BRÊVES ESTIVALES 2015 (2)

MINISTERE DE L’ECOLOGIE, MINISTERE DE LA « BRAVITUDE » OU MINISTERE  DE LA DESINVOLTURE ?

Nouvelles ACCA. D’après le dernier point de situation effectué par l’Interdépartementale, les renouvellements d’adhésions ACCA continuent depuis le 30 juin mais à cadence très ralentie, ce qui est normal, seuls les retardataires se manifestant encore. La surprise est venue des nouvelles ACCA : sur 10 adhésions enregistrées dans la deuxième quinzaine de juillet, 6 étaient des ACCA qui adhéraient pour la première fois à l’association de défense de la chasse.

Des réunions d’ACCA devant encore se tenir, le conseil d’administration de l’Interdépartementale pense que le double objectif de l’assemblée générale sera dépassé avant la fin de l’année : « 40 nouvelles ACCA en 2015 pour un total, au minimum, de 200 ACCA adhérentes ». Et surtout, soulignent les responsables :

« Seulement 18 procès-verbaux d’assemblées générales notifiant un vote majoritaire de refus d’adhésion à l’Interdépartementale (10 pour l’Ardèche, 8 pour la Drôme) nous sont parvenus au 1er août  … Sur un total de 708 ACCA ».

Beau motif de satisfaction, en effet.

395

Le petit observateur drômardéchois

 

393

MAIS QU’ONT-ILS A LA PLACE DU CŒUR ? …

 394

Cruauté. Juillet-août, sale temps pour les chiens et les chats. Chaque année à cette époque, la SPA en ramasse à la pelle : la petite boule de poils offerte à Noël au chérubin de la famille qui n’a déjà plus envie de son poisson rouge complique le départ en vacances des parents. Alors, c’est le lâche abandon. Il y a parfois pire. A Portes-lès-Valence, il y avait eu ces pauvres chiots enfournés dans un sac poubelle puis jetés vivants dans un conteneur (enquête pour le moment sans résultat à notre connaissance). A Marseille, sur fond de drogue et de dispute familiale, c’est un chat tué à coup de marteau qui envoie aux Baumettes un récidiviste de la chose, lequel a reconnu en avoir déjà égorgé deux autres. Que ce triste individu ait été condamné trois fois pour avoir exercé des violences sur sa mère n’est finalement pas si étonnant que ça. Procès le 23 septembre. A Carrières-sur-Seine, deux promeneurs en compagnie de leur chienne voient, ébahis, bouger un tas de terre. Ils s’approchent et découvrent une malheureuse chienne enterrée vivante qu’ils s’empressent bien-sûr de libérer tout en ayant la présence d’esprit de filmer l’horrible scène … Ce qui conduit à la mise en examen du propriétaire. Procès en mars 2016. En attendant, la pétition mise en ligne par MesOpinions.com fait un tabac.

396

 

SON MINISTERE POURRA-T-IL CONTINUER ENCORE LONGTEMPS A TRAITER CHASSEURS DE GRIVES ET PARLEMENTAIRES PS DE L’ARDECHE ET DE LA DRÔME AVEC AUTANT DE DESINVOLTURE ? NOUS POSONS LA QUESTION A SEGOLENE ROYAL

397
Ministère de la « bravitude » ou ministère de la désinvolture ?
Photo A. Bouissou/MEDDE

. Elections plombées ? Premier des ministres en charge de l’Environnement lors de la création de ce nouveau ministère en janvier 1971, Robert Poujade aimait à le définir comme « le ministère de l’impossible ». Quarante quatre ans après, Ségolène Royal, adepte de la « bravitude », serait-elle en train de faire du ministère de l’Ecologie, sous la pression de quelques conseillers antichasse bien en cour, « le ministère de la désinvolture » ?

