AUTOMNALES 2017 (2)

JEUNES CHASSEURS VISIBLES SUR FACEBOOK, PRES DE 2000 VISITEURS CHAQUE JOUR SUR LE SITE INTERNET : L’INTER CHASSE FAIT LE BUZZ !

 

300

 

16

 

La chasse est « une imposture », « un anachronisme », « une nuisance », « un fléau », « un danger pour tous », « un lobby meurtrier », etc., etc. Lors de la « manifestation Drôme-Ardèche contre la chasse » organisée à Aubenas le 21 Octobre 2017, les qualificatifs étaient plus nombreux que les manifestants : « une vingtaine de personnes » selon le journal, 16 en étant précis d’après une photo illustrant le « rassemblement » tenu à l’appel d’ADDA (Ardèche-Drôme Défense Animale) …16 manifestants en comptant la gardoise venue en renfort d’Alès.

301

Le petit observateur drômardéchois

 

 

302

 

CONSEIL DE LA CHASSE DRÔMEARDECHE

Le souhait partagé par toute l’équipe dirigeante d’un rapprochement durable avec les fédérations

LES JEUNES SUR FACEBOOK

 

303

304
Jeunes Chasseurs 26-07 : les responsabilités ne leur font pas peur
Photos Inter/Alain Pialet/MAP/JMS

305
Jordan Laude, animateur du réseau Facebook des Jeunes Chasseurs 26-07
Photo Inter/Alain Pialet

306

Le Conseil Interdépartemental du 13 Octobre 2017 en bref

 

. Une minute de silence est observée à la mémoire de M. Alain Hurtevent, membre du Bureau de la Fédération Nationale des Chasseurs, Président de la Fédération Départementale des Chasseurs de la Drôme, récemment décédé

. EN 2018,

307

 

L’INTER VA ORGANISER LES 2ièmes TABLES RONDES DE LA CHASSE QUI SERONT « OUVERTES A TOUTES LES ACCA ARDECHOISES ET DRÔMOISES, ADHERENTES OU NON A L’INTERDEPARTEMENTALE »  

 
. Le Conseil Interdépartemental est informé de la décision du président de l’ACCA d’Antraigues (07) : Fabien Saussac quitte la présidence de son ACCA « pour raisons personnelles » ainsi que toute responsabilité cynégétique ; « des raisons que je comprends et que je respecte », indique Christian Pialet. Dans la foulée, les deux autres membres du Conseil Interdépartemental originaires d’Antraigues reprennent le flambeau de l’ACCA dans des conditions difficiles. Vincent Lebelleguic et Cyril Mazade se consacreront exclusivement à leur nouvelle tâche pour l’année à venir. Chacun des trois partants du Sud Ardèche a tenu à appeler le président Pialet pour lui faire part de sa décision. Chacun lui a renouvelé son « entière confiance » et assuré l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche de son « fidèle soutien ».  

. DES RELATIONS « APAISEES »,

308

UN « RAPPROCHEMENT » SOUHAITE « SOLIDE ET DURABLE » AVEC LES FEDERATIONS : « OBJECTIF PRINCIPAL DU 1er TRIMESTRE 2018 ». EN CONSEQUENCE DE QUOI, L’AG ANNUELLE DE L’INTER EST  EXCEPTIONNELLEMENT REPORTEE A AVRIL : « SIX MOIS POUR LAISSER LE TEMPS AUX FEDERATIONS DE SE PARLER, DE NOUS PARLER, DE VOIR SI L’ON PEUT AVANCER ENSEMBLE PLUS LOIN »

 

309
Mickaël Félix, Président de l’ACCA de Vernoux
Photo Inter/JMS

. Le président de l’ACCA de Vernoux (07) : « Moi, j’ai bien aimé l’AG fédérale d’Aubenas. Ça été un moment fort pour nous : avec une délégation de 30 représentants d’ACCA à la tribune, nous avons pu nous faire entendre de la  fédération en obtenant que le débat avec les ACCA ait lieu dans de meilleures conditions que les années précédentes »

310
Sébastien Riou, Président de l’ACCA de Boffres
Photo Inter/Alain Pialet

. Le président de l’ACCA de Boffres (07) : « Quand votre ACCA est prise pour cible comme la mienne, que certains se servent des dégâts de sanglier comme prétexte pour monter la tête aux uns et aux autres en espérant faire déraper les choses, ce qui malheureusement finit par arriver, quand vous faites le maximum pour régler les problèmes, que vous le faites à longueur d’année, bénévolement, tout en ayant une activité professionnelle, c’est vraiment pénible. Le soutien que j’ai reçu dans mon ACCA de 9 chasseurs sur 10 n’est pas de trop »  

