bruit avait couru) ou « interdite mais tolérée » selon la jurisprudence Castaner ? On ne savait plus trop. Mais à l’arrivée, manifestation réussie, ça on en est sûr !

S’en prenant directement à l’ASPAS et à ses centaines d’hectares de « réserves de vie sauvage » qui, tout particulièrement dans la Drôme, mettent de plus en plus « la nature sous cloche », excluent « la plupart des activités humaines », privatisent « de vastes espaces naturels », laissent au loup « des zones entières d’expansion », le monde paysan a choisi d’élever singulièrement le ton au cœur de l’été pour crier sa révolte, son ras-le-bol … Et se préparer à d’autres actions ?

« Foutez-nous la paix ! Rébellion, désobéissance, résistance, mondes définitivement irréconciliables », mots forts mais propos assumés.

L’un des organisateurs, Franck Reynier, le président de l’association du Vercors Iloupdev, est de ceux qui ne machent pas leurs mots :

« A cause de ces donneurs de leçons qui arrivent des grandes villes, toutes nos pratiques rurales sont en train de disparaître ». Franck Reynier prévient :

« Ce ne sont pas les bobos qui vont nous dicter leur loi ! »

 

 

La réponse du berger à la bergère

 

236

 

Pourquoi manifester à Crest ? Parce que c’est le siège social de l’ASPAS. Mais Crest est aussi le siège social de la Fédération des chasseurs drômois qui soutenait la manif : réponse du berger à la bergère.

Question qui nous a été posée : pourquoi la FDC 26 soutenait-elle sans organiser ?

D’abord parce qu’il s’agissait d’une manifestation voulue par les agriculteurs et les éleveurs. Ensuite et de toute façon parce que, depuis la loi Voynet, les fédérations de chasse n’ont plus le droit d’organiser elles-mêmes des manifestations. Les présidents fédéraux, bien qu’élus, sont astreints au devoir de réserve et placés sous tutelle du ministre de l’Ecologie au motif que l’Etat délègue aux FDC son pouvoir en leur confiant des missions de service public.

Une fédération de chasseurs ne peut donc plus organiser elle-même une manifestation dans son département sans l’accord préalable et explicite du préfet, sauf à enfreindre la loi.

 

Ecologie confiscatoire

 

A contrario, cette précieuse liberté d’action et de manifestation à laquelle les chasseurs, comme tous les citoyens, restent attachés, les associations loi 1901 sans lien avec l’Etat ne l’ont pas (encore) perdue. C’est le cas de nos ACCA mais également de l’Inter Chasse Drôme-Ardèche qui soutenait elle aussi le rassemblement de Crest.

Ainsi, nous avons pu en toute légalité, non seulement appeler publiquement nos ACCA adhérentes à manifester contre les excès de l’écologie confiscatoire mais aussi participer directement en tant que structure cynégétique régionale à ce grand rassemblement pour la ruralité.

Si nous avions été sollicités, nous aurions même pu apporter notre expérience au comité d’organisation, ayant d’ailleurs sur place à Crest un membre de l’équipe dirigeante de l’Inter en la personne de Serge Girard, volontiers disponible si on le lui avait demandé. Peut-être la prochaine fois ?

 

Les Ardéchois (aussi) sont là

 

 

237

 

Contacté la veille de la manifestation par Franck Reynier, le président de l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche, Christian Pialet, lui fait part du « soutien de l’Inter » et de « l’appel aux chasseurs à manifester ». Quoi de plus normal si on se souvient que, dès le 28 février 2020, l’Inter a fait de « la défense des territoires » le temps fort de son assemblée générale annuelle et le dossier prioritaire des jeunes chasseurs pour les années à venir ? « La défense des territoires sera le combat de votre génération ! ». L’Ardéchois avait annoncé qu’étant personnellement absent le 21 août pour cause d’engagement antérieur « pris de longue date avec d’autres personnes » (évènement national chasse au gibier d’eau), l’Interdépartementale serait « représentée à Crest par ses ACCA adhérentes présentes », drômoises et ardéchoises.

C’est ça, le travail d’équipe.

Contrairement aux habitudes mais sans que nous en connaissions les raisons, le Dauphiné Libéré a fait le choix éditorial de passer sous silence l’appel de l’Inter aux chasseurs à se joindre à la manifestation (Cf. communiqué de presse ci-dessous), ce qui n’a pas empêché de comptabiliser deux bonnes douzaines au moins d’ACCA adhérentes de l’Inter présentes à Crest avec chacune entre deux et cinq représentants, soit une centaine de manifestants supplémentaires dont une majorité d’Ardéchois à la présence, nous a-t-on dit, « remarquée et appréciée ». Parmi eux, Jean Nicolas, membre du Conseil Interdépartemental qui, bien que plus tout jeune, a fait le trajet depuis Satillieu avec son ACCA.

 

238

 

239

 

240

 

 

241

 

 

242 244

 

245

246

 

247

248

 

249

 

250

 

251

 

252

 

L’INTERDEPARTEMENTALE

ESTIVALES 2020

Après le confinement

LA CHASSE REPREND SES DROITS MAIS L’ANTICHASSE RETROUVE SES MAROTTES, ENCOURAGEE PAR 62 PARLEMENTAIRES ET … LA MINISTRE DE L’ECOLOGIE

 

100 101

 

102 103 104

 

 

 

105 106 107 108 109 110 111 112

 

 

113

 

PENDANT QUE LE PRESIDENT NATIONAL DES CHASSEURS EST PLACE AVEC SA FAMILLE SOUS PROTECTION POLICIERE, 62 PARLEMENTAIRES S’ATTAQUENT AUX CHASSES TRADITIONNELLES ET « NOTRE » MINISTRE EN RAJOUTE !

. Il a bon dos, le chat, pour ceux qui veulent s’en prendre à la chasse et à ses représentants …

 

114

 

.   Lorsqu’en Australie une étude scientifique vient confirmer la forte prédation des chats sur les oiseaux, ce constat faisant suite à une étude similaire réalisée en Grande-Bretagne qui estimait la prédation par les chats à plusieurs millions d’oiseaux par an, en France personne ne dit rien. Lorsque les ornithologues de la LPO s’appuient sur ces études pour demander aux pouvoirs publics la stérilisation obligatoire des chats divagants, en France les « amis des animaux » trouvent ça très bien au point de relayer la demande auprès des municipalités. Une campagne sur les réseaux sociaux est orchestrée par eux, pétitions à l’appui …

Mais que Willy Schraen, le président de la Fédération Nationale des Chasseurs (FNC), dise exactement la même chose, le voilà alors submergé par un torrent d’insultes, débilités, propos haineux qui se déversent sur les réseaux sociaux. L’hystérisation collective gagne les pétitionnaires.

En soulignant que la gestion des chats errants dans la nature n’est pas de la responsabilité particulière des chasseurs mais de tous ceux qui ont en charge le maintien de la biodiversité, Willy Schraen n’a jamais dit qu’il fallait tuer les chats mais simplement capturer ceux qui errent en pleine nature, loin des habitations, pour les confier à la SPA en vue de stérilisation.  

Mais n’y a-t-il pas pire sourd que celui qui ne veut rien entendre ? …

 

115

 

MENACES DE MORT 

 

Pour le remercier de prendre la défense des rouges-gorges, mésanges, musaraignes, écureuils, lézards et autres petites proies habituelles des chats errants, le président de la FNC – mais aussi les membres de sa famille ! – ont reçu « des centaines de menaces de mort » suffisamment prises au sérieux pour qu’ils soient placés « sous protection policière » :

Parfaitement déplorable.

Les vrais écologistes, les vrais naturalistes, les vrais ornithologues, les vrais amis des animaux auraient beaucoup gagné, pensons-nous, à se démarquer publiquement, comme l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche le fait, de cette stupide campagne de dénigrement aussi injuste que discriminatoire dont les chats ne sont évidemment que les prétextes et les chasseurs, à travers leur plus éminent représentant odieusement pris pour cible, les victimes.  

 

PAS UN MOT DE LA MINISTRE POURTANT CENSEE REPRESENTER ET DEFENDRE LES CHASSEURS ! 