Depuis bien longtemps, les conseillers antichasse font partie des cabinets ministériels de l’Ecologie. Ils  sévissaient déjà auprès des prédécesseurs de Mme Royal : Nathalie Kosciusko-Morizet, par exemple, la très bobo-écolo parisienne UMP-LR, n’a jamais témoigné une grande empathie pour le monde rural en général ni pour les chasseurs en particulier. Au ministère de l’Ecologie, les antichasse sont en fait chez eux. Paradoxalement, le ministère de l’Ecologie a toujours eu la chasse parmi ses principales attributions. C’est comme si les conseillers du Ministre de la Défense Nationale, au lieu d’être des militaires, étaient recrutés parmi les antimilitaristes ! Pas étonnant donc que le comble du délire technocratique antichasse ait été atteint lorsqu’un anonyme cerveau d’énarque du ministère de l’Ecologie a produit l’ubuesque trouvaille de la fermeture « cantonale » des grives …  Une fois de plus, les chasseurs ardéchois et drômois ont eu droit à un « traitement de faveur » ! Eux et eux seuls.

En juillet 2015, un cran supplémentaire vient d’être franchi dans la provocation contre les chasseurs. Circonstance aggravante, les conseillers ministériels ont pu se prévaloir directement, dans leur combat douteux, de la signature de la Ministre Ségolène Royal. Dont acte. Ce qui pouvait passer jusqu’à présent pour une grosse maladresse des services de son ministère devient donc position officielle, affirmée et assumée du Gouvernement à l’égard des chasseurs ardéchois et drômois … Lesquels, n’étant pas idiots, vont montrer dans les prochains mois qu’ils ont de la mémoire.

Puisque la Ministre a donné son accord officiel à une nouvelle provocation – nous vous dévoilerons bientôt laquelle -, puisque le Gouvernement a choisi, semble-t-il, de jouer la carte du mépris contre les chasseurs plutôt que de les écouter, de dialoguer avec eux et de répondre enfin, ce qui n’a encore jamais été fait par personne, aux arguments précis qui sont objectés (Cf. notre article du 19/01/2015, dossier Grive), objectés non seulement par les représentants des chasseurs mais aussi par des élus de la Majorité qui nous soutiennent (Maires, Conseillers Départementaux, Conseillers Régionaux, Députés, Sénateurs) …

« Alors, oui, parlons-en, Madame la Ministre !

398

Qui sont donc vos conseillers ministériels de l’ombre, prétendus experts en ornithologie, tellement « experts » qu’ils confondent – les fédérations de chasse 07 et 26 en ont la preuve écrite – une grive et … un canard ?!

Vos conseillers pour la chasse ou plutôt vos conseillers contre la chasse sont ces quelques haut-fonctionnaires antichasse inamovibles du ministère de l’Ecologie. Ils sont à votre ministère ce qu’a été à l’Education Nationale sous différents Ministres un Philippe Mérieu, « Super-Pédago » inspirateur de toutes les mauvaises réformes, lui aussi recyclé en fin de parcours chez Europe-Ecologie-Les-Verts ainsi qu’à la région Rhône-Alpes ou, en tant que Vice-Président écolo, il a veillé à ce que ses amis de la FRAPNA ne manquent de rien lors du vote des subventions. Les Ministres passent, vous passerez Madame, eux restent. Ils se sentent tout puissants. Ils sont tout puissants.

Anciens sympathisants quand ce n’est pas militants de la cause antichasse, aujourd’hui reconvertis en experts de l’Etat, ils sont là, pas par hasard, où partent tous les coups tordus contre la chasse : au cabinet du Ministre de l’Ecologie comme au GEOC, cet organisme d’Etat qui, huit fois sur dix, rend des avis défavorables aux chasseurs, avis dont peut alors se prévaloir ensuite, faussement étonné et faussement désolé … le ministère de l’Ecologie. Pas étonnant, dans ces conditions, que les réponses faites depuis Paris dégoulinent de mépris et de provocations face aux arguments légitimes et sensés des chasseurs ardéchois et drômois, arguments d’ailleurs repris et défendus, cela a du vous échapper Madame, par plusieurs Parlementaires du PS. Vos verdâtres conseillers et experts en antichasse ont pour eux le pouvoir d’agir (et de sévir ?) depuis l’appareil d’Etat. Sans jamais rendre compte bien-sûr, ni au peuple, ni aux élus du peuple. Peut-être à vous quand même ?