. Le président de l’Inter (26-07) : « J’entends ce qui se dit. Le moment est venu de travailler sereinement à l’avenir de la chasse. Avec nos deux centaines d’ACCA adhérentes volontaires, notre dizaine de jeunes aux responsabilités, notre petite centaine de Partenaires Officiels, l’Interdépartementale doit à l’avenir se rapprocher durablement des deux fédérations si les deux fédérations en sont d’accord. Pour aider à construire avec elles quelque chose de solide qui puisse continuer le jour où je n’exercerai plus de fonctions, je suis prêt à m’assoir autour d’une table n’importe quand, n’importe où pour parler de l’avenir de la chasse. Parce que seul l’avenir m’importe, pas pour moi mais pour mes enfants et petitsenfants. Je n’ai rien à demander, encore moins à exiger, juste à proposer. Je prends simplement en compte ce qui se passe aujourd’hui : le 1er décembre à Aubenas, chacun va comprendre pourquoi la crise de gestion du sanglier est profonde au point de menacer à l’avenir jusqu’à l’existence de notre mode de chasse N°1. Les dégâts de sanglier accentués par la sécheresse expliquent – mais en partie seulement – les difficultés grandissantes que rencontrent sur le terrain de plus en plus de présidents d’ACCA qui m’avouent être sous pression permanente. Dans ce contexte nouveau, je dis aux uns et aux autres, Ardéchois comme Drômois : à l’avenir, nous n’aurons plus ni le temps, ni le droit de nous disperser, encore moins de nous diviser. Face aux turbulences qu’on nous annonce pour le sanglier et que je crois réelles, si dans un proche avenir nous ne faisons pas bloc autour de nos fédérations, c’est le pouvoir politique qui imposera aux chasseurs de sanglier les « solutions » de l’Administration. Et pour tout le monde, ce sera la catastrophe ! Elle sera d’abord d’ampleur au moins égale à ce que nous avons connu jadis avec la triste fin de la chasse populaire du lapin de garenne ; sauf qu’aujourd’hui il ne reste plus qu’un million de chasseurs en France et que, sans le sanglier, il n’y aura plus ni chasse populaire, ni ACCA, ni fédérations, ni Interdépartementale. Seulement de belles chasses privées mais accessibles à qui ? L’union des chasseurs autour de leurs fédérations et dans leurs ACCA n’est même plus à discuter, c’est une évidence tant le contexte actuel devient de plus en plus tendu, en limite de rupture. Dans un avenir proche, l’union – qui n’interdit nullement la complémentarité dans la diversité – doit devenir la priorité de tous. Pour ma part, j’y suis prêt. Ceux qui s’y opposeraient par réflexe passéiste, par absence de vision d’avenir ou par indifférence à l’intérêt général porteraient une responsabilité particulière. Je propose donc au Conseil Interdépartemental que l’union soit la priorité de l’Interdépartementale d’ici notre prochaine assemblée générale qui sera appelée à valider cette orientation. D’ici avril, nos deux fédérations peuvent nous y aider. Comment ? D’abord, en fédérant toutes les énergies, toutes les compétences. Ensuite, en faisant en sorte à l’avenir que les responsables élus des deux fédérations (pas seulement le personnel technique ou administratif) se concertent davantage, se rencontrent plus souvent : le Rhône est un lien, un trait d’union, pas une barrière infranchissable entre deux départements, je crois en avoir fait la démonstration. Enfin, je suis favorable à ce que nos fédérations continuent à mettre en œuvre dans leurs départements respectifs des projets communs qui associent l’ensemble des associations spécialisées telles que, par exemple, l’ANCGE pour le gibier d’eau. Si tout cela peut se concrétiser dans un avenir qui peut être proche, nos fédérations auront alors réussi en DrômeArdèche l’union véritable de toutes les composantes de la chasse, une union qui a existé pendant longtemps lorsque les chasseurs étaient forts et combatifs, écoutés et respectés, je peux en témoigner. L’union peut redevenir une force si tout le monde s’y met. Elle sera solide et durable parce que réalisée sans préjugé, ni exclusive. L’union enclanchera une dynamique positive pour l’avenir de la chasse, ce qui aidera nos fédérations à surmonter les difficultés actuelles et surtout à venir. C’est cela que les chasseurs attendent dans nos ACCA. Ma proposition ne pourra toutefois se réaliser que si nos fédérations en sont d’accord. Car ce sont les Fédérations Départementales des Chasseurs – et elles
seules – qui ont le pouvoir hiérarchique et institutionnel d’en décider tout autant que la légitimité pour le faire ».