 

Voilà que nous sommes à nouveau plongés dans un contexte de grandes tensions s’exerçant contre la chasse mais tout se passe désormais dans un cadre national et mondial beaucoup plus large. Cela va des modes véganes (dont certaines sont respectables) aux ultra-antispécistes militants qui veulent imposer aux autres l’idée d’un animal égal de l’Homme en passant par toutes les facettes des délires animalistes. Le dernier en date est rapporté par le site d’Orange : « Des militantes seins nus dénoncent à Paris le « calvaire » des … vaches laitières ». Slogan : « Lait = cruauté ». Moralité de l’histoire : une poitrine peut-elle durablement tenir lieu de cerveau ? Or, dans ce contexte où tout semble permis, que dit la ministre de la chasse quand le président national des chasseurs se trouve menacé de mort par des centaines de personnes ? …

 

116

 

Rien. Elle ne dit rien. Elisabeth Borne se tait. Honteusement. « Qui ne dit mot consent » ?  On n’ose tout de même pas imaginer qu’un ministre de la République puisse, même intellectuellement, se ranger dans le camp de l’ignoble, cautionner de son autorité et de son silence des méthodes radicalement abjectes, même par penchant idéologique antichasse prononcé, par démagogie politique « moderniste ». Ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire quand on est une ministre encartée LREM, est-ce aider le président de la République ?

Toujours est-il que Willy Schraen n’a que modérément apprécié la méthode. Au point d’écrire ce qu’il en pense à la ministre en question. Il lui demande de le recevoir sans tarder … Pour une franche explication :

« Des centaines de menaces de mort parfaitement identifiées et transmises à la justice me valent encore aujourd’hui d’être sous protection policière. Durant cette période, j’ai reçu de nombreux soutiens mais pas un message, pas un appel et encore moins une condamnation publique de votre part ».

 

 . Au nom de la « modernité », des politiciens hors-sols enhardis par une ministre de l’Ecologie « qui n’aime pas les chasseurs », réclament la fin des « chasses traditionnelles » et l’interdiction de réguler les blaireaux. En pleine crise, il ne manquait plus que ça au tableau !

 

117

 

.   A peine sorti du confinement mais évidemment pas de la Crise, le monde politique de l’après Covid ressemble déjà furieusement au monde politique d’avant. Autant que le nouveau monde promis ressemblait déjà pas mal, avant la Crise, à l’ancien tant décrié ? Sous la pression de minorités activistes opposées à la chasse et d’ailleurs opposées à tout, revoilà en effet les vieux réflexes politiciens démagos de l’antichasse politique qui avance masquée, drapée de « modernité » !

 

118

 

Ainsi, 62 députés et sénateurs sortent du bois pour réclamer à cors et à cris la fin de nos « chasses traditionnelles ». Fin « progressive » … Tu parles ! Traduisez : « Fin définitive prochaine ». Pour faire bonne mesure, les 62 s’emploient à obtenir dès cette saison de la ministre de l’Ecologie, Elisabeth Borne, l’interdiction de réguler les blaireaux qui serait immanquablement suivie de l’interdiction de réguler les renards : façon habile de priver les chasseurs d’un petit gibier alors voué à une disparition certaine et par ce moyen sournois de se débarrasser de ces chasseurs là sans avoir à payer le prix politique de leur fermer la chasse. Parmi les 62, des Verts bien sûrs, quelques élus de gauche, de droite et d’on ne sait où mais aussi et avant tout des macronistes (légitimistes ou dissidents mais provisoirement réconciliés contre la chasse). Tout ce beau monde, généralement des beaux quartiers, est emmené par Loïc Dombreval (LREM), le président du groupe d’études sur la condition animale à l’Assemblée Nationale, fer de lance de l’antichasse parlementaire.

 

120

 

Les pratiques cynégétiques actuelles appelées « chasses traditionnelles » que les 62 condamnent également à une disparition certaine sont pourtant très sélectives, rigoureusement encadrées et absolument insignifiantes en impact sur la biodiversité par le nombre infime d’oiseaux choisis et prélevés. Alors, où est vraiment leur problème ? Ces pratiques ancestrales, qui ne concernent d’ailleurs plus qu’un petit nombre de chasseurs souvent âgés (tenderie aux grives ou prélèvement à la glu, filets des palombières, etc.) sont jugées par eux « archaïques ». Dans leur bouche, « tradition » a toujours été un gros-mot. A « l’archaïsme » cynégétique, ces 62 parlementaires hors-sols qui n’ont jamais mis les pieds dans une palombière, ni suivi dans la rosée du matin un tendeur de grives, veulent substituer une chasse « modernisée », c’est-à-dire bientôt interdite. On se croirait revenu à la grande époque de l’Escrinet. 

 

Les montagnards ont leurs marmottes, les écolos des villes ont leurs marottes !

 

121

Paraître « moderne » aux yeux de leurs électeurs, voilà l’obsession de ceux qui jettent dans les poubelles de l’histoire des pans entiers de notre culture dont la chasse, qu’ils l’ignorent ou font semblant, fait partie : le nouveau monde ayant fait table rase du passé contre le vieux monde qui résiste ; des mondialistes sachants, confinés permanents des métropoles polluées contre des chasseurs ignorants, rendus arriérés par l’air pur des campagnes ; des citadins modernes contre des ruraux archaïques ; Jupitériens romains contre « Gaulois réfractaires ». N’en jetez plus, on a compris.

 

Alors que dans notre pays des gens meurent encore chaque jour du covid-19 et qu’un violent choc économique et social s’annonce, des parlementaires se demandent en France quelle sera la meilleure façon … d’attraper une brochette de grives et surtout d’emmerder quelques chasseurs !

 

122

 

Quelle serait donc la motivation profonde de ces élus de la République qui les pousserait, selon eux, à alerter la nation ? Être en phase, répondent-ils, avec « les enjeux actuels ». Vous avez bien lu ! Les bras nous en tombent. Nous, on croyait naïvement qu’avec une pandémie faisant en France 30 000 morts, un effondrement économique et social sans précédent désormais en marche, « les enjeux actuels » pour les élus de la nation étaient de mobiliser toute leur leur énergie pour éviter aux Français de trop souffrir trop longtemps et surtout pour que pareille catastrophe ne se reproduise pas à la prochaine épidémie. Eh bien non ! Pour ces distingués parlementaires, « les enjeux actuels » consistent à lancer un grand bla-bla national sur la question prodigieusement vitale pour les 67 millions de personnes vivant en France :

« Dans une centaine de communes, faut-il continuer ou non d’attraper quelques dizaines de grives par an avec de la glu ? » …  

La République française en marche vers le monde nouveau réinventé ? ! …

 

. Au niveau régional, selon nos informations, à l’exception notable de Madame Alice Thourot, Député (LREM) de la Drôme en recherche désespérée de voix écolo-bobos après son échec au premier tour des municipales à Montélimar, aucun Député, aucun Sénateur, ni de la Drôme, ni de l’Ardèche n’a voulu prendre le risque de se fourvoyer en s’engageant dans ce douteux combat d’écolos-bobos-parisiens et assimilés. 

C’est tout à l’honneur de nos élus.

 

 

Le jeu trouble de Madame Borne

LA MINISTRE DE L’ECOLOGIE N’EST-ELLE JAMAIS SORTIE DE SON BUREAU ?  

 

« Quand on dépasse les bornes, il n’y a plus de limites », disait le Président Pompidou.

 

123

 

Un ministre de la République ne devrait pas dire ça. 

 

A écouter le cri d’alarme et du cœur d’Elisabeth Borne, on s’interroge. Qui est donc ce pauvre M. Rigaux, témoin malheureux et direct d’une « démocratie » qui vacille ? S’agit-il d’un paisible promeneur pris en tenaille entre mortiers d’émeutiers manifestants et grenades de désencerclement de CRS un jour ordinaire de manif dans Paris ? Non. Peut-être alors cet habitant rentrant chez lui le soir, sidéré, choqué de se retrouver soudain au milieu de 200 furieux armés jusqu’aux dents, voiture folle en vol plané, parades de guerre entre Tchétchènes et Maghrébins, non pas au Liban ou en Syrie mais à Dijon, ville de province française ? Non plus ! Sans-doute alors et c’est bien le plus probable un proche de la famille de Willy Schraen depuis que le président national des chasseurs et sa famille sont placés « sous protection policière » pour avoir reçu « des centaines de menaces de mort » ? Dans ce cas, il est bien naturel, n’est-ce pas, que la ministre en charge de la chasse et des chasseurs témoigne aussitôt son soutien au président de la FNC, à ses proches et fasse part publiquement de son indignation face à « ces pratiques intolérables ». Eh bien, les amis, vous n’y êtes pas du tout.