L’engagement idéologique viscéral contre la chasse de ces conseillers ministériels et autres  experts verts fournissant aux différents Ministres de l’Ecologie matière à raccourcir les dates de chasse aux migrateurs  a toujours été un puissant levier au service des associations antichasse les plus radicales dont ils sont eux-mêmes généralement issus. Ce sont ces mêmes conseillers qui ont convaincu plusieurs Ministres de l’Ecologie de faire place nette en Ardèche à l’Escrinet et sur les autres cols ardéchois en y délogeant, au besoin par la force des CRS, des milliers de paisibles chasseurs de pigeon ramier sur injonction d’un conseiller occulte parisien, le très influent Bougrain-Dubourg. L’actuelle affaire des grives accommodées à la sauce pistache « cantonale » est une nouvelle illustration, dans ses derniers rebondissements, de la remarquable capacité à nuire de ces conseillers et de leur excellence à provoquer ceux qui, ici et là, refusent toujours de courber l’échine.

399

L’engagement borné de votre Ministère contre les chasseurs de grives de 56 cantons, ces citoyens-chasseurs-contribuables-électeurs qui n’ont plus aujourd’hui les mêmes droits dans leur département que ceux du canton voisin, l’acharnement mis à faire plier les chasseurs de deux départements en essayant en vain de les diviser sur la base du fait du prince et de l’arbitraire digne de l’Ancien Régime, risque de faire déborder le vase. Mais cette fois, à cause d’eux (à cause de vous ?), élus et candidats socialistes aux prochaines Régionales pourraient bien y laisser des plumes. Un gros tas de plumes. Pour vos beaux yeux et les risettes de circonstances de votre ministère en direction d’Europe-Ecologie-Les-Verts, vos amis socialistes, victimes expiatoires de la stratégie élyséenne, vont-ils prendre le risque de passer à la trappe dans quatre mois à cause d’un prévisible « vote-chasseur » ? Vont-ils attendre sans réagir, les bras croisés ?

Des poids-lourds régionaux du PS comme le drômois Didier Guillaume ou l’ardéchois Pascal Terrasse ont pu s’étonner à juste titre avec nous, nous le dire et vous le faire savoir, que nos départements fassent presque figure d’exception en droit français car nulle part ailleurs sur le territoire métropolitain la fermeture de la chasse à la grive n’intervient à des décades différentes (10 et 20 février) en fonction du canton (!), entité politique et administrative mais en rien entité biotopique ou biologique comme chacun le sait … à l’exception notable de vos trop fameux « experts ».

Les élucubrations renouvelées de vos conseillers et « experts » sur de prétendues « différences biologiques entre cantons » (sic), différences qu’ils n’ont jamais pu démontrer – et pour cause ! -, leur culot phénoménal à mettre en avant une approche soi-disant « scientifique » et soi-disant « juridique », uniquement pour se justifier et tenter de justifier la réglementation absconse qu’ils ont eux-mêmes produite quand ils confondent allégrement turdidés et anatidés, cantons du centre et cantons du nord, tout cela ne gêne nullement, dans leur prétention à dire le vrai, vos pseudos « experts ». Du moment que cela emmerde en Drôme-Ardèche un maximum de chasseurs et introduit entre eux un facteur de division durable (auquel ils n’ont toujours pas cédé), la cause est entendue, n’est-ce pas ? Pour eux, c’est aussi simple que ça. Et pour vous, Madame la Ministre ?

