ESTIVALES 2016 (3)

13 AOÛT, 10 SEPTEMBRE

176
Carte postale – Port-Camargue Juillet 2016
Daurade royale de Méditerranée – 38 cm 1,2 Kg
Photo Inter

177

VOUS AVEZ DIT EDUCATION ?

 

178
Photos Inter/capture d’écran/FranceTVéducation

 

179

180

 

181


L’INTERDEPARTEMENTALE

ESTIVALES 2016 (2)

AGENDA DE L’ETE : LES INCONTOURNABLES

Samedi 13 août. La 7ième édition du Rhôdanien sera le Challenge Michel Burine

 

170 171

 

Samedi 10 septembre. Tous à Privas ! Pour la chasse, pour la ruralité

172

173

 

Dimanche 11 septembre. Ouverture générale de la chasse en Drôme-Ardèche

 

174

175

 

ESTIVALES 2016

DES L’ANNONCE PAR INTERNET D’UN RASSEMBLEMENT CHASSE-RURALITE EN PREPARATION, LE COMPTE EN LIGNE DE L’INTERDEPARTEMENTALE A DE NOUVEAU ETE PIRATE. QUI EST LE DONNEUR D’ORDRE ?

 

INTRUSIONS ILLEGALES A REPETITION

 

  • Coïncidences troublantes

     

150

Le 7 février 2016, par piratage informatique à distance, les 67 groupes contacts du compte en ligne de l’Inter avaient été vidés de leurs 1 368 adresses e-mail. Deux informaticiens mandatés par l’Interdépartementale ont établi ce double constat :

« Accès frauduleux dans tout ou partie d’un système de traitement automatisé de données » (délit puni par la loi d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende), « suppression et modification de données contenues dans le système » (délit puni par la loi de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende).

Plainte a été déposée par l’association le 23 février auprès de la gendarmerie. Le Procureur de la République a classé la plainte sans suite le 13 avril. Il a fallu plusieurs jours de travail à un responsable de l’association pour reconstituer tant bien que mal nos groupes contacts.

Coïncidence troublante : cette intrusion illégale dans le compte informatique de l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche est intervenue juste après avoir annoncé par internet, début février, l’intention des chasseurs de manifester.

 

152

Bénéficiant dans l’équipe bénévole de l’Inter de la compétence d’un professionnel de la sécurité informatique, nous avons reconfiguré le mot de passe de façon normalement inviolable comme est normalement inviolable aussi le compteur du site pourtant déjà bloqué 3 fois à distance et même récemment activé … à l’envers. Or, le 14 juin 2016, nos groupes contacts ont à nouveau été vidés de leurs adresses e-mail, actuellement près de 1 500. Selon toute évidence, en face c’est du lourd. Six personnes qualifiées – dont l’Interdépartementale tient les noms à disposition du Procureur de la République – ont constaté le double délit en récidive (Article 323-1 du Code pénal) portant gravement préjudice à l’association de défense et d’information des chasseurs. Ces personnes pourront en témoigner.

Nouvelle coïncidence qui pose sérieusement question, cette intrusion frauduleuse s’est produite 24 h après avoir transmis par internet (groupe contacts « ACCA Membres Associés ») l’information suivante :

« Rassemblement Chasse-Ruralité 26-07 en préparation »

 

  • La seule vraie question

     

153

Manifester est un droit fondamental garanti par la Constitution de la République. En démocratie, manifester est une liberté essentielle.

