ON SE MOBILISE, ILS S’AFFOLENT

INTER FLASH INFO
200

NOS ACCA SE MOBILISENT

 

  • Tout indique que nos ACCA se mobilisent, que des ruraux non chasseurs, des élus de sensibilités différentes seront présents le 10 septembre à Privas. Les fédérations de chasse en tant que telles n’y seront pas. Elles n’y seront pas parce que les FDC ne peuvent pas y être, chacun sait pourquoi : exerçant depuis la loi Voynet des missions de service public, les « fédés » agissent pour le compte de l’Etat, au nom de l’Etat, sous contrôle de l’Etat. Elles ne peuvent donc pas s’opposer à la politique de la chasse conduite par les représentants de l’Etat … Y compris – et c’est bien le problème – lorsque cette politique va à l’encontre des intérêts des chasseurs, ce qui est aujourd’hui le cas.

Après avoir consulté comme elle s’y était engagée les 700 ACCA de la Drôme et de l’Ardèche, si l’Interdépartementale accepte de prendre en charge seule la responsabilité, l’organisation, le financement du grand Rassemblement 26-07 Chasse-Ruralité du 10 septembre, ce n’est pas pour se mettre en avant. C’est uniquement parce que si l’Inter ne le fait pas, personne ne le fera.

 

200LA MANIFESTATION DE TOUS CEUX QUI Y SERONT

 

  • Nous l’avons expliqué depuis longtemps aux fédérations, aux ACCA : la manifestation du 10 septembre ne sera pas la manifestation de l’Interdépartementale mais le Rassemblement des chasseurs qui ne se résignent pas, des ACCA qui ne renonceront pas sans avoir essayé au moins une fois, des élus qui se sont publiquement engagés à nous soutenir, des ruraux non chasseurs qui n’en peuvent plus du mépris avec lequel Paris les traite.

C’est parce que les fédérations de chasse n’ont même plus le droit d’appeler les chasseurs à manifester que l’Interdépartementale, qui bénéficie encore de cette liberté, le fait. Certes, quelques moyens ont bien été mis en oeuvre pour nous dissuader d’y aller, freiner et entraver notre communication, minimiser la portée de notre action. C’était sous-estimer le ras-le-bol général face aux promesses jamais tenues. C’était sous-estimer aussi la force d’une équipe soudée, solidaire, déterminée – l’Interdépartementale – qui n’agit ni pour l’argent, ni pour le pouvoir fédéral ou politique mais par la conviction de servir une cause juste. Notre force est de pouvoir dire librement et faire librement ce que les fédérations ne peuvent plus
dire, ni faire. Cela cristallise évidemment contre l’Interdépartementale toutes les critiques et manoeuvres du système en place, de ceux qui, depuis Paris, veulent mettre à genoux ces chasseurs qui ne plient pas, de ceux – encore les mêmes – qui, par les décisions incohérentes, injustes, arbitraires qu’ils nous imposent, méprisent ouvertement les gens des campagnes.

200

POURQUOI MANIFESTER ? POURQUOI MAINTENANT ?

201

  • Nous les ruraux, à Paris qui s’en soucie ? Survoler l’Ardèche en hélicoptère ministériel une fois tous les 5 ans, est-ce bien la réponse qu’attendent nos campagnes délaissées, nos villages en souffrance, nos communes rurales appauvries, tous ces hommes et ces femmes de nos territoires oubliés qui vivent ici dignement mais de plus en plus difficilement avec un sentiment profond d’abandon ?

Nous, chasseurs ardéchois et drômois, qu’avons-nous gagné, qu’avons-nous obtenu chaque fois qu’il nous a été demandé d’attendre encore un peu, encore une année de plus avant de manifester, cela pour ne pas gêner, nous disait-on, les négociations fédérales en cours avec le préfet ?