M. Rigaux, militant antichasse notoire est l’auteur de « Pas de fusils dans la nature ! ». Or, c’est à lui et à lui seul que la ministre de la chasse Elisabeth Borne réserve sa compassion et lui dédie ses lamentations. Mais pas un mot jusque-là au président national des chasseurs pourtant menacé de mort !  Quand on est ministre et qu’on se montre d’ordinaire aussi avare de commentaires, aussi pudique en compassion, rompre avec son habitude pour en appeler publiquement – à ce moment précis – à « la démocratie », pour dénoncer sur les réseaux sociaux un « acte d’intimidation et de violence absolument inacceptable », pour s’appesantir sur « des pratiques intolérables » ne peut logiquement s’appuyer que sur la réalité d’un crime abominable, d’un évènement inouï dont l’infortuné M. Rigaux aurait été la malencontreuse victime collatérale.

Eh bien, vous n’y êtes toujours pas. Aux dernières nouvelles, M. Rigaux va bien et nous en sommes heureux pour lui. Alors ? Alors, ce monsieur aurait trouvé un renard mort sur sa voiture. Il dit lui-même ne pas savoir qui l’a mis mais suggère quand même que « les chasseurs » … Et ? … Et rien de plus.  Ah ! Ces histoires de renard, quelles proportions insoupçonnées peuvent-elles prendre parfois, vous n’avez pas idée. Bon ! Accordons à ce monsieur qu’il dit vrai et qu’il ait pu être logiquement contrarié par le procédé. Supposons-même, car rien ne le prouve et personne ne le dit, qu’un chasseur en soit à l’origine. A l’Inter Chasse Drôme-Ardèche, nous n’avons jamais eu recours, ni encouragé ce genre de pratiques contre nos adversaires même à une époque lointaine où certains d’entre-eux n’avaient pas les mêmes scrupules. Aux agissements de l’ombre, nous préférerons toujours face à nos
adversaires la confrontation des idées, arguments contre arguments exposés au grand jour.

Qu’un antichasse fasse monter la pression, surtout si on lui en fourni le prétexte, au moment précis où la chasse est à nouveau attaquée de toute part et devient la cible de 62 parlementaires, pas de quoi s’émouvoir, il est dans son rôle. En répondant aux 62 élus antichasse, nous sommes dans le nôtre. C’est une explication normale entre grandes personnes. Mais que la ministre de l’Ecologie saute grossièrement sur l’occasion pour en appeler aussi risiblement à « la démocratie » menacée, dénoncer aussi théâtralement un « acte d’intimidation et de violence absolument inacceptable », s’appesantir aussi grotesquement, la larme à l’œil, sur « des pratiques intolérables » rappelle caricaturalement à tous l’insincérité politique flagrante de cet ancien monde dont un jeune président de la République prétendait débarrasser les Français.

Il faut vraiment que Madame Borne n’ouvre jamais un journal, ne regarde jamais la TV, ne soit jamais sortie de son bureau, n’ait jamais quitté sa voiture de fonction avec chauffeur pour se promener dans la rue, sinon elle saurait comme tout le monde que des antispécistes et des animalistes, pas tous heureusement, pratiquent l’intimidation et l’action violente contre les chasseurs. La Fédération des chasseurs de l’Ardèche privée de siège social en sait quelque chose tout comme les jeunes veneurs envoyés à l’hôpital. Confinée permanente dans son bureau parisien, Madame Borne ne peut pas savoir que si « la démocratie » est aujourd’hui effectivement en grande souffrance, que si tous les jours et toutes les nuits, dans toutes les régions de France sans exception, des « actes d’intimidation et de violence absolument inacceptables » sont effectivement commis, les chasseurs n’y sont évidemment pour rien.

Laisser supposer si peu que ce soit le contraire en choisissant ces mots-là à ce moment-là, lorsqu’on est en charge de la chasse dans le gouvernement, en s’adressant ostensiblement au représentant des opposants à la chasse indisposé par un renard « et en même temps » en opposant un silence méprisant au représentant des chasseurs victime d’une campagne nationale d’intimidation a toutes les apparences d’un jeu trouble que nous condamnons.

 
Parce qu’un ministre de la République ne devrait pas dire ça.

Mais si Madame Borne a une autre version des choses, qu’elle nous l’envoie, nous la publierons.

Le Président de la FNC, Willy Schraen, lui, s’est dit « très choqué » et on le serait à moins, que, emboîtant le pas aux 62 parlementaires « modernistes », la ministre de l’Ecologie, Elisabeth Borne, en rajoute une couche, donnant la désagréable impression de vouloir « mettre de l’huile sur le feu » entre chasseurs et opposants à la chasse. Il vient vertement de rappeler à la dame Borne que si c’est son droit de « ne pas aimer la chasse et encore moins les chasseurs », en tant que membre du gouvernement c’est aussi son devoir de ne pas oublier qu’elle est le ministre de tutelle « de la chasse » :

« Votre mission n’est pas de mettre de l’huile sur le feu, en essayant de monter les gens les uns contre les autres, mais au contraire de trouver des solutions pour mettre un terme à la violence gratuite que subissent aujourd’hui les ruraux et leurs familles. Votre devoir est de veiller à ce que nous puissions tous vivre les uns à côté des autres avec nos différences et nos passions. Notre activité est légale, comme notre droit de pouvoir la pratiquer en toute liberté ».

 

. Aujourd’hui, nous souhaitons “bonne chance” à Barbara Pompili. Mais la nouvelle ministre de l’Ecologie ne devra faire avec les chasseurs ni les mêmes oublis, ni les mêmes erreurs que Mme Borne. EELV, LREM, la tutelle de Ségolène Royal “ministre de la grive communale”, c’était hier, passons. Aujourd’hui, Mme Pompili devient ministre à part entière. Qu’elle soit digne du titre et de la fonction ! La “ministre de la chasse” ne peut pas être ministre contre la chasse. S’il s’agit de sauver la planète, nous l’aiderons. S’il s’agit d’entraver la chasse qui est un droit, une liberté, un loisir, nous combattrons Mme Pompili avec les armes de la démocratie : bulletins, revues, pétitions, sites internet, réseaux sociaux, manifestations et … bulletins de vote.  

 

 

124

125

 

126

 

127

 

128

 

 

129

 

130 131

 

132

 

133

 

<Extraits>

 « (…) Outre la possibilité d’instituer l’obligation de remise des armes, le préfet pourrait interdire tout transport d’armes au regard des circonstances. « (…) Un plan de prévention des risques, par le biais d’une réquisition des armes est prévu dans la constitution. Cette démarche s’impose aujourd’hui.

« (…) Vu le caractère irascible et imprévisible du chasseur, son impunité outrancière, sa dangerosité (400 morts en 30 ans), son agressivité envers les promeneurs, les militants écologistes. Agressions physiques et verbales, intimidation par des tirs etc., vu le nombre d’animaux de compagnie, surtout les chats, considérés comme membre de la famille par beaucoup de personnes, victimes de tirs d’arbalète ou de fusil de chasse, voire des pièges à mâchoires
 
« (…) Attendez-vous que les gens se fassent justice eux-mêmes ? Qu’ils répondent aux armes par les armes ?
 
« (…) Refondons les armes »

Elle n’est pas chouette, cette fable de « fondus » servie au président de la République ? Les deux « kalachs » à la colombe qui illustrent le titre de la pétition ? Prenez-les toutes, Monsieur le Président, en plus on vous les donne ! Vous allez, c’est sûr, nous faire de la peine parce que nous, à la chasse, c’est tous les jours que nous nous servons de nos kalachnikovs pour tirer l’alouette.

 

134

 

« Interdisez », « réquisitionnez » et « fondez » aussi, si vous voulez, nos colts 45 pour la grive, nos P 38 pour la palombe, nos pistolets-mitrailleurs Scorpio pour le faisan, sans oublier bien sûr nos lance-roquettes antichar M 72 Law pour le chevreuil, soit autant de catégories d’armes de guerre, kalachnikovs comprises (et non d’armes de chasse, mesdames et messieurs les pétitionnaires distraits) que l’on trouve, hélas, réellement, de plus en plus souvent en France. Mais habituellement, pareil arsenal ne se cache (ou s’exhibe !) que dans les sous-sols des villes et banlieues, rarement dans les jardins de nos villages ; douaniers, policiers et gendarmes les trouvent plutôt dans les mains expertes en trafics, braquages et crimes en tous genres que dans les armoires fortes obligatoires du paisible chasseur français.