Qui peut bien vouloir empêcher chasseurs et autres ruraux confrontés au mépris de la France d’en haut (laquelle ignore volontairement les habitants délaissés de nos territoires oubliés de la République), d’exprimer librement leur mécontentement légitime, de se préparer tranquillement à venir en nombre mais dans le calme devant la préfecture de l’Ardèche ? Qui peut en vouloir à ceux qui ne se résignent pas, qui résistent à l’arbitraire, l’injustice, la discrimination imposées depuis Paris aux chasseurs ardéchois et drômois ? Qui peut disposer des moyens financiers et techniques permettant de harceler depuis des mois une association de bénévoles, association déclarée 1901, donc normalement protégée par la loi ? Qui peut s’y risquer en s’estimant, selon toute vraisemblance, assuré de l’impunité ? Peu importe qui est le hacker de haut niveau, rémunéré en conséquence, travaillant dans l’ombre et sans doute de loin, agissant sur commande ciblée contre la liberté d’association, la liberté d’information, la liberté d’expression, la liberté de manifester.

La seule vraie question est celle-ci :

154

Derrière tout cela, qui est le donneur d’ordre ?

Parmi les chasseurs (et pas seulement), quelques-uns commencent à avoir leur petite idée sur la question, nous le disent et s’en irritent de plus en plus.

D’où qu’ils viennent, ces procédés ne nous intimident pas. Le travail supplémentaire infligé à des bénévoles dans l’action depuis déjà 35 ans, les entraves imaginées dans le secret d’un bureau pour freiner cette action, en affaiblir la portée sans que le plus grand nombre ne le sache ne nous détourneront pas de l’objectif. Parce que la cause que nous défendons est une cause juste. Parce qu’au-delà de la chasse qui est notre loisir, il y a des valeurs en jeu qui s’appellent la Liberté, l’Egalité. La Fraternité, chez les chasseurs et dans nos villages, c’est la convivialité. Depuis quatre mois, quelqu’un s’essuie les pieds sur ces valeurs en s’efforçant de décourager le président d’une association soutenue par l’Académie du Mérite et Dévouement Français, d’entraver le travail associatif d’une équipe bénévole, d’empêcher frauduleusement ceux qui agissent dans le cadre légal de poursuivre leur action, d’éviter à tout prix que les gens des campagnes et des villages descendent à leur tour dans la rue.

Quelle meilleure preuve les chasseurs pourraient-ils avoir que l’action que nous menons est utile ?

Malgré les coups qui nous sont portés, notre détermination à poursuivre l’action au service de la chasse, toute la chasse, reste intacte. Elle le restera pourvu que cette détermination soit partagée par un nombre suffisant de chasseurs le jour du rassemblement prévu.

Ceux qui répondront présents vont montrer qu’il y a encore en Drôme-Ardèche des ACCA qui refusent la résignation, la soumission, des chasseurs qui ne baissent ni les bras ni le pantalon.

 

  • Ceux qui n’y seront pas …

     

155
Avec d’autres, nous serons présents au Rassemblement 26-07 Chasse-Ruralité.

Certains n’y seront pas, nous le savons d’expérience. Ne parlons pas de ceux qui ne pourront pas y être, ils en seront malheureux mais de certains autres chasseurs qui n’y seront pas : le moins logique, celui qui attend toujours des autres ce qu’il n’obtient pas lui-même tout en critiquant ceux qui l’obtiennent aussi pour lui ; le plus négatif, celui qui parle le plus tout en faisant le moins ; le plus individualiste, celui qui est trop égoïste pour jouer collectif et qui s’en fout.

Non ! Ceux-là n’y seront pas. Il y en aura même quelques-uns parmi eux, vous verrez, qui se posteront sans gêne ce jour-là, comme si de rien n’était, au moment où tant d’autres seront en train de porter haut et fort les couleurs de la chasse et de la ruralité.

 

156 157

 

158

 

 

159Photomontage Inter/JMS

 

L’AFFAIRE DU « CHARNIER DE SANGLIERS » : UNE PLAINTE A ETE DEPOSEE. LES SERVICES DE L’ETAT ETAIENT INFORMES DES LE DEBUT MAIS LA FEDERATION DES CHASSEURS NE L’AURAIT APPRIS QUE BEAUCOUP PLUS TARD

 

160Photos Inter/BEED

C’est dans un pittoresque et touristique secteur d’Ardèche à l’air réputé pur, près du Col de la Faye, au fond d’un ruisseau, en contrebas de la RD 409, qu’un « charnier de sangliers récents et anciens » a été découvert par un promeneur non chasseur passionné de nature le 19 février 2016. Selon nos informations, les services de l’Etat, notamment préfecture et ONCFS, ont été informés dès le lendemain, mais également la FRAPNA et la fédération de pêche.