Cette situation absurde, franchement grotesque, qui n’a que trop duré, est scandaleuse. D’un point de vue strictement juridique, le texte ministériel en vigueur n’introduit-il pas une inacceptable rupture d’égalité de droits entre citoyens-chasseurs d’un même département s’acquittant auprès de l’Etat de la même redevance cynégétique, ce qui pourrait mettre non seulement en cause la légalité du texte mais soulèverait aussi la question de sa constitutionnalité ? Cette question essentielle, il serait bien étonnant que les Présidents de fédération de l’Ardèche et de la Drôme n’aient jamais eu l’envie de la poser à leur Préfet respectif ; seulement voilà, les Présidents de fédération, c’est vous qui les nommez, les maintenez et au besoin les révoquez. C’est pourquoi, cette situation scandaleuse est dénoncée depuis le début par l’Interdépartementale, toujours avec la même conviction, la même force, la même détermination à faire bénéficier enfin tous les chasseurs ardéchois et drômois des mêmes droits, c’est-à-dire de la fermeture de la grive pour tous au 20 février. Quand, sur le fond, les fédérations disent à leur tour la même chose que nous, le moment est venu de réclamer des comptes. Les élections régionales des 6 et 13 décembre prochains vont s’y prêter à merveille. Nous n’allons pas nous en priver.

400

La Ministre et nos deux Préfets doivent savoir que, pour nous faire entendre, nous allons utiliser tous les moyens légaux et tous les relais dont nous disposons aussi longtemps qu’un arbitrage impartial digne d’un Etat républicain n’aura pas été rendu.

Face à cette citadelle verte du parti-pris qu’est devenu le Ministère de l’Ecologie, ce n’est pas sans courage que la jeune et très active Députée de l’Ardèche, Sabine Buis (PS) est intervenue cette année, à notre demande, en faveur des chasseurs ardéchois et drômois comme plusieurs de ses collègues. Elle l’a fait depuis l’Assemblée Nationale (Question N° 75821 publiée au JO le 17/03/2015) en s’adressant directement à vous, Madame la Ministre de l’Ecologie. Selon nos informations, vous vous êtes empressée de lui répondre … quatre mois après (Réponse publiée au JO le 07/07/2015), sans doute trop occupée que vous étiez par vos portiques à écotaxe, vos péages autoroutiers soi-disant gratuits, votre interdiction du Roundup aux seuls particuliers et votre rétropédalage dans le Nutella. Quant à votre réponse officielle faite à l’honorable Parlementaire, nous allons avoir l’occasion d’en reparler. Elle vaut, en matière de désinvolture, son pesant de « bravitude ».

Par souci de transparence, nous allons en effet porter à la connaissance de l’opinion publique (pour autant que ce site ne nous sera pas fermé car notre équipe en a déjà vu d’autres pour tenter de la faire taire) tous les éléments du dossier dont les principaux, outre que février 2016 est encore loin, semblent avoir complètement échappé à nos confrères de la revue Plaisirs de la Chasse qu’on a connu mieux informés, mieux inspirés et surtout moins défaitistes (PLC août-septembre 2015).

Chacun pourra ainsi juger de la façon dont sont pris en compte, au sommet de l’Etat, les revendications d’une catégorie de citoyens injustement bafoués dans leurs droits depuis des années et avec quelle remarquable absence de considération sont traitées par un Ministre les interventions de nos élus Drôme-Ardèche appartenant à la Majorité. La question de la Députée était technique, précise, argumentée. Votre réponse, Madame la Ministre, qui vous êtes pourtant donné tout le temps de la réflexion, est une réponse royalement désinvolte parce que 100%  idéologique, 100% politique, 100% hors-sujet.

401

Les chasseurs apprécieront. Eux aussi vont avoir tout le temps d’y réfléchir et d’en parler entre eux avant d’être appelés aux urnes pour les Régionales … Dans quatre mois.

Avant d’aller voter, ils se souviendront que chasser est une liberté et que la liberté quand on vous en prive, ça se défend ».