 

135

 

 

136 137

 

138

 

139 140

 

141

 

142

 

143

 

144

145

L’INTERDEPARTEMENTALE

 

PRINTANIERES 2020

TERRITOIRES :
« LE COMBAT DE VOTRE GENERATION »

 

1

 

2

 

 

3

 

4

 

5

 

COVID – 19
Lettre aux adhérents

 

6 7 8 9

 

 

10

 

39e assemblée générale annuelle réussie

POSITIONNEE SUR LA DEFENSE DES TERRITOIRES, L’INTER CHASSE DRÔME-ARDECHE ATTEND DU GOUVERNEMENT QU’IL INSCRIVE SUR LA LISTE DES ESPECES A GESTION ADAPTATIVE LE PIGEON RAMIER ET LA GRIVE. L’INTER COMPTE SUR LE  SOUTIEN DES FEDERATIONS

 

11

12

13

 

14

 

. Entouré des jeunes dirigeants de l’Inter Chasse 26-07 pour animer lui-même la table ronde sur les territoires chassables, le président Pialet avait demandé à deux d’entre-eux (le vice-président chargé des relations avec les fédérations et les ACCA et le secrétaire interdépartemental) de coprésider l’assemblée générale annuelle avec lui.

15


Sur 23 membres élus que compte le Conseil Interdépartemental Drôme-Ardèche, 8 sont des jeunes.

Les jeunes constituent presque la moitié du Bureau Interdépartemental (5 sur 11) :

. Le vice-président chargé des relations avec les ACCA, AICA, FDC, Sébastien Riou
. Le vice-président chargé du site internet, Anthony Cuoq
. Le vice-président chargé du mode de chasse grand gibier, Mickaël Félix
. Le vice-président chargé des relations avec les jeunes chasseurs, Clément Lamarie
. Le secrétaire interdépartemental, Alain Pialet

« Ma génération aura mené la bataille des dates. Pour le pigeon, la grive, le gibier d’eau, nous avons tenu 25 ans face à nos adversaires : 25 ans de gagnés pour des milliers de chasseurs qui ont pu continuer à pratiquer leur loisir, leur passion en préservant ce que j’appelle « la part du rêve ». La prochaine bataille sera la vôtre, celle de votre génération : la bataille des territoires. Elle vient de commencer. Ça va faire mal, très, très mal. Ce que vous les jeunes chasseurs ne ferez pas pour vous, personne ne le fera à votre place ».

Tout au long de son intervention, Christian Pialet s’adresse aux jeunes. Il s’appuie sur l’expérience « des quatre décennies de l’Interdépartementale » pour leur délivrer un double message : lucidité, espoir.

 


 Lucidité

 

« Vous devez être lucides sur ce qu’il vous attend. A la création de l’Inter, la France comptait 45 départements à ACCA, 29 aujourd’hui. En 2020, les deux tiers des 35 000 communes françaises n’ont pas ou plus d’ACCA. Que signifie « ACCA » ? Pour moi, cela veut dire : chasse populaire accessible à tous. Que veut dire « ACCA sans territoire » ? Rien ! L’an dernier, le chasseur d’ACCA a perdu la possibilité ancestrale de chasser sans surcoût sur les territoires des communes limitrophes à son département.

 

16

 

« Avant deux ans, le tiers du territoire national sera protégé », promet le président de la République. A Chamonix, Emmanuel Macron annonce que « 250 000 hectares de forêt supplémentaires vont s’ajouter aux zones boisées déjà protégées ». Son gouvernement prévoit de réformer l’Office National des Forêts « par ordonnances » (!) dans le but de privatiser la gestion des forêts publiques. Le démantèlement de l’ONF, déjà amorcé, va aboutir à l’explosion du prix des lots de chasse. ACCA mais aussi petites chasses privées vont être éliminées au profit exclusif des grands domaines qui ont déjà fait savoir à l’Etat qu’ils étaient prêts à sortir les millions  d’euros attendus par Bercy (NDLR – le ministère de l’Economie et des Finances). Privatisation « en marche » des territoires chassables d’un côté, terrains soustraits à la chasse par multiplication des « réserves de vie sauvage » de l’autre, voilà, jeunes gens, ce qu’il vous attend ! »

 

 Espoir

 

« A l’Inter, en 40 ans, nous en avons rencontré des difficultés, des déceptions, parfois des échecs mais moi je n’ai jamais perdu l’espoir. Là où il y a une volonté, croyez-moi, il y a toujours un chemin. Et nous avons souvent gagné quand tout le monde nous donnait perdants. Quelques exemples parmi d’autres illustrant ces 4 décennies que les plus jeunes n’ont pas connues :

. « Mon initiative la plus culottée »

« Quand ça bloque en bas, que faire ? … Passez par le haut ! 1981 : l’administration préfectorale fait interdire par notre ministre de tutelle la chasse à la hutte avec appelants sur la totalité des départements 26 – 07. Je cherche des soutiens de poids. Nous avons le choix : Giscard d’Estaing, Chirac ou Mitterrand. Lequel ? Je choisis les trois ! Personne n’y croit. J’y vais quand même. Je reviens avec … les trois soutiens. Et même trois plus un puisque le président Pouget débarque à Beauchastel. Le ministre annule les interdictions »  

. « Mon initiative la plus risquée »

« Comment mettre d’accord tout le monde quand vous avez dans la partie 110 structures différentes ? … Prenez le temps d’étudier le dossier, d’écouter les gens puis proposez des solutions simples, concrètes que l’on peut immédiatement appliquer ! 1985 : attaquée par les anti-chasse, la chasse au pigeon ramier de mars sur les cols ardéchois bat déjà de l’aile. Elle ne peut être sauvée que dans le cadre d’un consensus qu’il faut trouver. Avec la confiance du président FDC, je contacte les représentants de chaque structure concernée : 169 ACCA possédant une ligne de tir dont 103 présidents qui répondront à ma proposition mais aussi 3 chasses privées, l’ONCFS, la préfecture, l’Interdépartementale et bien-sûr la Fédération. Au total, 110 structures me donnent leur accord pour que nous recherchions ensemble des solutions. M’appuyant sur les résultats d’une enquête que j’ai lancée, les solutions que je préconise en clôture de cette vaste concertation sont acceptées par … les 110 structures. La chasse traditionnelle au pigeon ramier sur les cols ardéchois pourra continuer encore quelque temps – hélas trop bref – sur l’ensemble des cols ardéchois dans le cadre légal qui vient d’être redéfini et validé par le préfet »

. « Mon entretien le plus instructif avec un préfet »

Quand les réponses ne viennent pas, que faire ? … Allez les chercher ! 7 février 2014 : à la sortie d’un tête-à-tête mémorable de 75 minutes entièrement consacré au sanglier, comment interpréter la « crainte » ouvertement formulée devant moi par le représentant de l’Etat à propos de la maladie de l’œdème qui vient de contaminer mystérieusement la bête noire chez nous ? « Cette maladie nouvelle du sanglier, je crains, M. le Président, qu’elle s’installe durablement ». La crainte sera vérifiée.

. « Mon entretien le plus rapide avec un ministre »

17

 

. « Mon dossier le plus long »

« Quand ça bloque en bas, que faire ? … Le dossier fait 45 Km de long, soit la distance par le Rhône de La Roche de Glun à Baix. Un projet de création de réserve « nationale et même européenne » englobant les deux rives du fleuve signifie, s’il aboutit, la fin programmée de la chasse sur le Rhône en Drôme-Ardèche et de part et d’autre du lit du fleuve jusqu’à 30 m des bords. Clairement, l’interdiction de chasser concernera non seulement le tir du canard sur la nappe d’eau mais aussi sur terre et en l’air, donc tous les modes de chasse pratiqués en plaine : faisan, perdrix, caille, lièvre, lapin, grive, pigeon, etc. Je sais que la mobilisation locale ne suffira pas. Je monte à Paris défendre le dossier … Retrait du projet. Quand ça bloque en bas … »

18

 

19

 

 DPF : ACCA prioritaires. L’arrêté du ministre de l’Ecologie satisfait tous les chasseurs

 

20

 

« Sans adjudication préalable aux ACCA » (Article 14 – Arrêté ministériel du 13 mars 2019)  

Le renouvellement des baux du DPF (Domaine Public Fluvial) donne satisfaction aux chasseurs d’ACCA. Portée par l’ANCGE avec le soutien de la FNC, acceptée par la ministre de l’Ecologie, la mesure entrée en vigueur le 1er juillet 2019 s’appliquera dans nos départements et ailleurs jusqu’au 30 juin 2028.