Que nos fédérations continuent à monter des dossiers, à se réunir avec les préfets, à solliciter les élus : c’est leur rôle. Nous les soutenons à fond dans leurs démarches. Ce n’est un secret pour personne que le Président de la Fédération Départementale des Chasseurs de l’Ardèche se concerte régulièrement avec le Président de l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche. C’est ensemble qu’ils ont dit « non merci » à l’invitation-alibi du Premier Ministre débarquant d’hélicoptère à Privas avec 10 autres membres du gouvernement (mais, ainsi que nous l’avions décidé en assemblée générale de l’Interdépartementale … sans la ministre de tutelle de la chasse). Cette concertation Fédérations-ACCA-Interdépartementale continuera et même s’amplifiera après le 10 septembre car unis les chasseurs sont plus forts. Après le 10 septembre, chacun connaîtra dans le détail le travail en profondeur que l’ancien Président du CDCAR est en train de faire en tant qu’Administrateur fédéral chargé du gibier migrateur, agissant sous l’autorité du Président de la fédération, pour relancer sur des bases nouvelles le dossier pigeon ramier. Dans 6 mois, le 1er mars 2017 exactement, les chasseurs de pigeon ramier ardéchois de l’ensemble des communes du département pourront en mesurer concrètement le résultat pour eux. En attendant, restons mobilisés.

Aux représentants de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et du Département de l’Ardèche qui ont apporté ensemble aux chasseurs un soutien officiel le 26 février 2016 à Beauchastel, aux autres élus qui seront pour la première fois à nos côtés le 10 septembre, nous saurons répondre avec gratitude le moment venu surtout s’ils obtiennent pour la saison 2016-2017 ce que nous réclamons sans résultat depuis longtemps.

Quant à celles et ceux qui se demandent encore en conscience s’ils doivent y aller ou pas le 10 septembre, qu’ils répondent eux-mêmes, avant d’assumer leur choix
définitif, à cette simple question : serions-nous fidèles aux engagement pris devant nos ACCA le 26 février si nous demandions aujourd’hui aux chasseurs d’être une fois encore accommodants et dociles avec un pouvoir qui les maltraite, si l’Interdépartementale conseillait aux chasseurs de rester chez eux le 10 septembre afin qu’ils se taisent une fois de plus face à une politique gouvernementale qui n’a jamais été aussi dure avec le peuple des campagnes, aussi incohérente pour la chasse à la grive, aussi injuste pour la chasse au pigeon, aussi arbitraire pour la chasse au sanglier ?

200

FACE A LA MOBILISATION QUI S’ANNONCE, LES RESPONSABLES DE LA SITUATION S’AFFOLENT

202

  • Chacun le sait, la situation n’est pas brillante. C’est même de pire en pire :

A la veille de l’ouverture générale de la chasse, c’est tout de même un peu énorme de ne rien nous dire (y aurait-il quelque chose à cacher ?) sur la toujours inédite et toujours mystérieuse « maladie » ardéchoise du sanglier, précisément au moment où l’Espagne expérimente officiellement dans la nature, et pour la première fois en Europe, un étrange « vaccin » destiné à stériliser en masse le sanglier. C’est faire peu de cas des interrogations légitimes des chasseurs, de leurs inquiétudes réelles.

Nous laisser entendre, à quelques jours d’une manifestation initiée par les chasseurs, que le gouvernement serait « peut-être » prêt à débloquer le dossier grive, c’est faire semblant de découvrir maintenant une situation absurde (les chasseurs de 535 communes Drôme-Ardèche privés sans raison de 10 jours de chasse), situation dont le ministère de l’Ecologie est seul responsable et qu’il
impose autoritairement aux fédérations depuis bientôt 10 ans uniquement dans le but de nous humilier et nous diviser.

Tenter de faire croire à des élus, à un Président fédéral, que venir manifester en nombre mais dans le calme devant la préfecture le 10 septembre pourrait « compromettre » l’aboutissement possible d’un dossier pigeon ramier avec lequel le pouvoir politique promène sans vergogne les chasseurs depuis 20 ans est un chantage usé … Usé à force d’avoir tant servi ces dernières années pour faire taire tous ceux qui voulaient manifester dans le but – jusque-là parfaitement atteint – de démobiliser les chasseurs et par conséquent de nous affaiblir.