Il a fallu que ce soit l’Interdépartementale qui alerte le Président de la fédération des chasseurs tout comme le Président de l’ACCA concernée. L’un et l’autre nous ont affirmé tout ignorer de l’affaire. Nous les croyons. En plus de l’absence d’information de la fédération par l’autorité de tutelle, le plus étonnant est que cette affaire n’ait pas été évoquée par le préfet devant l’ensemble des Présidents d’ACCA réunis en congrès fédéral le 30 avril dernier. Le représentant de l’Etat pouvait-il ignorer que 95 ACCA sur 100 comptent une majorité de chasseurs de sangliers parmi leurs sociétaires et qu’un grand nombre de Présidents d’ACCA sont chasseurs de sangliers eux-mêmes ?

161

L’affaire se corse depuis qu’une plainte vient d’être déposée par une association environnementaliste : la même qui avait déjà porté plainte en 2012 contre l’empoisonnement de sangliers à la bromadiolone …

Une affaire d’empoisonnement de la faune sauvage avec mise en danger de la vie d’autrui : affaire classée sans suite.

162

 163
Jean-Noël Cardoux
Président du groupe Chasse et Pêche du Sénat
Photo Inter/Capture d’écran

A bientôt, chers visiteurs,

Lecteurs fidèles,
Amis chasseurs,
Amis ruraux,
Amis non chasseurs,

Participants au Rassemblement 26-07
Chasse-Ruralité

 

164

L’INTERDEPARTEMENTALE

SAMEDI 25 JUIN – 10 H – PRIVAS : POUR LA MANIFESTATION PREVUE, TOUT ETAIT PRÊT. LE LOURD CONTEXTE SOCIAL QUI ECRASE TOUT EN A DECIDE AUTREMENT

REPONDANT A LA CONSULTATION DES ACCA ORGANISEE PAR L’INTER CHASSE, LE NOMBRE DE MANIFESTANTS DEJA ANNONCES PERMETTAIT D’Y ALLER EN FORCE AVANT L’ETE
LE COMPTE Y ETAIT !

 

100 101

102

En mars, le questionnaire pour manifester (ci-dessus) a été adressé à chaque Président d’ACCA sous pli non nominatif envoyé en mairie, les fédérations ne communiquant pas leur fichier d’adresses personnelles.
Date limite retour : 31 mai

Pour pouvoir organiser avant l’été une manifestation réussie, les retours positifs étaient en nombre suffisant et même supérieur aux prévisions trois semaines avant la date limite. La décision d’y aller a donc été prise avant même la réception des derniers questionnaires. Evidemment, des dizaines d’ACCA n’ont pas répondu. Comme d’habitude, pourrait-on dire. Peu importe ! Attendre que tout le monde se décide serait le plus sûr moyen de ne rien faire. Le « samedi 10 h » étant demandé à 90%, la « préfecture de l’Ardèche » à 85%, nous avons décidé : Samedi 25 juin, 10h, Privas

Dans les ACCA les plus motivées, une information des chasseurs a aussitôt été mise en place, les premières listes de participants dressées, l’organisation du covoiturage vers Privas amorcée

Des AICA et ACCA en ont parlé en assemblée générale. En nombre équivalent dans la Drôme et l’Ardèche, des réunions d’information pour manifester avec participation de représentants de l’Interdépartementale et invitation de la fédération concernée étaient programmées pour les deux premières décades de juin. Le Président de l’Interdépartementale lui-même avait déjà coché sur son agenda des rencontres organisées avec les dirigeants et les chasseurs d’AICA et d’ACCA des deux départements