Une fois encore (la dernière ?), l’Etat n’aura pas cédé à certaines demandes pressantes d’envoyer les ACCA à l’abattoir, c’est-à-dire à la confrontation financière avec des associations anti-chasse subventionnées, bien que le Cahier des charges du DPF offre cette possibilité de faire passer tout le monde par la case « adjudications publiques » dans le cadre d’« enchères verbales » ou de « soumissions cachetées ».

 

21

Le jour où les adjudications publiques se feront au mieux-offrant sans clause d’attribution prioritaire aux ACCA, c’en sera finit de la chasse sur les bords du Rhône et affluents :  

Finie la chasse au gibier d’eau pour les derniers pratiquants mais surtout finie pour tous les autres la chasse au petit gibier de plaine, sédentaire ou migrateur, sans parler de la régulation du renard, du chevreuil et … du sanglier !

 

22

 

23

 

 

. Ces défenseurs de la chasse dont nous venons d’apprendre la disparition

 

 

 

24

. Giovanni Bana  

Décédé à Milan d’une pneumonie, le président des chasses traditionnelles européennes avait dirigé la FACE et la Fédération nationale des chasseurs italiens. Avocat mondialement connu, il a donné beaucoup de son temps pour la défense bénévole de la chasse.

. Raymond Marie

 

25

 

L’ANCGE en deuil, Raymond Marie nous a quittés.

Secrétaire Général de 2008 à 2010, puis Administrateur Général de l’ANCGE depuis 2010, Raymond Marie était en fonction jusqu’à ces derniers jours. Il était l’un des rares de l’équipe dirigeante à avoir travaillé avec quatre présidents : Raymond Pouget, Philippe Bettig, Bernard Buisine et l’actuel président, Didier Vergy. Toujours impeccablement mis, son sourire était accompagné avec élégance de son éternel nœud papillon. L’équipe dirigeante de l’ANCGE a rendu hommage à son Administrateur Général et bien plus encore à l’ami Raymond : « Homme libre, toujours tu chériras la mer. Que l’amitié nous réunisse bien au-delà des flots, dans le souvenir reconnaissant de notre association qui te doit tant »

. Henri Rouveyrol

Il a été le président de la fédération départementale des chasseurs de l’Ardèche de 1995 à 1997

. Gilbert Arsac

Le président de l’ACCA de Saint-Germain fut l’un des fondateurs de l’ACSA (Association des Chasseurs de Sangliers de l’Ardèche

 

26

 

 

27

 

 

28

 

29

 

30

 

 

 

31

 

 

32

 

33

 

 

34
Photomontage Inter/CP/CC BY-SC-ND

L’INTERDEPARTEMENTALE

HIVERNALES 2020 (2)

QUEL AVENIR POUR LES TERRITOIRES CHASSABLES DE NOS ACCA DE PLUS EN PLUS MENACES ? LES CHASSEURS DOIVENT-ILS CONTINUER A PAYER SEULS LES DEGÂTS LA OU ILS NE CHASSENT PAS ? ON EN PARLE ENSEMBLE LE 28 FEVRIER A BEAUCHASTEL

 

500

 

501

 

Drômardèche, Aspas : le préfet sans filtre 

 
Hugues Moutouh, préfet de la Drôme, dit ce qu’il pense, au risque de cliver, comme lorsqu’il défend l’idée que la Drôme et l’Ardèche « gagneraient à se rapprocher » et « dans dix ou vingt ans », pourquoi pas, fusionner. Les réactions, plutôt vives surtout côté Ardèche voient dans l’idée une utopie. Pourtant, les chasseurs ne contrediront pas le représentant de l’Etat lorsqu’il rappelle que « depuis longtemps déjà, des associations sont drômardéchoises ». C’est en effet l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche qui a ouvert la voie à l’interdépartementalité « drômardéchoise » sans jamais nier, ni renier bien au contraire les spécificités propres à chacun des deux départements et à leurs habitants.

Selon nos informations que le Dauphiné-Libéré n’a pas semblé avoir, l’Inter Chasse 26-07 fut la toute première entité « drômardèche » a obtenir une existence légale et juridique que son président-fondateur, Christian Pialet, Ardéchois pourtant lui-même profondément attaché à l’identité de son territoire natal, osa imaginer et concrétiser le premier, dès 1981, puis réussir à inscrire dans la longue durée, l’association et son président-fondateur étant toujours là en 2020.

Autre exemple de franc-parler du préfet sans filtre, l’acquisition par l’Aspas de 500 hectares de terrain dans le Vercors pour y créer une « réserve de vie sauvage » à interdictions multiples, notamment celle d’y chasser. Selon le préfet, si l’on avait vraiment voulu faire œuvre utile pour préserver la biodiversité, il y aurait eu mieux à faire et ailleurs que provoquer inutilement les chasseurs, eux-mêmes acteurs reconnus de la biodiversité :

« A l’Aspas, dit le préfet, ces gens-là sont dans une logique d’affrontement pur et simple. Ils sont dans l’écologie en tant qu’idéologie. Pour eux, la main de l’homme est forcément malveillante. Ils se trompent de cible ».  
 
C’est dit.

 

502

 

 

 

503

 

28 FEVRIER 2020, A BEAUCHASTEL, L’INTER CHASSE DRÔME-ARDECHE INVITE LES CHASSEURS A SE SAISIR DE LA QUESTION DES TERRITOIRES : « AVANT QU’IL NE SOIT TROP TARD »

 

. Les opposants à la chasse seraient-ils déjà en train de gagner la bataille des territoires ? …

 

504

 

. Les ACCA et les fédérations de chasse doivent-elles continuer à payer seules les dégâts de sangliers sur les territoires où la chasse est interdite ? …

 

505

 

 

506

 

. L’OFB, QU’EST-CE QUE C’EST ?

 

507

 

L’Office français de la biodiversité (OFB) est né le 1er janvier 2020 de la fusion de l’Agence française pour la biodiversité (AFB) et de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Pierre Dubreuil en est le Directeur général. Ce nouvel établissement public dispose de 2 800 agents (dont entre 15 et 25 « Inspecteurs de l’environnement » par département).

L’OFB est doté d’un budget annuel de 433 millions d’euros. Réforme de la chasse, agences de l’eau, parcs nationaux, nouvelle gestion des personnels administratifs et techniques sont au cœur de cette réorganisation voulue par le gouvernement.

Sous influence militante, l’OFB ne risque-t-il pas de devenir le bras armé d’une écologie punitive volontiers anti chasse ? Certains le craignent. Pierre Dubreuil s’en défend :

 

508

 

« Les chasseurs sont des acteurs à part entière de la biodiversité, souvent les meilleurs connaisseurs de la nature dans bien des endroits ». 

 

On s’en souviendra …

 

. Espèce en voie de disparition : IL FAUT SAUVER LE CHASSEUR D’ACCA ! 

Plus que 34 chasseurs par ACCA ! C’est la moyenne nationale actuelle. Plus que 29 départements – dont l’Ardèche et la Drôme – qui sont encore à ACCA obligatoires pour la totalité de leurs communes ! Dans 41 autres départements, les ACCA peuvent toujours exister dans certaines communes mais plus dans d’autres. Moins d’un chasseur français sur quatre est aujourd’hui encore adhérent d’une ACCA ! Dans les deux tiers des 35 000 communes de France, il n’y a pas (ou plus) une seule ACCA ! Eparpillés à travers 70 départements, ce ne sont plus que 350 000 chasseurs (sur un million) qui sont répartis dans les 10 000 ACCA qui nous restent (10 100 pour être précis).  