En réalité, c’est exactement le contraire qui va se produire. En étant suffisamment nombreux le 10 septembre devant la préfecture, déterminés à nous faire entendre dans le calme avec un argumentaire sérieux mais sans concession, nous aurons enfin (et pour la première fois depuis bien longtemps) une chance réelle d’obtenir gain de cause : parce que cette fois le pouvoir en place n’aura pas vraiment d’autre solution en février et mars, à quelques semaines d’élections présidentielles et législatives annoncées calamiteuses. Voilà pourquoi il faut y aller maintenant et surtout y aller nombreux. Voilà pourquoi, face à la mobilisation qui s’annonce, les politiques entièrement responsables de la situation s’affolent.  Ces politiques aux abois mais encore aux commandes pour quelques mois nous reprochent, par l’intermédiaire d’un Président de fédération complaisant et contraint, de ne pas utiliser d’arguments techniques et scientifiques, ce qui est faux. Cela prouve qu’ils n’ont jamais lu, par exemple, l’argumentaire de l’Interdépartementale sur le dossier grive pourtant qualifié par les deux fédérations d’arguments “justes et légitimes”. Dans un réflexe de panique face à la mobilisation des ACCA qui s’amplifie de jour en jour, ils viennent de dicter à une fédération (“Les chasseurs parlent aux chasseurs”) l’appel à la soumission des chasseurs, au renoncement à nos combats pour la défense de la chasse, à la “collaboration”. Le 10 septembre, opposons-leur ensemble notre résistance tranquille.

200

PAS DANS 10 ANS, PAS DANS 1 AN. MAINTENANT.

203

204

 

  • Oui ! Maintenant. En effet, si le Rassemblement du 10 septembre est une réussite pour tous ceux qui y seront (« les absents, dit le dicton populaire, ont toujours tort »), alors, tous ces politiques responsables de la situation devront arrêter de nous prendre pour des pigeons, arrêter leurs promesses sans lendemain, arrêter leurs manoeuvres de diversion et nous apporter enfin des solutions. Au mépris de Paris pour les ruraux, aux promesses toujours répétées mais jamais tenues, la ruralité délaissée et la chasse cadenassée ont une occasion unique de répondre ensemble :

205

… Pour être enfin entendus de ce gouvernement de sourds.

Pour une fois depuis si longtemps, place à la mobilisation de tous ceux qui ne se résignent pas ! Pour obtenir enfin des solutions concrètes :

… Pas dans 20 ans, ni dans 10.

… Pas dans 1 an.

206

LE CONSEIL INTERDEPARTEMENTAL

 

200

 

207

208

209

L’INTERDEPARTEMENTALE

ESTIVALES 2016 (3)

13 AOÛT, 10 SEPTEMBRE

176
Carte postale – Port-Camargue Juillet 2016
Daurade royale de Méditerranée – 38 cm 1,2 Kg
Photo Inter

177

VOUS AVEZ DIT EDUCATION ?

 

178
Photos Inter/capture d’écran/FranceTVéducation

 

179

180

 

181


L’INTERDEPARTEMENTALE

ESTIVALES 2016 (2)

AGENDA DE L’ETE : LES INCONTOURNABLES

Samedi 13 août. La 7ième édition du Rhôdanien sera le Challenge Michel Burine

 

170 171

 

Samedi 10 septembre. Tous à Privas ! Pour la chasse, pour la ruralité

172

173

 

Dimanche 11 septembre. Ouverture générale de la chasse en Drôme-Ardèche

 

174

175

 

ESTIVALES 2016

DES L’ANNONCE PAR INTERNET D’UN RASSEMBLEMENT CHASSE-RURALITE EN PREPARATION, LE COMPTE EN LIGNE DE L’INTERDEPARTEMENTALE A DE NOUVEAU ETE PIRATE. QUI EST LE DONNEUR D’ORDRE ?

 

INTRUSIONS ILLEGALES A REPETITION

 

  • Coïncidences troublantes

     

150

Le 7 février 2016, par piratage informatique à distance, les 67 groupes contacts du compte en ligne de l’Inter avaient été vidés de leurs 1 368 adresses e-mail. Deux informaticiens mandatés par l’Interdépartementale ont établi ce double constat :

« Accès frauduleux dans tout ou partie d’un système de traitement automatisé de données » (délit puni par la loi d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende), « suppression et modification de données contenues dans le système » (délit puni par la loi de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende).