 

311
Franck Chalas, Président de l’ACCA de Beauchastel
Photo Inter/JMS

. Le président de l’ACCA de Beauchastel (07), chasseur de sanglier, se retrouve « complètement » dans cette analyse. Il soutien « sans réserve » la position défendue par le président de l’Inter.  

. Ce sera finalement, après discussion, l’avis partagé par tous ceux qui se sont exprimés lors du Conseil Interdépartemental du 13 octobre : un Conseil Interdépartemental qui – peut-être ? – fera date.

 

 

312
Jean Nicolas (ACCA de Satillieu) a détaillé les « incidents graves » qui ont empêché des chasseurs de son secteur de faire l’ouverture, déplorant « le peu d’empressement de l’Etat » quand ce sont des chasseurs qui sont victimes d’agissements déplorables
Photo Inter/Alain Pialet

313

VOTRE SITE : 650 000 ENTREES AU COMPTEUR, 200 000 NOUVEAUX VISITEURS EN 4 MOIS !

 

314
55 268 visiteurs en 1 mois, 13 817 par semaine, 1 973 par jour

« Inouï, c’est inouï ! ».  

Voilà le mot utilisé et répété par le directeur d’un groupe d’édition de revues nationales cynégétiques et hippiques pour qualifier la progression du site de l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche, lequel ajoute :

« Il ne doit pas y avoir d’équivalent en France parmi les sites spécialisés concernant la chasse que je connais et je crois les connaître à peu près tous ».

315

C’est Christian Pialet qui a rapporté ces propos à ses amis du Conseil Interdépartemental. Pour beaucoup d’observateurs, l’information des chasseurs apparait comme la réussite la plus visible de l’Inter Chasse 26-07 ces dernières années.   

 

 88 Partenaires Officiels … moins 1

 

316

L’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche comptait à ce jour, on le sait, 88 Partenaires Officiels. Si CNR Direction Territoriale Rhône-Isère et GROUPAMA Fédération Ardèche peuvent être considérés comme étant de longue date les deux Partenaires majeurs de l’Inter, le soutien de tous, grands ou petits, a son importance.

C’est pourquoi, l’Interdépartementale regrette d’avoir dû interrompre son partenariat avec DECATHLON Valence.

 

317
Photos Inter/JC

De nouvelles exigences ont été formulées par l’enseigne, ce qui est évidemment son droit mais quelques jours seulement avant la Journée Chasse annuelle que Décathlon Valence organisait en s’appuyant sur une animation visuelle et sonore (reconstitution d’une marre de hutte avec appelants vivants), création de l’équipe drômoise « Gibier d’Eau » de l’Interdépartementale.  

L’interférence avérée entre le président d’une ACCA drômoise ayant quitté l’Interdépartementale et l’une des collaboratrices de DECATHLON Valence, sociétaire de cette même ACCA, n’aura pas aidé. Alors que la responsable du rayon Chasse venait de nous solliciter sans formuler de condition particulière pour participer comme les années précédentes à l’édition 2017 de la Journée Chasse, de nouvelles exigences nous ont été communiquées au dernier moment par l’autre personne. Si les nouvelles conditions pouvaient à la rigueur être comprises dans le cadre d’une politique commerciale agressive, elles posaient à l’Interdépartementale un problème incontournable de confidentialité et d’éthique dont le Conseil Interdépartemental a eu l’entière connaissance.

« Nous avons fait un choix motivé à ce sujet voici plusieurs années en Conseil Interdépartemental. Ce choix nous a été dicté par l’expérience acquise à nos dépens et nous sert depuis de jurisprudence. En raison de l’urgence à donner une réponse, j’ai pris seul la décision, ce que j’assume complètement : par respect pour nos ACCA adhérentes, pour la parole qui leur est donnée de ne jamais divulguer nos fichiers, j’ai pris la décision de suspendre sans délai le partenariat en cours » a indiqué Christian Pialet.

Le président de l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche a précisé qu’il en avait aussitôt informé le Directeur de DECATHLON Valence en lui expliquant sans détour la position de l’association.

Le Conseil Interdépartemental du 13 octobre n’a émis aucune objection. A l’unanimité, il valide a posteriori la décision prise par son président.