. La loi N°64-696 du 10 juillet 1964 (loi Verdeille) a créé les ACCA (Associations Communales de Chasse Agréées) et les AICA (Associations Intercommunales de Chasse Agréées) pour que l’argent-roi ne soit pas l’infranchissable barrière interdisant au plus grand nombre le plaisir de chasser. Allons-nous laisser disparaître nos territoires d’ACCA ? …

 

509

 

Et que restera-t-il demain aux chasseurs lorsque nos territoires d’ACCA auront disparu ? La réponse est une évidence : il restera les chasses privées pour ceux qui en auront les moyens. Et la chasse populaire n’existera plus. Ne pas s’impliquer aujourd’hui dans la défense de la chasse populaire menacée interdira de se lamenter demain. Après la bataille des dates finalement perdue par les chasseurs, nos adversaires veulent notre prochaine défaite … et la préparent. Celle-là pourrait bien nous être fatale : la perte de nos territoires chassables. Défaite que l’on peut encore éviter … A condition de le vouloir … Vraiment ! Et de montrer que nous le voulons.

 

510

 

511

 

« Prennent acte que le changement de présidence et de méthode intervenu à la tête de la fédération ardéchoise de l’assureur a pour conséquence de rompre le lien avec les ACCA qui adhérent à l’Interdépartementale car si elles sont chez nous, c’est d’abord pour que soit défendue et soutenue la petite chasse populaire et par-delà l’ensemble des acteurs associatifs bénévoles du monde rural dont nous faisons partie en Drôme-Ardèche depuis bientôt 40 ans.

« Au nom des valeurs qui ont toujours été les nôtres :  

« Nous regrettons que 12 ans de partenariat gagnant-gagnant entre l’Inter Chasse 2607 et Groupama, 12 ans de relations confiantes, respectueuses et bienveillantes à l’égard de nos adhérents, 12 ans de choix effectués jusque-là par Groupama dans la clarté et la transparence, 12 ans d’un témoignage constant de valeurs partagées sous les présidences précédentes de la fédération ardéchoise de Groupama aient été balayés en une posture rigide étonnante jugée méprisante par nos chasseurs : refus incompréhensible d’un dialogue véritable, d’un minimum de concertation avant décision, d’une explication loyale des choix, de clarté dans les arbitrages effectués ; dédain ressenti par les chasseurs qui nous font confiance et que nous représentons.  

« Vis-à-vis de « Groupama, plus là pour moi ! » :

 « Les présidents, les administrateurs bénévoles, les sociétaires membres de nos ACCA adhérentes, sauront en tirer les conséquences à titre associatif, individuel et familial : comme nous le faisons nous-mêmes aujourd’hui »  

 

. Les participants à l’assemblée générale auront à valider le choix de résilier l’assurance Groupama de l’Inter

 

512

 

La lettre recommandée avec accusé de réception est prête, signée par la trésorière au nom du conseil interdépartemental ayant voté unanimement en ce sens le 31 janvier 2020. Il ne manque plus que la date qui sera vraissemblablement celle du 28 février, l’assemblée générale devant valider, sauf surprise, le choix unanime du conseil de résilier à échéance l’assurance de l’Inter jusque-là toujours prise chez Groupama.

 . « Nous quittons aujourd’hui Groupama à qui nos familles ont fait confiance pendant 57 ans ». Le témoignage choc de plusieurs dirigeants …

 

La réponse négative de l’Interdépartementale à l’offre de partenariat formulée le 25 octobre 2019 par la fédération ardéchoise de Groupama, « nous l’assumons au nom des valeurs que nous portons et des adhérents de nos ACCA que nous représentons », indique le conseil interdépartemental.  

Ni les demandes d’explication de l’Interdépartementale jugées légitimes mais restées sans réponse, ni les remous internes provoqués, semble-t-il, dans plusieurs agences, ni même les remontées du dossier jusqu’au président régional, au directeur général, au président national du groupe n’ont eu raison d’une « volonté manifeste de snober la chasse populaire des ACCA et leur composante, le bénévolat associatif rural ».

A l’évidence, certaines « dames cerises » n’ont pas une sympathie débordante pour les 12 partenariats annuels signés avec l’Inter Chasse Drôme-Ardèche par les différents présidents des fédérations départementales de Groupama, partenariats exemplaires, gagnant-gagnant mais qui auront pris fin, d’abord en Drôme puis en Ardèche sous … les deux présidences féminines qu’ont connu ces fédérations.

 

513

 

Tirant logiquement les conséquences de la situation en les transposant au plan personnel et familial et pour l’un d’entre eux au niveau de son ACCA, plusieurs responsables de l’Inter et pas des moindres, clients de longue date chez Groupama, ont annoncé leur départ : le premier à lancer l’idée d’un départ groupé qui serait porté dans le détail à la connaissance des ACCA adhérentes aura été le vice-président en charge du grand gibier, Mickaël Félix, de St Julien le Roux. Egalement président de l’ACCA de Vernoux, il ne cache pas son amertume. M. Félix souligne que sa famille était depuis toujours à Groupama. Il change aujourd’hui d’assureur. Il va écrire à Montpellier (Siège social de Groupama Méditerranée – NDLR) pour « leur dire comment les choses se sont passées » et ce qu’il en pense.  

Le secrétaire interdépartemental Alain Pialet, habitant Loriol, lui emboîte le pas. Ses grands-parents, ses parents, lui-même ont toujours été clients fidèles de Groupama depuis les origines (Assurances Mutuelles Agricoles en 1963 qui deviennent Groupama et sa filiale Samda en 1986 – NDLR). Groupama, fini : plus là pour lui.  

Même positionnement annoncé par le président de l’ACCA de Boffres, Sébastien Riou. Le vice-président chargé des relations avec les fédérations, les AICA, les ACCA se sépare de Groupama. Sa famille était chez l’assureur depuis le début, il y a … 57 ans !

Président de l’ACCA de Monestier, membre du conseil interdépartemental de la Chasse Drôme-Ardèche, Jean Fanget, d’Annonay, explique que dans son ACCA, ses amis et lui envisageaient de « changer d’assureur pour … rejoindre Groupama ». Après les informations qu’il a transmises à ses collègues chasseurs, il n’en est « évidemment plus question ». Dans d’autres ACCA, on commence à en parler aussi.

 

514

 

La position du président de l’Inter Chasse Drôme-Ardèche était attendue. Avec son épouse Marie-Agnès, Christian Pialet a toujours été assuré chez Groupama. Signataire de tous les partenariats de l’Inter avec Groupama, il s’en va à son tour, non sans rendre un hommage appuyé à plusieurs représentants des fédérations Groupama Drôme et Ardèche : « Ceux, dit-il, qui ont longtemps partagé nos valeurs de solidarité rurale entre chasseurs et agriculteurs, de loyauté et d’estime réciproque entre partenaires de longue date, de convivialité dans le bénévolat associatif et qui, pour ces raisons, méritaient notre confiance ».  

Ces personnalités diverses issues du monde agricole et viticole, Christian Pialet dit les avoir côtoyées « avec grand plaisir » durant 12 années. Il cite volontiers « le président drômois Marc Loriol ou les présidents ardéchois Amaury Cornut-Chauvinc, Jean-Pierre Constant ». Il en conclue : « Pendant longtemps, Groupama pouvait s’appuyer dans les campagnes sur des responsables élus de qualité, compétents, à l’écoute, de bonne foi, préférant la franchise du dialogue direct aux décisions arbitraires prises pour plaire aux uns et non assumées devant les autres. Ces représentants de Groupama se sont toujours montrés très respectueux de nos adhérents les présidents d’ACCA membres associés de l’Inter et de leurs sociétaires, bienveillants à l’égard de la petite chasse populaire de nos villages comme de ceux qui la défendent avec constance et dévouement depuis bientôt 40 ans, créant ainsi du lien social en milieu rural en siégeant bénévolement au sein du conseil interdépartemental de la Chasse DrômeArdèche ».  

Destinataires en copie du courrier que la présidente de Groupama fédération Ardèche a reçu et auquel elle n’a jamais répondu, des présidents d’ACCA adhérentes de l’Inter dans les deux départements, des membres de leur conseil d’administration, des sociétaires de ces ACCA appellent l’Inter pour dire qu’ils sont « déçus », « en colère », « écœurés » par le « parti pris » dont ils se sentent l’objet et qu’ils ne comprennent « absolument pas ». A échéance, ils ne renouvelleront pas chez Groupama leurs contrats d’assurances habitation, chasse, etc. D’autres nous disent que, sans attendre, ils vont demander en agence pour leur assurance voitures (ou l’ont déjà fait) le relevé d’information auquel ils ont droit légalement, faisant ainsi jouer la concurrence.