Plainte a été déposée par l’association le 23 février auprès de la gendarmerie. Le Procureur de la République a classé la plainte sans suite le 13 avril. Il a fallu plusieurs jours de travail à un responsable de l’association pour reconstituer tant bien que mal nos groupes contacts.

Coïncidence troublante : cette intrusion illégale dans le compte informatique de l’Interdépartementale Chasse Drôme-Ardèche est intervenue juste après avoir annoncé par internet, début février, l’intention des chasseurs de manifester.

 

152

Bénéficiant dans l’équipe bénévole de l’Inter de la compétence d’un professionnel de la sécurité informatique, nous avons reconfiguré le mot de passe de façon normalement inviolable comme est normalement inviolable aussi le compteur du site pourtant déjà bloqué 3 fois à distance et même récemment activé … à l’envers. Or, le 14 juin 2016, nos groupes contacts ont à nouveau été vidés de leurs adresses e-mail, actuellement près de 1 500. Selon toute évidence, en face c’est du lourd. Six personnes qualifiées – dont l’Interdépartementale tient les noms à disposition du Procureur de la République – ont constaté le double délit en récidive (Article 323-1 du Code pénal) portant gravement préjudice à l’association de défense et d’information des chasseurs. Ces personnes pourront en témoigner.

Nouvelle coïncidence qui pose sérieusement question, cette intrusion frauduleuse s’est produite 24 h après avoir transmis par internet (groupe contacts « ACCA Membres Associés ») l’information suivante :

« Rassemblement Chasse-Ruralité 26-07 en préparation »

 

  • La seule vraie question

     

153

Manifester est un droit fondamental garanti par la Constitution de la République. En démocratie, manifester est une liberté essentielle.

Qui peut bien vouloir empêcher chasseurs et autres ruraux confrontés au mépris de la France d’en haut (laquelle ignore volontairement les habitants délaissés de nos territoires oubliés de la République), d’exprimer librement leur mécontentement légitime, de se préparer tranquillement à venir en nombre mais dans le calme devant la préfecture de l’Ardèche ? Qui peut en vouloir à ceux qui ne se résignent pas, qui résistent à l’arbitraire, l’injustice, la discrimination imposées depuis Paris aux chasseurs ardéchois et drômois ? Qui peut disposer des moyens financiers et techniques permettant de harceler depuis des mois une association de bénévoles, association déclarée 1901, donc normalement protégée par la loi ? Qui peut s’y risquer en s’estimant, selon toute vraisemblance, assuré de l’impunité ? Peu importe qui est le hacker de haut niveau, rémunéré en conséquence, travaillant dans l’ombre et sans doute de loin, agissant sur commande ciblée contre la liberté d’association, la liberté d’information, la liberté d’expression, la liberté de manifester.

La seule vraie question est celle-ci :

154

Derrière tout cela, qui est le donneur d’ordre ?

Parmi les chasseurs (et pas seulement), quelques-uns commencent à avoir leur petite idée sur la question, nous le disent et s’en irritent de plus en plus.

D’où qu’ils viennent, ces procédés ne nous intimident pas. Le travail supplémentaire infligé à des bénévoles dans l’action depuis déjà 35 ans, les entraves imaginées dans le secret d’un bureau pour freiner cette action, en affaiblir la portée sans que le plus grand nombre ne le sache ne nous détourneront pas de l’objectif. Parce que la cause que nous défendons est une cause juste. Parce qu’au-delà de la chasse qui est notre loisir, il y a des valeurs en jeu qui s’appellent la Liberté, l’Egalité. La Fraternité, chez les chasseurs et dans nos villages, c’est la convivialité. Depuis quatre mois, quelqu’un s’essuie les pieds sur ces valeurs en s’efforçant de décourager le président d’une association soutenue par l’Académie du Mérite et Dévouement Français, d’entraver le travail associatif d’une équipe bénévole, d’empêcher frauduleusement ceux qui agissent dans le cadre légal de poursuivre leur action, d’éviter à tout prix que les gens des campagnes et des villages descendent à leur tour dans la rue.