 

« Un dimanche à la chasse dans la Drôme », 4ème édition
La FDC 26 et 16 ACCA drômoises y ont participé

 

318
Inter/Capture/Site officiel FNC

« Chasser les idées reçues », c’est possible en permettant à des non chasseurs de découvrir par eux-mêmes, loin de tout préjugé, ce qu’est réellement l’acte de chasse. Offrir à des non chasseurs la possibilité de participer gratuitement à une journée de chasse : c’est à l’initiative de la FNC que cette opération se déroule chaque année en France un weekend d’octobre avec toujours davantage de succès.

Le 15 octobre, la FDC 26 organisait sa 4ème édition. « Un dimanche à la chasse dans la Drôme » aura permis à 200 non chasseurs de se faire une idée. 16 ACCA (dont plusieurs de l’Interdépartementale) avait fait l’effort d’organiser cet accueil. Sur les quelques 350 que compte le département, certains trouveront que c’est peu. Mais les responsables bénévoles d’ACCA sont tellement accaparés (et pas toujours suffisamment aidés quand ils cherchent des volontaires) qu’il faut aussi les comprendre.

 

LOUP … (encore)
L’humour involontaire de Christophe Castaner

 

319

 

Clôturant le 33ème congrès des élus de montagne remontés comme jamais contre le loup, le porte-parole du gouvernement mis en difficulté pour défendre l’indéfendable a cherché l’issue de secours, préconisant sans grande imagination « le dialogue ». 

Humour – sans doute involontaire – de Christophe Castaner :

320

 

« J’invite tout le monde à se remettre autour de la table ».  
 

Le loup, premier servi ?

 

Reconversion-glaciation
Du Pôle Nord au Pôle Sud, un nouveau « terrain de jeu » pour l’ancienne ministre de la grive communale DrômeArdèche

 

321
Recyclage Photo retouchée Inter/Capture

Personne n’en voulait :  

Ni les électeurs, ni le gouvernement, ni les responsables du parti dominant de la majorité présidentielle, ni l’ONU, ni les chefs d’entreprise qu’elle avait sollicités pour tenter de les enrôler dans son comité d’experts … qui n’a jamais vu le jour. Il fallait pourtant bien lui trouver quelque chose qui l’occupe assez pour ne pas l’avoir toujours dans les pattes mais en même temps le plus loin possible pour ne plus entendre parler d’elle.

Emmanuel Macron a sans doute été bien inspiré en expédiant la désormaisinutile-mais-se-croyant-indispensable-Ségolène Royal aux deux extrémités de la Terre : Pôle Nord, Pôle Sud par intermittence. L’Arctique et l’Antarctique, ça reste toujours moins fréquenté que les Champs Elysées jupitériens. Ségolène Royal s’y trouvant désormais en hibernation, c’est moins encombrant pour l’hôte de l’Elysée et son gouvernement.

Le titre ronflant d’« Ambassadrice des Pôles » flatte l’égo royalement démesuré de l’ancienne ministre de la grive communale Drôme-Ardèche et du pigeon ramier ardéchois de mars préfectoralement autorisé mais ministériellement interdit. C’est son « nouveau terrain de jeu », remarque finement Georges Bourquard dans son Billet du Dauphiné Libéré. La promesse de voyages gratuits aux frais des contribuables, toujours somptueux pour elle à défaut d’être efficaces pour la planète, n’est certainement pas pour déplaire à l’abonnée permanente des hôtels quatre étoiles. Aux dernières nouvelles, pas plus tôt le Groenland étaitil annoncé programmé par son service de presse, que son avion se posait déjà en Norvège.

 

322

 

Des avions, la « madone de Poitou-Charentes » a déjà dû en prendre au moins autant que de vestes électorales ou de refus catégoriques qui lui ont été opposés à tous les postes par elle convoités ! Commentaire un peu vachard (non n’en n’avons pas le monopole) de Georges Bourquard :

 

323

 

« Un simple coup d’œil à son propre bilan carbone aurait permis à Ségolène Royal de comprendre pourquoi la banquise fond comme neige au soleil ».   

 

 

LOUP … (toujours)

 

Le « coup de gueule » de Claude Talon à propos du sanglier lors du dernier Conseil Interdépartemental de la Chasse Drôme-Ardèche n’est pas passé inaperçu.

324
Claude Talon, Président de l’ACCA de La Motte Chalencon Photo Inter/JMS

Le dynamique et influent président d’ACCA de La Motte Chalencon (26) en a « plus qu’assez » qu’on montre systématiquement du doigt les chasseurs à propos du sanglier. Il le dit haut et fort : « Les chasseurs font ce qu’ils peuvent et ils en font déjà beaucoup ». Au lieu de nous remercier de prélever 40 ou 50 000 sangliers par an dans les deux départements tout en sortant de nos poches pas loin d’un million € pour payer les dégâts aux cultures, le président d’ACCA drômois constate et déplore : « On nous accuse en permanence de ne pas en faire assez ».  