A 100%, les ACCA participantes ont souhaité que la manifestation des chasseurs soit « élargie aux ruraux non chasseurs » qui se sentent tout autant que nous méprisés par Paris, délaissés par cette arrogante France d’en haut : suggestion évidemment retenue

Un service d’ordre était prévu pour fonctionner en lien avec la force publique. Des recommandations précises allaient être données aux ACCA participantes. Des consignes fermes auraient été indiquées sur place aux manifestants

La tête de cortège, avec « invitation des élus de tous bords mais sans parti politique, ni syndicat » (unanimité des ACCA) devait défiler derrière une banderole intitulée : « Chasse-Ruralité » (unanimité des ACCA également). La maquette de l’affiche officielle, dévoilée en Bureau Interdépartemental le 27 mai, était également prête. La sonorisation de la manifestation, les slogans aussi.

Au lendemain de la réunion du Bureau Interdépartemental du 27 mai, la manifestation Chasse-Ruralité 26-07 allait faire l’objet d’une déclaration préalable en préfecture, ce qui aurait assuré son caractère légal ainsi que la protection de la loi pour les manifestants (Article 431-1 du Code pénal)

103

 

MAIS CE N’EST PLUS POSSIBLE

 

104

105
Photos Inter/Youtube/Captures d’écran

106

« L’actualité sociale est tellement forte qu’elle écrase tout ».


Ce propos d’un député PS (rapporté dans l’édition du 27 mai d’un grand quotidien national) résume l’état d’esprit général.
Ce 27 mai 2016, le Bureau Interdépartemental convoqué pour prendre la décision fait le même constat.

Le contexte social chauffé à blanc et dont personne ne peut prédire l’issue plombe tout le reste :

« Il y a quinze jours, dans nos ACCA, commente un membre du Bureau Interdépartemental, tout le monde nous disait : c’est le moment (de manifester), le 25 juin, on y sera ! Ces dernières 48 heures, les mêmes nous ont rappelé pour nous alerter : maintenant, nos chasseurs ne sont pas chauds. Avec ce qui se passe, tout ce que les gens voient à la télé, la course pour faire le plein d’essence avant de partir travailler, c’est la panique ! D’autres ajoutent : qui sait ce qu’il va se passer d’ici au 25 juin ? ». Pour se faire une idée précise, deux membres du Bureau ont alors appelé une trentaine de Présidents d’ACCA parmi ceux qui voulaient
manifester. Résultat : « En 3 jours, leurs chasseurs ont presque tous changé d’avis. Beaucoup comptaient venir manifester tranquillement avec femmes et enfants. Maintenant, ils ne sont pas du tout rassurés, ils sont de plus en plus réticents. ».

Et qu’en pensent les principaux responsables de l’Interdépartementale ? Il y a dix jours encore, chacun était persuadé que tous ceux qui pourraient se libérer le 25 juin seraient à Privas. Un Bureau Interdépartemental avait même été convoqué par le Président pour officialiser la manifestation.

Si le Bureau (13 membres élus) prend les décisions au quotidien, c’est chaque responsable compétent (le président, les 7 vice-présidents, le trésorier, le secrétaire, les 3 délégués) qui agit dans son domaine par délégation de pouvoir. La réunion du Bureau reste exceptionnelle (trois fois en trente-cinq ans), les décisions collectives se prenant habituellement en Conseil Interdépartemental (21 membres).

Le 27 mai, à l’ouverture de la réunion, une nette majorité de participants penchaient fortement pour le maintien du 25 juin. Avec de solides arguments.