402

… Écolos à nouveau assidument courtisés par le Président de la République,  François Hollande (les Duflot, Mamère, Placé et autres antichasse agissant), Ségolène Royal, en mission verte élyséenne, ira-t-elle jusqu’à plomber la campagne pour les élections régionales de ses amis  socialistes en Drôme-Ardèche et des candidats PS de la région Rhône-Alpes-Auvergne ?

Et si elle le fait, que fera alors le Premier Ministre, Manuel Valls ?

 

ICI ET LA

403

. Grotte Chauvet. « La chasse, premier support culturel de l’humanité ? Nous serions tentés de le croire en contemplant l’art des cavernes à Chauvet dont les parois peintes s’offrent à nous (…) ». Ainsi conclue Pascal Durantel dans  la revue nationale Grand Gibier où il signe, sur 4 pleines pages, un très bel article, brillamment documenté et richement illustré, le journaliste ayant l’élégance, dans son avant-propos, de citer l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche.

 404

. 8 500. C’est le nombre officiel de brebis victimes du loup en France  pour la seule période juillet 2014-juillet 2015 (pour 17 loups tués seulement). Face au loup, les brebis tombent comme feuilles à l’automne. Sur le loup, les idées reçues commencent à tomber aussi. Le retour naturel du loup ? Plus personne ou presque n’y croit. Le Député-Maire de Nice, Christian Estrosi, dénonce la supercherie et croit pouvoir affirmer : « En 1992, le loup a été réintroduit artificiellement par des fonctionnaires de l’Etat ». Grave accusation ! Mais c’est précisément un haut fonctionnaire d’Etat, qui fut Directeur de la Nature et des Paysages au Ministère de l’Ecologie, qui révèle à son tour que l’on a bel et bien « lâché clandestinement des animaux sauvages dans la nature ». Le loup qui ne s’attaque jamais à l’homme ? Encore une baliverne ! Le Professeur d’Université Jean-Marc Moriceau, historien tout comme le chercheur Laurent Garde, Docteur en écologie et anthropologie ont, par le sérieux de leurs travaux, mis à mal la fable du gentil loup qui ne s’attaque pas à l’homme : une fable servie constamment aux médias par de zélés bourreurs de crâne et plus ou moins gobée par quelques conseillers ministériels distributeurs de subventions publiques qui n’ont jamais vu de loup autrement … qu’au zoo de Vincennes !

405

. Appel. Bernard Baudin, Président de la Fédération Nationale des Chasseurs (FNC) vient d’appeler les Présidents de fédérations départementales (FDC) à se présenter partout aux élections de décembre sur des listes régionales. C’est une première. Si à une époque CPNT avait su capitaliser sur le mécontentement des chasseurs face aux mesures antichasse de Dominique Voynet et des Verts (plus d’un millions de voix « chasse » à l’élection présidentielle), c’était grâce à un positionnement non partisan « ni droite, ni gauche, tout chasse ». Quand CPNT a fait ensuite un autre choix plus ou moins forcé (s’allier avec un grand parti de droite ou disparaître), cette stratégie partisane a été contestée par d’anciens dirigeants, de nombreux adhérents et les résultats se sont avérés beaucoup plus minces. C’est bien la première fois que la FNC appelle les Présidents de fédés à s’engager eux-mêmes dans le combat politique tout en leur laissant le choix de la liste par respect pour leurs convictions politiques personnelles. Pour résumer la stratégie de la FNC aux élections régionales de décembre 2015, peu importe la couleur pourvu qu’il y ait la victoire. Pari hardi mais pas sans risque. Il sera intéressant de voir combien de Présidents de fédération iront vraiment à la bataille, lesquels et sur quelles listes, en quelle position et avec quels résultats. Déjà, les grandes manœuvres ont commencé. Candidat des Républicains à la présidence de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie et ayant face à lui Marine Le Pen en personne, Xavier Bertrand, conscient du poids des chasseurs et d’un basculement vers le FN de nombre d’entre eux, vient de signer un véritable accord de gouvernement régional avec 5 Présidents de fédération dont le bouillant Willy Schraen. Si la droite l’emporte dans quatre mois, les vice-présidences concernant l’environnement, la chasse, la nature sont d’ores et déjà réservées aux chasseurs. Quant aux écolos, ils pourront toujours se brosser pour leurs habituelles subventions de gavage. A gauche, le girondin Henri Sabarot, Président de fédération devenu Président de l’ONCFS, serait en position éligible sur la liste PS de sa région.