Claude Talon rappelle cette évidence :

« Le sanglier est un animal sauvage. Des sangliers dans la nature, il y en a toujours eu, on a l’air de l’oublier ! Des agriculteurs, aussi. Seulement, pendant des siècles, personne n’a jamais indemnisé les dégâts ». Des propos qui reçoivent au passage l’approbation de la Conseillère scientifique de l’association, Marie-Agnès Pialet.

 

325
Marie-Agnès Pialet, Conseillère scientifique de l’Interdépartementale Photo Inter/Alain Pialet

Voilà un autre constat que font de plus en plus sur le terrain les dirigeants de l’Interdépartementale :  

« D’un côté, on reproche aux chasseurs de ne pas chasser assez, de trop laisser venir les sangliers près des cultures et des habitations ; de l’autre, les chasseurs se font incendier quand des chiens sortis du bois s’approchent trop près d’une propriété. Il faut savoir ce que l’on veut. ».  

Le Conseil Interdépartemental fait aussi ce parallèle souvent passé sous silence aussi bien par les responsables politiques que par la plupart des médias mais souligné fort à propos par Christian Pialet :

 

326

« Qui indemnise 100 % des dégâts de sanglier, sinon les chasseurs ? C’est 0 centime d’euro pour le contribuable. Mais combien les amis du loup donnent-ils pour les dégâts du loup ? 0 centime d’euro. C’est 100 % à la charge du contribuable ! ».  

En 2017, le montant des dégâts sanglier va peut-être dépasser le demimillion € dans le seul département de l’Ardèche alors que 25 000 sangliers y sont annuellement prélevés grâce à la chasse. Pourtant, les chasseurs risquent d’être une nouvelle fois les seuls à payer la facture des dégâts. En 2015, les dégâts du loup avaient coûté en France 19 millions € aux seuls contribuables (selon les derniers chiffres publiés par le ministère de l’Agriculture). 250 loups étaient alors officiellement recensés par les services de l’Etat sur l’ensemble du territoire national. Faites les comptes.

Il faut que le gouvernement nous explique pourquoi ce qui serait bon pour le sanglier ne serait pas bon pour le loup et inversement.  

 

 

BIODIVERSITE
L’écologie en actions avec les chasseurs drômois

 

327

 

En partenariat avec le Conservatoire des Espaces Naturels, la Chambre d’Agriculture de la Drôme et l’Office National de la Chasse et la Faune Sauvage, la Fédération Départementale des Chasseurs de la Drôme poursuit son action de préservation de la biodiversité :  

Le programme d’actions initié par le président Alain Hurtevent est poursuivi par l’équipe fédérale avec son nouveau président, Rémi Gandy.

Chasse : l’écologie qui agit.

 

Polémique
Le Président de la République confirme ses engagements à Willy Schraen

 

328

329

 

 

330

 

Ah ! Si elles pouvaient parler …
Sûr qu’elles ne vous diraient pas que : « M-e-u-h ! », les vaches

 

331

 

Pétitions, manifestations, médiatisation, procès en veux-tu en voilà contre le coq qui chante, la grenouille qui coasse, le canard qui cancane, le chien qui aboie, le chat qui miaule : pas plutôt arrivés dans la montagne ou débarqués au village, voilà qu’une poignée de résidents secondaires tout juste requinqués après avoir fui les milles bruits et tracas de la ville qu’ils ne supportaient plus entendent imposer aux gens des campagnes qui les accueillent le silence absolu et perpétuellement reposant façon cimetières.

 

332

 

On croyait avoir tout vu ou plutôt tout entendu mais non. Il restait encore les vaches ! Pendant qu’ici on pétitionne contre les bouses qui attirent les mouches et font glisser les talons haut, les pets méthaniers qui augmentent le trou dans la couche d’ozone, là on manifeste contre le troupeau qui barre la route à l’automobiliste (lequel bien sûr n’a jamais été arrêté par un feu rouge en ville !). Le pompon est décerné aux sept ou huit hallucinés qui ont osé pétitionner en Haute-Savoie, déranger le maire, officier de police judiciaire dans sa commune, en plein état d’urgence, pour cause d’insupportables « nuisances sonores » provoquées par les … cloches des vaches qui depuis toujours paissent paisiblement dans les alpages !