Quelle meilleure preuve les chasseurs pourraient-ils avoir que l’action que nous menons est utile ?

Malgré les coups qui nous sont portés, notre détermination à poursuivre l’action au service de la chasse, toute la chasse, reste intacte. Elle le restera pourvu que cette détermination soit partagée par un nombre suffisant de chasseurs le jour du rassemblement prévu.

Ceux qui répondront présents vont montrer qu’il y a encore en Drôme-Ardèche des ACCA qui refusent la résignation, la soumission, des chasseurs qui ne baissent ni les bras ni le pantalon.

 

  • Ceux qui n’y seront pas …

     

155
Avec d’autres, nous serons présents au Rassemblement 26-07 Chasse-Ruralité.

Certains n’y seront pas, nous le savons d’expérience. Ne parlons pas de ceux qui ne pourront pas y être, ils en seront malheureux mais de certains autres chasseurs qui n’y seront pas : le moins logique, celui qui attend toujours des autres ce qu’il n’obtient pas lui-même tout en critiquant ceux qui l’obtiennent aussi pour lui ; le plus négatif, celui qui parle le plus tout en faisant le moins ; le plus individualiste, celui qui est trop égoïste pour jouer collectif et qui s’en fout.

Non ! Ceux-là n’y seront pas. Il y en aura même quelques-uns parmi eux, vous verrez, qui se posteront sans gêne ce jour-là, comme si de rien n’était, au moment où tant d’autres seront en train de porter haut et fort les couleurs de la chasse et de la ruralité.

 

156 157

 

158

 

 

159Photomontage Inter/JMS

 

L’AFFAIRE DU « CHARNIER DE SANGLIERS » : UNE PLAINTE A ETE DEPOSEE. LES SERVICES DE L’ETAT ETAIENT INFORMES DES LE DEBUT MAIS LA FEDERATION DES CHASSEURS NE L’AURAIT APPRIS QUE BEAUCOUP PLUS TARD

 

160Photos Inter/BEED

C’est dans un pittoresque et touristique secteur d’Ardèche à l’air réputé pur, près du Col de la Faye, au fond d’un ruisseau, en contrebas de la RD 409, qu’un « charnier de sangliers récents et anciens » a été découvert par un promeneur non chasseur passionné de nature le 19 février 2016. Selon nos informations, les services de l’Etat, notamment préfecture et ONCFS, ont été informés dès le lendemain, mais également la FRAPNA et la fédération de pêche.

Il a fallu que ce soit l’Interdépartementale qui alerte le Président de la fédération des chasseurs tout comme le Président de l’ACCA concernée. L’un et l’autre nous ont affirmé tout ignorer de l’affaire. Nous les croyons. En plus de l’absence d’information de la fédération par l’autorité de tutelle, le plus étonnant est que cette affaire n’ait pas été évoquée par le préfet devant l’ensemble des Présidents d’ACCA réunis en congrès fédéral le 30 avril dernier. Le représentant de l’Etat pouvait-il ignorer que 95 ACCA sur 100 comptent une majorité de chasseurs de sangliers parmi leurs sociétaires et qu’un grand nombre de Présidents d’ACCA sont chasseurs de sangliers eux-mêmes ?

161

L’affaire se corse depuis qu’une plainte vient d’être déposée par une association environnementaliste : la même qui avait déjà porté plainte en 2012 contre l’empoisonnement de sangliers à la bromadiolone …

Une affaire d’empoisonnement de la faune sauvage avec mise en danger de la vie d’autrui : affaire classée sans suite.

162

 163
Jean-Noël Cardoux
Président du groupe Chasse et Pêche du Sénat
Photo Inter/Capture d’écran

A bientôt, chers visiteurs,

Lecteurs fidèles,
Amis chasseurs,
Amis ruraux,
Amis non chasseurs,

Participants au Rassemblement 26-07
Chasse-Ruralité

 

164

L’INTERDEPARTEMENTALE