 

 . La commune de Beauchastel a renouvelé son partenariat avec l’Inter en 2019

515

 

Voilà 39 ans que l’Inter Chasse Drôme-Ardèche a choisi la mairie de Beauchastel comme siège social, la commune ardéchoise étant idéalement située d’un point de vue géographique par sa position centrale quasi parfaite reliant Nord et Sud, Est et Ouest des deux départements. Le rayonnement de l’association à travers des manifestations médiatisées telles que les Printemps du Rhône, le Rhodanien, les assemblées générales, son site internet s’approchant des 1 500 000 visiteurs ont contribué à faire connaitre ce « village de caractère » bien au-delà de la famille DrômeArdèche des chasseurs déjà forte par elle-même de quelques 27 000 membres.

Aussi, c’est tout naturellement que le maire Alain Valla et ses équipes municipales successives ont souhaité apporter leur concours à l’Inter Chasse 26-07, d’autant plus que son président-fondateur est un enfant du village. Alors que ce partenariat a été reconduit une nouvelle fois en 2019 et au moment même où les élus en place s’apprêtent à céder la place en mars prochain à une nouvelle équipe municipale, l’Interdépartementale tient à remercier la commune de Beauchastel et sa municipalité pour les relations de confiance et d’estime réciproques qui ont pu être tissées au fil du temps. 

 

 . Le cri d’alarme du conseil inter de la Chasse Drôme-Ardèche : 

 
« Que restera-t-il demain aux chasseurs lorsque nos territoires d’ACCA auront disparu ? Il restera les chasses privées pour ceux qui en auront les moyens !

« Après la bataille perdue des dates, nos adversaires veulent notre prochaine défaite. Celle-là pourrait nous être fatale : la perte de nos territoires chassables …

 

516

 

… « Défaite que l’on pourrait encore éviter si
« … Si toi, l’Ami Chasseur, tu le veux … Vraiment ! Alors ? … »

 

517

 

. « Ils » agissent. « Ils » mobilisent. Et surtout, « Ils » mentent. Un seul but : faire interdire la chasse !

 

518

 

519

 

520

 

521

 

Affiche AG 2020 Le lien

 

522

L’INTERDEPARTEMENTALE

HIVERNALES 2020

L’EXTREME MOTIVATION D’UNE MINORITE QUI NE VEUT PLUS ENTENDRE PARLER DE CHASSE CONTRASTE AVEC UNE FORME D’APATHIE GENERALE DE LA GRANDE MASSE DES CHASSEURS. INQUIETANT.

 

400

 

 

401

 

Chasseurs, vos territoires vous filent sous le nez et vous les regardez partir en restant les bras croisés !

 

402

 

.   Et si finalement « ils » gagnaient la partie contre la chasse sans que les chasseurs n’aient joué le match ? KO par simple forfait. Victoire sur tapis vert … L’apathie de la masse des chasseurs qui, en grande majorité, ne font plus grandchose ou ne font rien pour défendre la chasse contre l’extrême détermination d’une petite minorité qui ne veut plus entendre parler de chasse … Ce n’est pas complétement farfelu d’imaginer qu’au bout d’une génération ou deux – peut-être avant – ce soit à la fin la petite minorité très motivée qui gagne.  

 La bataille des territoires va être décisive. Les opposants à la chasse l’ont bien compris mais pas (tous) les chasseurs

 

403

 

En quatre décennies, l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche aura mené – avec d’autres – la grande bataille des dates. La chasse aux oiseaux migrateurs ayant pour caractéristique de pouvoir chasser le gibier quand il passe, les opposants comme M. Bougrain-Dubourg ou Mme Voynet en ont fait le combat prioritaire de leur génération. En 35 ans, « ils » sont arrivés à leur fin. En une génération, le chasseur français a vu la chasse au canard, à la grive, au pigeon se réduire considérablement en passant du 14 juillet – 31 mars au 21 août – 31 janvier. Plus que des jours, des semaines, des mois de chasse en moins, ce que les chasseurs ont d’abord perdu, c’est ce qui faisait le meilleur moment de leur chasse (« la part du rêve ») puisque, selon l’interprétation très restrictive par les tribunaux des termes de la loi française et européenne, la chasse s’arrête quand la migration commence. Autrement dit, le chasseur de migrateur a le droit de chasser à condition que le gibier migrateur ne soit plus là ou pas encore là. Dans la pratique, les prélèvements autorisés sur les anatidés, turdidés, colombidés – quand la chasse n’est pas fermée, quand il ne gèle pas trop fort ni trop longtemps, quand l’espèce n’est pas soumise à quota ou moratoire – se font à la marge, de façon occasionnelle et toujours à minima. En 35 ans, « ils » y sont donc arrivés. 35 ans, à l’échelle de l’espèce humaine, c’est court, très court. Et s’il n’y avait pas eu ici et là une résistance organisée par des associations de terrain rassemblant les chasseurs les plus motivés pour défendre la chasse (ANCGE au niveau national, CDCAR et Inter Chasse Drôme-Ardèche au niveau régional, fédérations de chasseurs au niveau départemental jusqu’à ce que cela leur soit interdit par Dominique Voynet), en 10 ans c’était plié.

 

404

 

« Les chasseurs sont devenus spectateurs. Nos détracteurs peuvent se réjouir »

Aujourd’hui, le contexte a complètement changé. Parce que les opposants à la chasse ont gagné la bataille des dates, ils se jettent avec gourmandise dans la bataille des territoires. Celle-là sera décisive, les opposants à la chasse l’ont bien compris. Mais pas tous les chasseurs, loin s’en faut ! Partout le constat est le même : c’est l’apathie générale, l’endormissement collectif. Chacun râle dans son coin mais ça s’arrête là.  Willy Schraen, le président national des fédérations, pourtant très combatif, constate l’assoupissement du monde de la chasse et le déplore. Des quatre coins de France, nous parviennent les mêmes échos plutôt désabusés de responsables peu, mal ou pas soutenus, à peine encouragés, souvent critiqués. « Les chasseurs sont devenus spectateurs, nos détracteurs peuvent se réjouir de la situation ! » nous écrit Gilles Péré de Saintes (Charente-Maritime), homme de terrain s’il en est, un passionné de l’ANCGE, responsable des observations mensuelles de la migration pour la revue nationale des chasseurs de gibier d’eau La Sauvagine. Ce manque d’implication partout constaté de la masse des chasseurs qui ne défendent plus, autrement qu’en discussions souvent stériles, leur loisir préféré pourrait bien jouer à tous un très vilain tour … Et peut être plus vite qu’on ne le pense. « Spectateurs » … d’un naufrage collectif annoncé ?
Car, à la différence des dates qui n’ont jamais concerné avec le gibier migrateur qu’une minorité de chasseurs certes passionnés mais aujourd’hui bien peu nombreux et vieillissants, la bataille des territoires va progressivement impacter tous les chasseurs – absolument tous ! -, dans toutes les régions, tous les départements, toutes les communes à commencer par les chasseurs de grand gibier, sanglier en tête.  

Et ça va faire mal. Très, très mal.

 

405

 

Chasse et Territoires

Un groupe Chasse et Territoires existe à l’Assemblée Nationale. Qui le sait ? Particulièrement discret sinon muet sur ces questions, il regroupe pourtant 118 députés de sensibilités politiques différentes. Problème : les députés LREM y sont nombreux et pas forcément bienveillants à l’égard des chasseurs. Comme, par exemple, Mme Barbara Pompili, transfuge des Verts. C’est elle qui a fait repousser par ses collègues députés de La République en Marche une proposition de loi sénatoriale créant un délit d’entrave à la chasse sanctionnable par de lourdes amendes et éventuellement de la prison. Que penser également de la présence dans ce groupe Chasse et Territoires de l’Assemblée Nationale de Mme Laurence Vanceunebrock-Mialon ? Le député LREM se sert d’un accident de chasse mortel, toujours consternant, comme prétexte à dénigrer une activité de loisir rigoureusement encadrée par la loi, choisie en France par près d’un million de personnes mais qui ne lui plait pas. En tant qu’élue de la nation, ne devraitelle pas mettre au moins la même ardeur à plaider la cause d’autres victimes qui n’ont rien à voir avec la chasse mais qui, celles-là, se comptent au total par milliers : les victimes du terrorisme islamiste, d’homicides volontaires, d’accidents de la route, du manque dramatique de moyens dans les hôpitaux publics et les EHPAD, d’accidents de loisirs en montagne et en mer, etc. ?  