Bon ! Si les bruits et odeurs de la campagne leur déplaisent tant à ces grincheux de l’herbe verte (il est vrai que celle-là ils ne peuvent pas la fumer), il leur reste une solution : retourner vite fait en ville.

En attendant, Mesdames, Messieurs les pisses-froids des alpages, si les vaches pouvaient parler, entre deux bouses lâchées devant vos pieds, vous savez ce qu’elles vous diraient, les vaches ?! ….  

 

 L’ECOLOGIE PUNITIVE A-T-ELLE PRIVE LES ARDECHOIS ET LES DRÔMOIS DU RALLYE MONTECARLO ?

 

333

C’était pourtant une belle histoire qui avait bien commencé.  

Entre le mythique Rallye Monte-Carlo et l’Ardèche, tous les ingrédients du mariage heureux étaient là : routes sinueuses et paysages d’hiver, public nombreux et connaisseurs enthousiastes, voitures de rêve et pilotes de renommée mondiale, accueil chaleureux des habitants et organisateurs satisfaits.   

 

Grain de sable

 

334

 

Jusqu’au jour où … Un grain de sable dans le moteur a cassé la belle mécanique.

Le grain de sable de l’écologie punitive.

 

335

 

En manifestant ouvertement leur hostilité sur le parcours du dernier Monte-Carlo couru dans notre région et en laissant entendre qu’ils pourraient recommencer en 2019, les partisans d’une écologie fermée et punitive ont fortement indisposé les organisateurs. S’agissant d’un évènement médiatisé dans le monde entier, l’image est primordiale. Des pancartes et banderoles brandies en 2013 en bord de route pour demander l’interdiction chez nous du prestigieux Rallye et le risque de les revoir bientôt plus nombreuses encore ont sans doute privé les Ardéchois et les Drômois de « leur » Monte-Carlo 2019 et peut-être, c’est malheureusement à craindre, pour plusieurs années à venir.

Le drômois Nicolas Daragon, maire LR de Valence qui avait rencontré les responsables de l’ACM en compagnie de l’ardéchois Hervé Saulignac, député PS et ancien président du département de l’Ardèche, était pourtant persuadé que le Monte-Carlo allait être à nouveau dans sa ville dès 2019. Acteurs économiques et élus avaient en effet de solides atouts en main pour avoir beaucoup travaillé au retour des prestigieux bolides des deux côtés du Rhône. Il semblait d’ailleurs qu’ils y soient parvenus. C’était sans compter avec l’écologie fermée et punitive,  sa capacité de nuisance étant toujours bien réelle. Pour ceux qui y croyaient, le revirement de dernière heure de l’ACM est cruel. Les organisateurs du MonteCarlo n’ont pas caché que la question des manifestations écolos avait été abordée avant le choix de retenir ou non la Drôme-Ardèche pour le parcours des prochaines éditions de l’épreuve organisée par l’ACM. Et le choix, c’est NON.

Le Dauphiné Libéré qui est allé aux nouvelles rapporte dans ses éditions du 7 octobre 2017 que « les manifestations d’écolos en 2013 » sont « l’affaire qui est un peu restée en travers de la gorge des dirigeants de l’ACM », que ces manifestations hostiles ont « un peu plombé l’ambiance », qu’elles ont surtout « dégradé l’image du rallye ». Si des questions d’espace et de coût entrent également en ligne de compte, répétons que la question de « l’image » est primordiale pour le rallye Monte-Carlo évoluant en mode WRC (Championnat du Monde des Rallyes).  

La volte-face des organisateurs aurait-elle était dictée au dernier moment par une menace précise et directe qu’ils auraient reçu de certains milieux de l’écologie radicale ? Nous avons des raisons de le penser.

 

336

 

 

Ce que ne sait pas faire l’écologie punitive : encourager plutôt qu’interdire, convaincre plutôt que contraindre

 

337

L’Automobile Club de Monte-Carlo (ACM) a bien conscience des enjeux environnementaux. Organisatrice du Rallye, c’est l’ACM qui essaie aussi de promouvoir depuis plusieurs années des voitures de compétition électriques ou hybrides en organisant courses et spéciales labélisées « Energies Alternatives ».

 

338

 

Ainsi, lors du Monte-Carlo 2010, d’Annecy à Monaco en passant par Valence, les 118 engagés ont participé à cinq épreuves réparties en trois jours. Cet « éco rallye », basé sur l’idée de régularité, sans notion de vitesse était ouvert à tous les véhicules émettant moins de 120 g de CO2 par kilomètre.