Le compte-rendu des deux responsables ayant pris la température ces derniers jours auprès de 35 Présidents d’ACCA a refroidi l’atmosphère : « Des Présidents d’ACCA qui sont à fond derrière nous disent qu’ils sortent de réunions d’AICA où en quelques jours pratiquement tout le monde a changé d’avis. Ces Présidents nous mettent en garde : ce n’est plus possible, les chasseurs ne se sentent plus concernés, ils pensent à autre chose » … Selon la méthode qu’on lui connait, après avoir écouté chacun lors du tour de table, le Président Pialet a parlé clair :

« Comme beaucoup d’autres, j’ai moi-même changé d’avis. Aujourd’hui, nous n’avons plus le choix entre des avantages et des inconvénients mais entre des inconvénients et des inconvénients. Soit, nous annulons une manifestation qui est prête au risque de perdre en crédibilité, soit nous manifestons contre l’avis majoritaire de nos ACCA en prenant d’autres risques qu’il faut bien mesurer ».

Finalement, c’est avec une énorme frustration exprimée par chaque responsable présent – mais tout de même à l’unanimité – que le Bureau Interdépartemental, se rangeant à l’avis de son Président, a constaté que la manifestation du 25 juin était rendue tout simplement impossible par le contexte général et les incertitudes qui en découlent au moment où le Bureau Interdépartemental se doit de prendre la décision :


Déclaration du
Bureau Interdépartemental

Réuni à Beauchastel le 27 mai 2016


« Au moment où se tient une réunion du Bureau Interdépartemental prévue de longue date, chacun peut sentir l’inquiétude, l’incompréhension, l’énervement monter autour de lui. Dans ce contexte de revendications sociales, grèves, manifestations, de tensions fortes entre syndicats, manifestants et gouvernement, d’images d’affrontements violents entre casseurs et forces de l’ordre passant en boucle sur les écrans, de pénurie de carburant qui s’étend partout, de risque de blocage généralisé, dans cette situation devenue exceptionnelle, la défense d’un loisir populaire comme la chasse passe évidemment à l’arrière-plan, rendant d’un coup inaudible toute revendication à ce sujet.

En démocratie, manifester est un droit essentiel, une liberté que nos chasseurs utiliseront toujours dans la légalité sans la moindre ambiguïté : chasseurs oui, casseurs, non.

Les ACCA qui nous font confiance sont celles qui ne se résignent pas. Certaines d’entre elles veulent manifester pour se faire entendre, tous les autres moyens utilisés jusqu’à présent ayant échoué. Ces ACCA n’acceptent plus de rester passives, silencieuses quand des interdictions arbitraires, injustes, discriminatoires sont autoritairement imposées depuis Paris aux chasseurs Ardéchois et Drômois. Face aux multiples renoncements et compromissions dont les chasseurs ont déjà été victimes dans le passé, face aux importants reculs et interdictions qu’ils subissent depuis trop longtemps, il y a aujourd’hui des ACCA qui disent « Stop ! ».

La résistance d’une partie des ACCA de l’Ardèche et de la Drôme à l’injustice permanente que le ministère de l’Ecologie impose à tous est l’honneur de la chasse.

Nos ACCA voulant manifester se préparaient à le faire dans le calme et la détermination. D’autres étaient en train de les rejoindre. D’autres encore seraient probablement venues en renfort le jour J. Au cours des dernières 48 heures, toutes les remontées de terrain qui nous sont parvenues ont pourtant été dans le même sens : dans un contexte social national très tendu, en attente des prochains jours que nul ne peut prévoir, les Présidents d’ACCA nous disent que leurs chasseurs sont de plus en plus réticents à descendre dans la rue avec leur famille. Nous les comprenons.

A l’écoute de nos ACCA, conscients de nos responsabilités, nous annulons la manifestation du 25 juin ».

107

108 109
Le Bureau Interdépartemental
Beauchastel, 27 mai 2016, 19 heures
Photo Inter/JMS

110

A bientôt … S’ils ne nous ferment pas le site,

Moyen d’information indépendant
Qu’ils ne contrôlent pas encore

L’INTERDEPARTEMENTALE