Face au manque de combativité des chasseurs qui encourage en fait le silence calculé des députés de la majorité, les opposants à la chasse se sentent pousser des ailes parce que complètement requinqués qu’ils sont par l’amollissement de leurs adversaires. Pendant que des ACCA économisent glorieusement les 35 ou 40 € de cotisation annuelle que leur Bureau ne votera pas pour défendre la chasse, « Ils » sont désormais capables de réunir en une année à peine plusieurs millions d’euros (cotisations, financement participatif, dons de fondations, subventions, etc.), leur permettant d’acheter des forêts entières, des massifs montagneux dans leur totalité : déjà 100 hectares par-ci, 500 hectares par-là, 1000 ou 2000 bientôt. Les acheter pour les soustraire à la chasse ! En quelques années, « Ils » ont déjà réussi à transformer des terrains de chasse en réserves contre la chasse, à l’instar des « réserves de vie sauvage » que des associations comme l’ASPAS (qui a pratiquement le même âge que l’Inter Chasse Drôme-Ardèche), Forêt vivante ou d’autres encore sont en train d’implanter dans la Drôme, en Haute-Savoie et ailleurs.

En lançant la bataille des territoires, les écologistes anti-chasse voient grand et loin. A chaque nouvelle prise, leur jubilation est partout la même :  

« C’est toujours ça que les chasseurs n’auront pas ou … n’auront plus ! ».

 

 

Avant 2 ans, le tiers du territoire national sera « protégé », promet M. Macron

 

406

 

La société change. « Ils » ont le vent porteur. Si les chasseurs ont été les premiers à créer des réserves de faune sauvage, la multiplication actuelle des retraits de terrain est d’une tout autre nature lorsque des néo-ruraux utilisent à fond la règlementation des 150 m (ils commencent d’ailleurs à revendiquer … 200 m), le droit d’opposition territoriale, le droit d’opposition de conscience, l’arrêt du conseil d’Etat permettant le regroupement de plusieurs petits propriétaires pour atteindre la superficie minimale donnant droit de retrait, etc. « Ils » ont même pu prendre pour encouragement fort le récent objectif annoncé par le président de la République, Emmanuel Macron :

 

407
« Avant 2022 », objectif du Président de la République
Inter/Capture/Site FNC/Image d’archives 2017

« Avant 2022, nous devons porter de 20 à 30 % du territoire national les espaces protégés ».  

 Le tacle qui fait mal

2022, ce n’est pas dans 35 ans mais dans 2. On ne saurait reprocher aux néo-rurauxécolos, aux puristes de la biodiversité, ni d’avoir flairé le bon coup à jouer contre la chasse, ni la motivation profonde qui les anime à défendre une cause à laquelle ils croient. Que les chasseurs mille fois plus nombreux qu’eux voient des territoires entiers de chasse leur filer sous le nez tandis qu’ils les regardent partir en restant les bras croisés est une autre histoire. C’est notre histoire, à nous chasseurs ! Se faire tacler par l’adversaire qui marque des buts, gagne des matchs et progresse au classement n’est jamais agréable. Alors ! Arrêtons les lamentations, agissons.  

 Qui veut encore défendre les ACCA ?  

La loi N°64-696 du 10 juillet 1964 a créé les AICA (Associations Intercommunales de Chasse Agréées) et les ACCA (Associations Communales de Chasse Agréées). Depuis et pendant longtemps, les ACCA étaient la garantie législative absolue que le petit chasseur à faible pouvoir d’achat trouverait toujours près de chez lui un territoire de chasse accueillant et en superficie suffisante. Ce n’est plus tout à fait le cas. Si en droit c’est toujours la règle, dans la réalité les territoires d’ACCA diminuent d’année en année, en nombre et en espaces chassables. Sans parler des déboisements gloutons ! Aux retraits de terrains pour cause lucrative (le sanglier qui fait grimper les prix de la broussaille) ou idéologique (la mode qui est aux droits de l’animal), s’ajoutent les orientations voulues par un pouvoir politique sous haute influence financière qui n’a pas de ce fait une sympathie immense pour les adeptes de la petite chasse populaire. Dernier exemple en date : pour obliger les chasseurs de condition modeste à payer plus cher leur permis (la fameuse validation nationale à 200 €), le gouvernement et sa majorité ont supprimé le droit de chasser dans les communes limitrophes des départements voisins que permettait jusque-là une simple validation départementale moins coûteuse.

 

408

 

. Dans nos ACCA, une question se pose donc : que restera-t-il aux chasseurs dans quelques années lorsque nos territoires d’ACCA auront disparu sous la pression conjuguée de l’argent-roi et des anti-chasse ? La réponse est simple : il restera les chasses privées. Ce qui veut dire, que la chasse populaire aura disparu. Ne pas vouloir se donner aujourd’hui les moyens d’organiser notre défense – au minimum en soutenant les quelques-uns qui se battent encore – interdira de se lamenter les lendemains de défaites cuisantes. Défaites que nos adversaires nous préparent et nous annoncent mais défaites que l’on peut encore éviter …  

… Si on le veut vraiment. Mais le veut-on encore ?! …

 

 

409

 

 

 

410

411

 

 

 

412

413

 

 

 

414

 

 

415

 

 

.   Conseil Inter du 29 novembre : le choix du renouvellement des sponsors

 

416

417 418 419

 

 

. Le Conseil Interdépartemental du 29 novembre a fait une large place aux choix du renouvellement des partenariats en cours. Cette question avait déjà fait l’objet d’une première approche le 25 octobre.

 

420

 

Les relations durables et très positives avec Compagnie Nationale du Rhône, Direction Territoriale Rhône-Isère se déroulent dans un climat de confiance, d’écoute et de respect mutuel. La sécurité hydraulique des usagers des bords du Rhône et de l’Isère, les priorités environnementales en lien avec le patrimoine faunistique et floristique rhodanien sont les deux axes majeurs de l’action d’Interdépartementale Chasse DrômeArdèche dans son partenariat avec CNR.

Un partenariat en tout point satisfaisant reconduit en 2019.

 

 

 

421

Douze ans de partenariat gagnant-gagnant …

… entre l’Inter Chasse Drôme-Ardèche, Groupama fédération Drôme (sous la présidence de M. Marc Loriol) et Groupama fédération Ardèche (sous la présidence de MM. Amaury Cornut-Chauvinc, puis Jean-Pierre Constant) ont été rendus possibles par des relations respectueuses et bienveillantes à l’égard de nos adhérents, par l’affirmation constante de valeurs partagées. Le changement de présidence et de méthode intervenus depuis deux ans à la tête de la fédération ardéchoise de l’assureur nécessite, selon l’avis exprimé par l’ensemble des membres du Conseil Interdépartemental, « des éclaircissements à l’attention des chasseurs de nos ACCA adhérentes quant aux valeurs aujourd’hui portées par Groupama en direction de la chasse populaire et plus largement des acteurs associatifs bénévoles du monde rural ».

C’est la raison pour laquelle le Conseil Interdépartemental après discussions, tour de table et vote à l’unanimité a décidé de demander des « explications précises » et des « gestes concrets » à la présidente de la fédération départementale des Caisses locales de l’Ardèche de Groupama avant que l’Inter Chasse Drôme-Ardèche ne se prononce définitivement sur un éventuel dépôt de dossier de renouvellement de partenariat pour 2020, demande qui lui a été faite le 25 octobre dernier par la fédération ardéchoise de Groupama.

 

422

 

 

423

 

 

. « Ils » agissent. « Ils » mobilisent. Et surtout, « Ils » mentent. Un seul but : faire interdire la chasse !

 

424

 

 

425

 

426

 

427

 

428

 

429

 

430

Photomontage Inter/Bing/Pixbay/Azazelok/CC BY-SA-NC

 

L’INTERDEPARTEMENTALE