 2016 : quand la Drôme faisait la course verte

 

339
Hôtel du Département de la Drôme en présence du Président et Député Patrick Labaune, Jeanine Doppel, Directrice de ENEDIS Drôme-Ardèche, du Sénateur honoraire Jean Besson, Président d’Energie SDED, de Patricia Brunel-Maillet, Vice-présidente du Département chargée de l’environnement et de la santé, des représentants de l’Automobile Club de Monaco.
Photo Inter/Territoire d’énergie Drôme/SDED

2016 :

L’équipage Drômois n° 26 se présente sur la ligne de départ du 1er Rallye Monte- Carlo « Electrique » à Fontainebleau.

 « Une voiture de course 100% électrique, 100% Drôme ». 

La présentation de la voiture, une Tesla Roadster, s’est déroulée sur le parvis de l’Hôtel du Département.

Avec à l’arrivée, une belle 8ième place au classement général pour l’équipage qui a « porté haut les couleurs de la Drôme ».  

En écologie comme dans la vie, mieux vaut convaincre que contraindre, encourager plutôt qu’interdire.

340

 

 

Le Président de l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche :

 

341
Photos Inter/JMS/Capture/Sites officiels Fédération Pêche 07/Fédération Chasse 26/Bing

« Au nom de quoi les Ardéchois et les Drômois se laisseraient ils déposséder sans rien dire de leurs loisirs librement choisis ? Que propose l’écologie fermée et punitive, sinon toujours plus d’interdictions ? »

 

342

 

LE 1er DECEMBRE, ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DES CHASSEURS ARDECHOIS. LA NOTE S’ANNONCE SALEE

 

343

 

. Avec une facture qui se monterait à plus de 500 000 € (du jamais vu en Ardèche !), le montant des dégâts grand gibier explose. Si les chiffres qui ont été publiés par la presse sont exacts, ce serait presque le double du montant provisionné par la fédération et voté à sa demande par les ACCA lors de l’assemblée générale annuelle statutaire du 13 mai dernier. C’était il y a six mois.

ORDRE DU JOUR UNIQUE : LE SANGLIER

 

A situation exceptionnelle, décision exceptionnelle : pour la première fois depuis qu’il est élu président de la FDC 07, Jacques Aurange réunira le 1er décembre prochain une AG extraordinaire des adhérents obligatoires de sa fédération.  

Ordre du jour unique : le sanglier.

S’il est évidemment exclu de laisser dériver les finances fédérales jusqu’à risquer la cessation de paiement de la fédération qui aurait alors aussitôt à sa tête … le préfet de l’Ardèche, s’il est à priori inenvisageable de toucher au patrimoine immobilier (vendre le local de l’Escrinet après les investissements réalisés n’aurait guère de sens), plusieurs solutions plus ou moins douloureuses s’offrent au Conseil d’Administration de la fédération pour autant que le cadre légal soit trouvé afin d’y parvenir dans les délais car le temps presse : vente de titres de propriété, de titres de créance ? Emprunt bancaire ? Surcotisation ou cotisation exceptionnelle ? Augmentation du prix du timbre sanglier, etc. ? …  

Si l’urgence commande à la fédération de trouver quelque part les 200 000 € manquant, une question moins urgente mais tout aussi épineuse sera vraisemblablement posée aux chasseurs ardéchois par le président Aurange le 1er décembre : et pour l’an prochain, si c’est pareil ou pire, qu’est-ce qu’on fait ?

Quelles que soient les solutions qui vont être annoncées, débattues et votées, ce qui est sûr, c’est que les chasseurs ardéchois vont être priés de passer à la caisse.

« Nous avons des droits mais aussi des obligations » affirme Jacques Aurange. « Je rappelle », ajoute le président de la FDC 07, « que la loi nous confère des missions de service public, notamment la gestion de la faune sauvage incluant le sanglier et l’indemnisation des dégâts ».  

Ce que ne dit pas le Président Aurange dans sa lettre du 24 octobre 2017, exceptionnellement adressée à chacun des 11 237 chasseurs ardéchois, c’est que la loi en question n’est pas n’importe laquelle. Il s’agit en effet de la loi du 26 juillet 2000, plus connue des chasseurs sous le nom de … « Loi Voynet ».

La note s’annonce salée.