406

.Tuberculose bovine. « Faut-il craindre le pire avec le retour de la tuberculose bovine ? » se demande Le Chasseur Français après qu’un sanglier porteur de la maladie ait été découvert dans le Loir-et-Cher. En Ardèche, les soupçons d’une nouvelle reprise de cette bien étrange maladie de l’œdème (toujours sans explication officielle à l’heure actuelle) ont commencé cette année dès le mois de mai, période à laquelle les premiers sangliers morts ont été trouvés avec d’autres en juin. Espérons que la longue période de canicule aura pu jouer en faveur de la bête noire.

407

. Occasion manquée. Champagne à la FDC 07 ! Le nouveau belvédère, véritable vitrine de la fédération (au sens propre et figuré), a été inauguré comme il se devait. Et même plutôt deux fois qu’une. Une première fois, en mettant les petits plats dans les grands, avec les officiels invités (élus du département, autorités diverses, Conseil d’Administration de la fédération), une seconde fois avec les ACCA. Invitée à inaugurer le nouveau bâtiment du siège social des chasseurs ardéchois, l’Interdépartementale était représentée à la réunion « Portes Ouvertes » des ACCA par son Vice-président Chargé de l’animation, Franck Chalas. Le nouveau local transformé en espace VIP pour le Tour de France ? C’était en soi une bonne idée. Malheureusement, cela n’aura pas permis de rendre plus visible sur les écrans de télévision la présence des chasseurs, ni leurs revendications légitimes (grive, pigeon). En effet, les images officielles du Tour ont masqué soigneusement toute référence à la chasse tout comme les commentaires en direct : pas une seule fois le mot « chasseur » n’a été prononcé à la télé lors du passage des coureurs du Tour de France à l’Escrinet. C’est triste de le constater mais il en aurait sans doute été autrement si les chasseurs de pigeon avaient choisi de barrer la route au Tour … devant leur fédération.

408

. Et maintenant, les pêcheurs ! De plus en plus, les pêcheurs ressentent, tout autant que les chasseurs, l’étau de la réglementation étatique se resserrer sur leur loisir et broyer petit à petit ce qui faisait leur art de vivre. Ce que dit aujourd’hui un des représentants de la pêche maritime de loisir, Jean Lepigouchet, c’est pratiquement mot pour mot ce que l’Interdépartementale dit de la chasse depuis longtemps : «  En l’espace d’une quinzaine d’années, il y a eu plus de réglementations pour la pêche de loisir qu’en à peu près un siècle auparavant. Gardons  tout de même l’espoir que notre loisir reste un espace de liberté ».

409

. Réenchantement. Passant pour bien informé et assez visionnaire, Le Chasseur Français (qui fête ses 130 ans) fait la même analyse que nous pour le pigeon ou la grive, estimant que la réglementation qui nous est actuellement très défavorable peut un jour changer car ce qu’une loi a fait une autre pourra le défaire : « La chasse des migrateurs, en obtenant, par l’argumentation scientifique intelligemment portée politiquement, une évolution du contexte législatif pourrait se réenchanter ».

410

- Sabine Buis, Députée de l’Ardèche (PS)
s’adressant à Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie
411
L’intervention de Sabine Buis à l’Assemblée Nationale

412

L’INTERDEPARTEMENTALE