 

 

 L’APPLICATION DE LA LOI VOYNET

Journal Officiel de la République Française n°172 du 27 juillet 2000 page 11 542

344

 

LOI n° 2000-698 du 26 juillet 2000 relative à la chasse

« Art. L. 221-6. – Le représentant de l’Etat dans le département contrôle l’exécution des missions de service public auxquelles participent les fédérations départementales des chasseurs. Le budget de la fédération est, avant d’être exécuté, soumis à son approbation. Il a notamment le droit d’y inscrire les dépenses obligatoires, notamment celles liées à la mise en œuvre du schéma départemental de gestion cynégétique et à l‘indemnisation des dégâts de gibier.
« En cas de défaillance d’une fédération, la gestion d’office de son budget ou son administration peut être confiée au représentant de l’Etat dans le département. »
« Art. L. 221-7. – Les fédérations départementales des chasseurs sont soumises au contrôle visé aux articles L. 111-7 et L. 211-6 du code des juridictions financières.
« Les fédérations départementales des chasseurs sont en outre soumises au contrôle économique et financier de l’Etat. »

Signé :

La ministre de l’aménagement du territoire et de l’environnement,

Dominique Voynet

 

345
Dominique Voynet captivant son auditoire Photo Inter/Capture d’écran/Public Sénat/Site Chasse Drôme-Ardèche

 

« ENTRE CHASSEURS ARDECHOIS, SE SERRER LES COUDES »

 

346

347

 

Commentaire laconique mais éclairant du président de l’Interdépartementale :  

« Entre chasseurs ardéchois, il va falloir se serrer les coudes ».

 

348
Jacky Féroussier, Vice-Président Interdépartemental Chargé du grand gibier
Photo Inter/JMS

Dans ce contexte de crise sans précédent, l’Interdépartementale « ne veut surtout pas ajouter de la difficulté aux difficultés ». Par conséquent, l’association présidée par Christian Pialet a décidé (Conseil Interdépartemental du 13 octobre) qu’elle ne ferait « aucun commentaire » avant la réunion générale du 1er décembre :

Pour « ne pas gêner la fédération », indique Jacky Féroussier, vice-président chargé du grand gibier, pour laisser au président Aurange « le temps nécessaire » d’apporter aux chasseurs ardéchois les réponses aux questions qu’ils se posent et surtout, pour permettre au Conseil d’Administration de la FDC 07 de « faire les bons choix » lors des décisions qui vont être prises.  

Le vice-président interdépartemental en charge du sanglier, ardéchois, membre du Bureau de l’ACCA de Beauchastel, chasseur de sanglier, précise :

« Avec les autres représentants d’ACCA, nous serons évidemment présents pour écouter l’exposé de la situation. Quand Jacques Aurange dit et répète que « la situation n’est plus tenable », nous serons particulièrement attentifs aux solutions concrètes qui vont être proposées aux chasseurs ardéchois par leur fédération ».

 

DES ECHANGES « CONSTRUCTIFS ET RESPONSABLES »

 

349

 

L’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche sera donc représentée le 1er décembre à Aubenas. Rien de plus normal à cela, parce que, comme le souligne le président de la FDC 07, « La chasse ardéchoise est face à un défi et les chasseurs ardéchois face à leur destin ».  

S’ils le jugent utile, les présidents d’ACCA Membres Associés de l’Interdépartementale auront toute occasion d’intervenir dans un débat annoncé « à huis clos » par la fédération, ce qui garantit un vrai débat entre chasseurs sans parasitage extérieur. Chaque ACCA adhérente obligatoire de la fédération prendra en conscience ses responsabilités lors des votes qui seront soumis à l’assemblée.  

Les adhérents de l’Interdépartementale écouteront « avec le même intérêt » les arguments, les questions, les réponses, les propositions des uns et des autres. Ils écouteront « sans interrompre personne, sans siffler ni huer un responsable cynégétique quel qu’il soit » parce que l’intérêt d’un débat entre chasseurs repose sur « la qualité des arguments échangés », pas sur le niveau sonore de ceux qui, comme dans une cour de récréation, vocifèrent de loin contre le petit camarade puis se taisent quand ils l’ont en face.  

L’Interdépartementale souhaite avant tout que le 1er décembre « les échanges entre chasseurs ardéchois sur le sanglier restent dignes, soient constructifs et porteurs d’avenir ». L’Interdépartementale attend de ces échanges qu’ils soient « animés par le souci de vérité mais en même temps menés dans un esprit de responsabilité partagée ». L’Interdépartementale demande que « le respect de la liberté d’expression soit garanti à tous et chacun par la fédération organisatrice et son président de séance ».  

 

350

351

352

353

354

356

L’INTERDEPARTEMENTALE